fbpx
Connect with us
center>

News

Aussie Millions : Les choses sérieuses commencent

Published

on

Après une multitude de side events, les tournois majeurs ont débuté au Crown Casino Melbourne, terre d’accueil du Aussie Millions. Ce dimanche se sont déroulés deux jours 1 majeurs, celui du main event 10 000 AU $ + 600 AU $ ainsi que celui du 100 000 AUS$ Super High Roller.
157 joueurs se sont présentés pour le premier jour du main event, et c’est Brian Payne qui ressort en tête du Jour 1A avec près de 300 000 chips au compteur. 70 autres compétiteurs ont survécu à la première vague du main event.
Pendant ce temps, le 100 000 AU $ No Limit Hold’Em a attiré 22 joueurs, dont 7 revienne aujourd’hui pour la table finale. Seulement 4 d’entre eux seront payés.

Masa Kagawa, Chip Leader du 100 000 AU $

Voici la liste des joueurs de la table finale, avec leur chip count :
1. Masa Kagawa 695 000
2. Igor Kurganov 563 000
3. Dan Shak 435 000
4. Tobias Reinkemeier 160 000
5. Vanessa Selbst 136 000
6. Andrew Robl 129 000
7. Niklas Heinecker 85 000

Les 4 premiers repartiront avec les gains suivants :

1. 1 000 000 AU $
2. 610 000 AU $
3. 320 000 AU $
4. 237 000 AU $

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Apo, une équipe au service du poker

Published

on

En quelques années, la marque Texapoker, fondée parApo(stolos) Chantzis, est devenue un incontournable du poker hexagonal, jusqu’à devenir quasiment hégémonique depuis la reprise d’activité après la pandémie Covid. Entouré de François Lascourrèges, fidèle depuis des années, et Mickaël Lesage, nouvel arrivant dans la galaxie Texapoker, Apo crée, dirige et assure désormais plus de 1600 tournois par an. Rencontre du triumvirat qui fait battre le cœur du poker français.

Le poker a d’unique qu’il accueille sans différence aucune tous les profils de joueurs, mais aussi d’organisateurs. Souvent attirés par les sirènes du tapis vert, ceux qui en font désormais tourner le business ont un seul point commun, l’amour du beau jeu, et autant de destins que de personnalités. À tout juste 70 ans, Apo en est le plus pur produit: «Je suis un autodidacte qui s’est créé tout seul», confie-t-il. «Je n’ai même pas suivi de formation de casinotier, au départ je jouais pas mal au poker fermé (le Draw), et j’ai gagné quelques tournois en Espagne, avant de me mettre à pratiquer le Limit Hold’em début 2000, puis de fréquenter le casino de Barcelone… Je suis empirique, et j’ai toujours travaillé très simplement. À chaque tournoi, je me fais un petit tableau pour déterminer les besoins en ressources humaines : tant de croupiers, tant de chefs de partie, tant de TD, etc. Je détermine un budget prévisionnel qui me permettra d’atteindre l’objectif. En fait, c’est simple: le cœur de mon métier, c’est de remplir chaque jour les salles.» Bien lui en a pris puisque, depuis le début de l’aventure Texapoker, pas un tournoi n’a fini dans le rouge: «Ma devise, c’est “Un tournoi près de chez vous”, et je ne déroge pas à cette règle. C’est mon système économique, pour que les clients puissent s’y retrouver, sans dépenser trop d’argent dans les hébergements ou dans de la nourriture. Ils peuvent même rentrer chez eux, puisqu’avec le maillage de casinos partenaires sur tout le territoire, ils trouveront un casino à moins de 150km de chez eux.»

