fbpx
Connect with us
center>

News

Disparition de Nic Szeremeta : un des grands acteurs du poker européen vient de nous quitter

Published

on

Il était l’une de ces figures quasi anonymes du poker, que seuls les initiés connaissaient. Mais pour ceux qui avaient déjà croisé sa route, tous s’accordaient pour dire que Nic Szeremeta, né en 1943 dans une petite bourgade anglaise, avait fait bien plus pour l’essor du poker en Grande-Bretagne et en Europe que bien des stars du circuit. L’homme était affable, disert et jamais avare en anecdotes de ce monde quasi-associatif qu’était le poker anglais dans les années quatre-vingt.

Szeremeta, homme de presse qui a vécu des dizaines de vie (dont celle de bookmaker et de dirigeant d’un journal local), aimait l’écriture et les cartes. Il a ainsi combiné ses deux passions en lançant en 1998 « Poker Europa », le premier magazine européen du poker (repris en 2011 par l’équipe de Poker52 pour en faire Poker52 Europa). Cette « institution » mensuelle distribué dans tous les casinos d’Europe, faisait aussi bien la part belle au contingent anglais — comme ses amis les frères Boatman et Ram Vaswani créateurs de hendon Mob, ainsi que des légendes plus médiatiques telles que Dave ‘Devilfish’ Ulliott— qu’aux grands joueurs old school du monde entier.
 
Co-créateur dans les années 90 de la très active European Poker Player’s Association, il a également créé une émission de poker télévisé qui a participé au boom outre-manche de cette passion, avec Late Night Poker, dans laquelle sa fille Katie fera également une apparition. Sa disparition, à l’âge de 77 ans, en ce début d’année 2021, laisse un grand vide dans le coeur de tous ceux qui ont eu la chance de travailler à ses côtés ou partager un verre de vin à l’ACF lors des European Poker Awards à Paris qu’il avait également contribué à créer.

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Layne Flack, l’enfant prodige du poker, est mort cette nuit

Published

on

Il avait 53 ans au compteur, et des victoires par centaine. Celui que beaucoup estimaient être un des young guns du poker dans les années 2000, brillant, agité et météorique, n’aura finalement pas survécu ses contemporains.

Layne Flack est mort cette nuit, et toute la communauté des joueurs, de Daniel Negreanu à Mike Matusow, en passant par Jennifer Harman (J’ai “staké” Layne Flack un jour dans une partie, et nous avions convenu de six choses interdites à ne pas faire de sa part ; dès le premier soir, il a transgressé toutes ces règles, et on en a bien rigolé, a-t-elle tweeté) ou Phil Hellmuth) est unanime quant au caractère exceptionnel de la trajectoire de Flack. En guise d’hommage, nous republions un article qui lui était consacré lors d’une édition passée des WSOP.

LE JOURNAL OFF DU POKER
[WSOP Journal Off Event #13] Layne Flack, le retour de l’enfant prodige

Comme Las Vegas, les World Series sont à la fois le problème et sa solution, une hydre qui engloutit en masse ses inféodés les plus faibles et célèbre, des années plus tard, des résurrections qu’on n’attendait plus. Hier, un banal tournoi à 2500 $ (Omaha Stud Hi-Lo, Event 13) a ainsi remis dans la lumière un de ses plus brillants rejetons, Layne Flack.

Une véritable attraction pour les old-timers, un wonder-kid d’une époque révolue. Flack est « né » médiatiquement à la fin des années 1990, après sa victoire de 1997 au Hall Of Fame Poker Classic, puis une année plus tard en runner-up d’un NLHE 2 000 $ aux WSOP, finissant devant Scotty Nguyen. Pour tous, Flack est l’héritier direct de Stu Ungar, comme une réincarnation apparue à la surface de la planète poker au moment même où le Kid Ungar se laissait emporter par une overdose dans un motel perdu de Glitter Gulch. Héritier, Flack, car directement dans la lignée de Ungar : un joueur instinctif, terriblement brillant, sûrement trop pour un monde du poker qui à cette époque déjà tendait à s’aseptiser, et un adepte de l’extrême, goûtant à toutes les drogues (alcool, cocaïne, PCP, crystal-meth), broke au quotidien, gagnant à tout jamais.

Demandez à ses amis – et ils sont encore bizarrement nombreux – de vous parler de Flack, et tous auront le même sourire gêné, plein d’affection. Ted Forrest, son backer de l’époque, avait dû se battre comme Billy Baxter avec Stu Ungar, à le sortir de son lit pour qu’il descende au Horseshoe. Pendant ces années, Flack vit avec une bouteille de bourbon à portée de main. « Un matin, Hellmuth et Forrest viennent me chercher dans mon lit, en hurlant pour que je me réveille. Il paraît que j’étais en table finale d’un tournoi des World Series, j’avais complètement zappé, trop saoul pour m’en souvenir. » Quelques minutes plus tard, au bout de trois mains, il élimine le chip leader, et entame sa route vers son premier bracelet.

