Connect with us

Magazine

Michel Abécassis en couv’ du Poker52 de mars

Published

on

Le printemps arrive à grands pas, et on a beau regarder autour de soi : aucun club de poker encore ouvert. Que se passe-t-il donc pour que tous ces beaux projets parisiens semblent si compliqués à ouvrir ? Que cela soit le Circus Club, l’Impérial, le 104 ou même le Clichy-Montmartre, les dates de (ré)ouverture sont sans cesse repoussées pour des soucis administratifs divers. Pendant ce temps, le seul club ouvert fait bien sûr salle comble, preuve que la demande est bien réelle et que le marché est bien trop privé de concurrence. Pourtant, ce n’est pas la volonté des propriétaires qui est à remettre en cause, bien au contraire : les équipes sont prêtes, les agréments donnés ou en cours. Non, ce qui achoppe, ce sont plutôt des soucis administratifs assez basiques qui bloquent toute ouverture au public.

Pendant ce temps, les tournois, eux, fleurissent, et battent à chaque occasion tous les records de fréquentation. Que ce soient les tournois low-stakes d’Apo dans les casinos locaux, le tout nouveau France Poker Festival, mais aussi les WPTDS, les BPT, les WSOPC, les UDSO ou les Sismix de Winamax, cela se joue quasiment à chaque fois à guichets fermés, tant la ferveur est grande. On veut jouer au poker, comme un loisir désormais accessible à tous, sans avoir à débourser les sommes folles des années fric où les buy-in frisaient les 10 000 € en moyenne. Désormais, il y a le poker de proximité (avec des buy-in allant d’une centaine d’euros à un millier d’euros) et celui qui passe à la télévision et que l’on regarde encore avec émerveillement, avec ses joueurs stars qui manient des millions à chaque fois qu’ils font tapis. Deux salles, deux ambiances.

Disponible maintenant en kiosque !

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Magazine

WSOP Las Vegas en couv’ du Poker52 de mai

Published

on

By

Un demi-siècle déjà que les World Series ont définitivement transformé le visage du poker de compétition. Commencées, au départ, comme une simple réunion de sharks de tripots texans et de casinos (plus ou moins truqués) de Las Vegas, ces World Series ne sont pas restées longtemps un simple vote à main levée censé désigner le « meilleur d’entre nous ». Ce qui n’était au départ qu’une idée tronquée, voire viciée, est vite devenu une compétition dont l’intégrité n’a jamais été remise en cause pendant toutes ces décennies.

On aura beau faire, rien ne remplacera le Main Event des WSOP ou le bracelet décroché lors d’un de ses autres tournois phares, comme le Players Championship à 50 000 $ ou les Championships à 10 000 $. On se souviendra longtemps, ici, de la joie folle d’un Fabrice Soulier lorsqu’il décrocha en n son premier bracelet WSOP dans un H.O.R.S.E. à 10 000 $, ou de l’émotion folle des finalistes français du Main Event, Benjamin Pollak ou Antoine Saout en tête. C’est pour de tels moments que les joueurs et toute la caravane qui les suit – journalistes, couvreurs, famille, amis ou fans – continuent à affluer inexorablement vers cette drôle d’oasis qui assèche, cet îlot de néons et de strass clinquant qui illumine, chaque nuit, le grand désert du Mojave. Tous s’y perdront un jour ou l’autre, certains – une poignée, par le talent, la chance, la persévérance ou l’inconscience – goûteront une fois à cette joie folle de la victoire aux sommes absurdes. Et la plupart disparaîtront comme ils sont venus : pleins de rêves et les poches vides.

Disponible maintenant en kiosque !

Continue Reading

Magazine

Unibet change sa poker face en couv’ du Poker52 de avril

Published

on

By

C’est donc cet été que tout va bouger à Paris, en pleine torpeur estivale : les clubs vont fleurir autour du fameux « triangle d’or », cette accumulation de rues « monopolyesques » du 8e et du 16e arrondissement. Pourquoi pas ailleurs ? À part le Club Montmartre (ex-Clichy), aucun autre quartier de Paris ne semble attirer les casinotiers et autres opérateurs… Pourtant, cela fait longtemps que l’Ouest parisien n’est pas obligatoirement le plus attractif pour la nouvelle génération de touristes qui préfèrent le calme et la sécurité de Saint-Germain-des-Prés, nouvel eldorado des riches Américains, ou les petites rues du Marais, quartier le plus cher de la capitale, voire de l’ancien Sentier.

Cette concentration est historique, et il faut croire que le changement de législation n’aura pas changé la façon d’envisager géographiquement l’offre du jeu à Paris. Cette densité a un intérêt : les joueurs sauront où se retrouver et il sera facile de passer d’un club à l’autre, selon les tables ouvertes. Mais cela induit aussi que l’offre est dirigée vers des typologies de joueurs qui n’auront peut-être pas énormément évolué. Le point positif, par contre, c’est que le poker sera au cœur du projet de nombreux clubs, avec des différences sur l’offre cash-game et tournoi, au gré des divers établissements. Plus que trois mois à attendre : on a vraiment hâte de voir tout cela se concrétiser !

Disponible maintenant en kiosque !

Continue Reading

Magazine

Gavin Smith en couv’ du Poker52 de février

Published

on

Une expression anglo-saxonne résume bien le sentiment que l’on peut éprouver à l’annonce du décès d’une personne qu’on a toujours aimée sans la connaître de manière privée : « one of the good guys ». C’est ainsi que Daniel Negreanu a évoqué Gavin Smith, lorsqu’il en a appris le décès de façon prématurée, à tout juste cinquante ans. Entier, jusqu’à ne pas arriver à canaliser ses démons et son énergie, Gavin Smith avait beau être parfois « trop » en tout, il était avant tout un des good guys du poker américain, un revenant tiraillé par ses démons, un monstre de sincérité, de gentillesse et de générosité.

Le même jour, nous apprenions un autre décès, celui d’un ami que nous avions eu la chance de connaître à travers ses deux passions – entre autres –, le poker et la musique. Bruno Vanryb, formidable entrepreneur très médiatisé depuis quelques années, avait commencé comme roadie pour des groupes de rock dans les années 1970, pour devenir ingénieur du son à Davout, l’un des studios les plus réputés de l’époque, et enfin créer une société de logiciels son qui lui avait apporté un très grand succès commercial et financier. Toujours affable, ouvert aux nouveaux projets et fourmillant d’idées, il était lui aussi l’un des good guys qu’on aimait croiser dans les cercles ou les casinos. Il jouait, contrairement à Smith, en simple amateur éclairé, et prenait le poker pour ce qu’il doit être pour la plupart d’entre nous : un loisir qui nous permet de rencontrer des personnalités hors du commun.

Disponible maintenant en kiosque !

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.