L’EXPÉRIENCE POKER À PORTÉE DE TOUS

Ses débuts, comme François Lascourrèges, directeur de production chez Texapoker, Apo les a faits en province, bien loin du brouhaha parisien et des luttes de pouvoir entre casinotiers. Apo vient de Perpignan, d’où il continue de conceptualiser et d’articuler ses centaines de tournois, tandis que François Lascourrèges vient d’un peu plus au nord, en Gironde. C’est dans l’associatif que François Lascourrèges a fait ses premières armes: «Études à Bordeaux en BTS, et avec le temps libre qu’il me restait, j’écumais toutes les associations de la région en tant que jeune joueur passionné. Les casinos commençaient à organiser des tournois dans la région, jusqu’au moment où l’un d’entre eux m’a invité à travailler en tant que croupier extra. Les casinos recrutaient auprès des amateurs de poker pour former des croupiers, et j’ai débuté ainsi vers 2008-2009 en distribuant le jeu à table.» Parallèlement à ses études, il se frotte au cash-game, joueur gagnant aux petites limites, à Gujan-Mestras, puis découvre les tournois live, ne goûtant que peu au online. «J’étais très investi dans le poker associatif, notamment en tant que président du club d’Arcachon pendant cinq ans, jusqu’en 2011.Dans ce cadre, on a créé une sorte de ligue de poker, le 3+3, regroupant tous les joueurs amateurs, et organisé des tournois gratuits dans tous les casinos de la région. L’aventure s’est arrêtée sur le deuxième tournoi à Gujan, lorsqu’il m’a proposé de travailler pour eux. On a fini par se sédentariser à Gujan, qui avait un énorme potentiel, en organisant des freerolls sur place. On m’a ensuite proposé la place de MCD/directeur de tournoi, une énorme opportunité, et avec le travail, ça a payé…» Vient alors la rencontre avec le monde du poker professionnel: premier FPS en 2012 à Gujan, et grâce aux équipes locales, la collaboration avec Apo et Texapoker. La rencontre entre les deux hommes était actée ,et dès 2018, François Lascourrège rejoint à temps plein la structure, quittant un travail sédentaire pour une vie sur les routes, à passer de casinos en clubs de jeux, pour assurer le suivi de production parfait de la marque.

UNE ÉQUIPE COMPACTEET SOUDÉE

Malgré le nombre exponentiel de tournois organisés par sa structure depuis la sortie du Covid, Apo reste confiant quant au fonctionnement inhérent à Texapoker: «La sortie de la pandémie a été un moment clé et un défi vraiment fou pour l’entreprise. On voulait reprendre les tournois et initier le retour du poker le plus tôt possible afin de permettre aux croupiers et aux équipes des casinos de survivre au mieux», résumeFrançois Lascourrèges. «Ça a été un moment clé, où il y a eu beaucoup de débats en interne, mais on en est ressortis encore plus fort. Apo a été le premier à avoir le courage et la détermination de retourner au front, c’était impressionnant. Les croupiers, c’est le nerf de la guerre, car ils sont volatils et voyagent énormément.» Apo plussoie:«On fait travailler un peu moins de 100 croupiers en simultané, à partir d’un pool de 130 à 140, qui inclut le personnel étranger. Il ne fallait pas les laisser sur la touche.» Le facteur humain, depuis, est d’ailleurs devenu la clé de toute entreprise poker: la formation (en interne chez Texapoker, chapeautée par Élodie Martin), mais aussi la gestion humaine, prise très au sérieux avec deux employés dédiés à cette tâche: «L’équipe comprend également Nicolas Pinna, qui s’occupe de tout le back-office web et le suivi réservation, deux responsables des ressources humaines, François Lascourrèges en directeur de production, Florence Mazet à la communication et désormais Mickaël Lesage, directeur d’exploitation.» Mickaël Lesage, justement, vient de rejoindre le navire Texapoker (Apo, quant à lui, parlerait plutôt de voilier, en grand amoureux de la mer), après une belle carrière dans le poker parisien:«J’ai commencé en 2006 au sein d’un cercle de jeux, le Cercle Concorde en tant que croupier poker. Puis j’ai été appelé par unautre cercle, le Cercle Clichy-Montmartre, afin de démarrer une activité poker où j’ai évolué jusqu’au poste de MCD, directeur des tournois. J’ai eu ensuite la chance de pouvoir travailler avec la plupart des acteurs du marché (PMU, WSOP, WPT,DSO Unibet…) et même de voyager afin de me perfectionner dans mon métier. J’ai commencé à travailler avec Texapoker lors d’un Event WSOPC à Cannes en 2017. Ensuite nous ne nous sommes plus lâchés, nous avons travaillé en collaboration durant trois ans sur différents festivals lorsque j’étais MCD au Club Montmartre.»