Au début des années 2000, Flack goûte à la drogue, via un ami qui lui passe une pilule d’ecstasy. Avant cela, Flack s’était contenté de l’alcool, avec un excès rare. « C’est le meilleur ivrogne que j’ai jamais vu jouer au poker », se contente de résumer un croupier du Horseshoe de l’époque. Pour Flack, la drogue est une nouvelle étape dans sa vie d’addict, et elle coïncide avec ses années les plus brillantes en termes de poker, puisqu’il totalise plus de 2 000 000 $ de gains entre 2002 et 2004. « À cette époque, je n’ai jamais joué sobre », nous confiait-il l’an dernier à la pause d’un tournoi des World Series, les cheveux en brosse et la mine reposée. « Je n’ai même pas vu le monde du poker évoluer, tout allait simplement, j’étais défoncé 24h/24, et les jetons venaient vers moi. »

Étrangement, ses années de rehab, passées à décrocher, coïncident aussi avec ses moins bons résultats. « Daniel Negreanu m’a pris en main, il a payé de sa poche ma cure de désintoxication, et toute ma vie, je le remercierai pour cela. J’étais broke, sans le moindre sou, des gens se sentaient trahis par ma conduite, et je roulais à 200 à l’heure vers un mur d’acier, le sourire aux lèvres… » Hier, en finissant premier du Day 1, Flack a renoué avec un succès qui lui échappait depuis quelques saisons.

S’il finit en places payées ou, mieux, renoue avec la victoire, combien devra-t-il à ses backers ? Que fera-t-il du (petit) pourcentage qui lui restera ? « Vegas est la ville au monde où se retrouvent les plus grands arnaqueurs, les plus belles putes et les dealers qui ont la meilleure came. Quand tu tombes là-dedans gamin, comme moi, tu ne te rends pas compte que tu as sauté à tout jamais dans la fosse aux requins. Et t’as beau essayer, rien n’y fera : tu ne t’en sortiras jamais », résumait-il, lucide, il y a quelques années à des confrères anglais. S’en sortir, ca sera revenir, demain, tomber sept fois, se relever huit.

Continue Reading

News

Michael Schwartz rejoint la Team Pro PMU Poker

Published

on

Aux termes d’une compétition haletante et d’une finale à 6 joueurs, Michael Schwartz, alias « Caecilius », remporte l’édition 2021 du grand concours Pro Dream. Il rejoint la « Team Pro », l’équipe professionnelle de PMU Poker, pour un an, avec un contrat de 50 000 € à la clé et le privilège de représenter la marque PMU Poker dans les plus grands tournois « live » au monde.
 
Michael Schwartz, 28 ans, a remporté la 7e édition de Pro Dream organisé par PMU Poker et rejoint ainsi pour une saison les membres de la « Team Pro », Erwann Pecheuxet Sarah Herzali. Le jury a été convaincu par sa prestation tout au long de la compétition, par la qualité de son jeu de Poker et par sa personnalité. Accompagné par le Team Manager de l’équipe PMU Poker, il participera durant un an aux tournois de Poker les plus prestigieux en France et dans le monde dont celui de Las Vegas. Michael Schwartz succède au palmarès de Pro Dream PMU Poker à Jonathan Therme, François Tosques, Pierre Merlin, Romain Paon ou encore Damien Lhommeau.
 
Les cinq joueurs finalistes remportent quant à eux un package Las Vegas de 4 500 € offert par PMU Poker.
 
Cette année encore, la compétition phare organisée par PMU Poker a connu un très grand succès. Acteur historique du marché, PMU Poker est une marque populaire et de confiance pour les joueurs, que beaucoup rêvent de rejoindre à travers ce sponsoring exceptionnel qui permet à un joueur de vivre une immersion unique dans le monde du Poker professionnel et dans l’univers de PMU Poker.
 
A l’issue de la délibération du jury, Brewenn Cariou, responsable de l’activité PMU Poker a déclaré : « Cette magnifique finale de Pro Dream a tenu toutes ses promesses. Je tiens à féliciter l’ensemble des joueurs de cette promotion 2021, qui ont montré toute leur qualité de jeu durant la compétition et de très belles personnalités. Avec l’ensemble des membres du jury, nous sommes très fiers d’accueillir Michael dans l’équipe aux cotés de Sarah et d’Erwann, comme nouvel ambassadeur de PMU Poker. Michael est un jeune espoir du Poker Français qui n’a jamais encore été sponsorisé. Il a su se montrer performant et convaincant durant toutes les étapes de Pro Dream. Il franchit les étapes une à une depuis quelques années et avec toute la Team Pro nous sommes convaincus qu’être le nouveau Team pro sera pour lui un tremplin vers le haut. Nous sommes tous très heureux de retrouver les évènements Live qui font la magie du Poker et on espère qu’avec nous il va vivre à fond cette nouvelle expérience extraordinaire. »

Continue Reading

News

Les Expresso se mettent à l’Euro sur Winamax

Published

on

À l’occasion de l’Euro, Winamax propose à ses joueurs de marquer des buts sur les Expresso et de remporter des primes de match, jusqu’à 100 fois leur buy-in ! 

Jusqu’au 23 juin inclus, chaque Expresso x2 mettra en jeu 48 drapeaux Expresso Euro correspondant à l’une des 24 équipes engagées dans la compétition. Il existe 48 drapeaux différents : 24 drapeaux classiques, et 24 drapeaux OR (qui rapportent deux fois plus de points). Durant l’intégralité de la phase de poules, pour chaque but par l’équipe (ou les équipes) dont le joueur aura remporté le drapeau rapportera un point.

À l’issue de chaque match du premier tour de l’Euro, les meilleurs scoreurs pourront encaisser jusqu’à 100 fois leur buy-in !

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.