2023, TOUJOURS PLUS HAUT

Le poste de Mickaël Lesage, qui vient d’être créé en décembre 2022, était indispensable au bon développement de l’entreprise pour l’année qui débute: «Apo m’a proposé d’être directeur d’exploitation de Texapoker en sachant que j’avais quitté mon poste au sein du Club Montmartre. J’ai effectué quelques événements pour Texapoker en ac-ord avec mon ancien employeur et cela s’est toujours très bien passé. Dans l’entreprise, je garde mon poste de directeur de tournoi, mais je suis également en charge de la programmation et de la coordination des événements avec François. Nous collaborons tous les deux étroitement à l’exploitation des licences et partenariats qu’Apo a signés pour le compte de Texapoker.» L’année 2023 s’annonce assez folle en termes de développement et de consolidation du marché pour Apo: «Nous travaillons en France avec 22 casinos et clubs, et nous sommes complets pour toute l’année au minimum. Le seul développement immédiat supplémentaire concerne l’Europe, avecl a Belgique, à Namur peut-être, mais aussi l’Autriche, avec Baden. Notre concurrence est simple et saine: c’est le Barrière Poker Tour, et nous respectons beaucoup leur travail et leur offre. Je préfère avancer de notre côté, dans un écosystème poker qui est sain pour tout le monde.» Il faut dire que l’année 2022, qui vient de se clore, a été riche en émotions: «Les WSOPC à Cannes, par exemple, étaient hallucinants, avec la nouvelle salle à l’étage et sa cinquantaine de tables au lieu de vingt-cinq», se souvient, ému, François Lascourrèges. Une collaboration unique avec le casino cannois dirigé par Alain Fabre, figure attachante et charismatique parmi les casinotiers français: «Avec Alain Fabre,on se connaît depuis des années, et on travaille main dans la main. Les WSOPC 2023, du 12 au 25 avril, devraient aussi beaucoup faire parler d’eux!» sourit Apo. «Quant àSan Remo, on a confié la direction quotidienne à Alex Angossi, pur produit Texapoker, qui travaille depuis six ans en étroite collaboration avec moi. Cette année 2023 va être très belle là-bas: l’IPO, qui a lieu du 1er au 10 mai, mais aussi le WPT Prime, du 5 au 11 juin, ainsi que le DSO du 11 au 16 juillet.» À la clé de l’année à venir, le nouveau deal exclusif à Paris avec le Club Circus qui débute en fanfare dès janvier, avec le WPT Prime, une nouvelle signature qui réjouit toute l’équipe: «Le retour du WPT Prime en France et en Italie, par Texapoker, c’est une nouvelle extraordinaire», ajoute François Lascourrèges, tandis qu’Apo rêve encore et toujours plus haut. «Je veux faire revenir un WPT Global avec le Main Event à 3500€ à Paris. On va également lancer des qualifications dans toute la France avec douze qualifiés pour un package à 12000€ offrant le tournoi du WPT Championship de décembre 2023 au Wynn à LasVegas, à partir de tournois qualificatifs à quelques centaines d’euros.C’est du long terme, avec le WorldPoker Tour, comme avec tous les partenaires avec qui nous travaillons.» Car la force de Texapoker réside également dans sa fidélité à de nombreux acteurs du marché: PMU et Unibet côté online, qui ont vu leur fréquentation exploser depuis deux ans, mais aussi des franchises telles que le WPT, le FPO, les DSO, les satellites pour l’EPT ou les FPS, des casinotiers indépendants ou ralliés à des groupes. «L’important», conclut Apo, «c’est que tout le monde s’y retrouve. Et que l’on travaille tous ensemble dans la même dynamique positive qui nous anime depuis le départ.»

Continue Reading

News

Paris, capitale du poker pour débuter 2023

Published

on

Paris, capitale du poker pour débuter 2023

C’est au Club Circus dans le 16e arrondissement parisien que la rentrée 2023 du poker live va se dérouler avec deux événements majeurs coup sur coup signés PMU et Texapoker.

L’année sera chargée pour les équipes de Texapoker partout en France et en Italie : et tout commencera avec un événement avec son fidèle partenaire PMU Poker puisque le France Poker Open est de retour pour une nouvelle saison.

La première étape de ce FPO par PMU.fr a débuté ce lundi 2 janvier au Club Circus à Paris. Un FPO 300 animera la première semaine de festival tandis que le Main Event à 600€ commencera le dimanche 8 janvier avec 5 journées de départ. Les qualifications sont toujours ouvertes en ligne sur PMU.fr et de nombreux satellites auront également lieu sur place. Un streaming sera proposé pour suivre la finale du Main Event le dimanche 15 janvier.

Les équipes de Texapoker et PMU ne quitteront pas longtemps les lieux puisque le grand retour du World Poker Tour en France se fera dans ce même Club Circus à Paris du 22 janvier au 5 février sous son format Prime. Après un Opener à 500€, le Main Event à 1 100€ ****proposera 4 journées de départ à partir du 31 janvier. Un high Roller à 2 200€ et un Super High Roller à 3 300€ complèteront l’offre de tournois.

Les réservations pour ces deux festivals sont disponibles sur Texapoker.net.

Continue Reading

News

[WPT CHAMPIONSHIP] Hécatombe avant le dernier niveau

Published

on

By

Le jetons noirs à 1 million ont fait leur apparition, et ça claque, comme on dit Saint-Jean de Végas.

Commençons par évoquer les disparus : comme je vous le disais dans l’article précédent, Pat Lyons est sorti, en 71ème position (53200 dollars), juste derrière Asher Conniff et Rania Nasreddine (cette dernière au palier d’en-dessous, 46650 dollars). Asher et Rania sont sortis en table télé, qui a ensuite été cassée et recomposée. Johan Guibert, le dernier espoir français, est sorti 75ème et remporte la même somme. Frank Lagovich sort au même palier, deux places derrière. James Carroll (ci-dessous) est sorti en 69ème position.

 

Les joueurs sont maintenant 65 et le rythme a un peu ralenti. On peut cependant assister à un duel de lunettes de soleil au sommet entre Juan Orellana (actuellement 10ème à presque 8 millions) et Krasimir Yankov (1ère avec 12 millions). Et d’après ce que j’ai vu, je pense que Krasimir n’a jamais lâché une grosse blinde de sa vie.

 

Soheb Porbandawarla est 3ème et joue une main face à Frank Funaro. C’est ce dernier qui ouvre les hostilités avec une relance du hijack à 300k (les blinds sont désormais à 50/100k). Soheb lui répond par un tribet de 600k. Funaro réfléchit un temps et revient sur lui avec un bet de plus d’1,2 million. Soheb finit par lâcher sa main avec répugnance au bout d’un moment.

Frank regarde le compteur du tournoi tandis que Soheb réfléchit

Parmi les joueurs en course dont je n’ai pas encore parlé, citons Colton Blomberg ( à gauche), à 4,5 millions de jetons, et Bryce Yokey (à droite), avec 9 millions, qui se distinguent principalement par leur discrétion – mais on sait que les joueurs discrets peuvent aussi être dangereux.

 

Le temps que je finisse ce post, d’autres joueurs sont tombés, parmi lesquels Steve Gross (61ème, 61350 dollars), Davide Suriano et Pat Quinn en 62 et 63ème positions.

 

 

 

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.