fbpx
Connect with us
center>

Online

Scandales poker : la fin de l'innocence ?

Published

on

Le poker semble être entré dans une “deuxième phase médiatique”. Comme l’ont analysé les sociologues des médias, cette deuxième phase est critique : elle s’accompagne d’une remise en cause globale du système des valeurs d’un milieu.

Dans le cas du poker, le “déclencheur” a été le retour de manivelle du Black Friday : pendant des années, les sites web online ont opéré en toute illégalité aux USA, avant d’être rattrapés, un matin, par la réalité judiciaire. Les centaines de milliards joués (et les milliards prelévés par les rooms onlines) avaient disparu depuis longtemps, mais à l’aune de ces arrestations en masse, le grand public s’est levé avec la gueule de bois : leur passion n’était-elle que blanchiment, détournement et évasion fiscale ?

Le joueur, adulé, héros moderne, pionnier du hasard serait-il en fait un vulgaire bandit du quotidien ? Les rounders, leur arme sur les genoux et les cartes truqués dans la manche, étaient-ils si différents des nouveaux champions WPT/WSOP/EPT ? Quelques mois auparavant, la triche supposée d’Ali Tekangamac, au PPT, avait déjà fait grand bruit. La parole des joueurs, souvent, était d’or. Comme le disait si bien Marcel Lüske dans un documentaire sur le poker : “dans un casino, on te vole l’argent, en tête à tête, sur tapis vert. Mais le voleur le fait savoir au type qui va se faire dépouiller. C’est un accord tacite… Par contre, tu peux laisser une liasse au bar de la poker-room, sans attention, et personne n’y touchera.”

Sauf qu’avec l’arrivée des millions de joueurs, l’appât du gain facile —comme dans tous les domaines sociétaux—a refait surface. Oh, il ne s’était pas non plus bien éloigné : les rumeurs de cartes marquées couraient depuis des années chez certains habitués des cash-games high-stakes ; le chip-dumping serait même un sport national en tournoi, chez une communauté de joueurs vietnamiens menés par The Master, lui-même… Mais quelles preuves à toutes ces allégations ? Quelles vidéos le prouvant ? Quel joueur avouerait, “face up” de tels scandales ?

Et puis le Black Friday est arrivé. Un système, dévoilé au grand jour. Des entreprises, déjà pourries, comme UltimateBet, qui replongent ; d’autres, réputées irréprochables, qui plongent dans un enfer financier gris/noir, comme l’argent qu’il manie, les sommes qu’il “prête” au grand jour à leurs joueurs vedettes (Ivey en tête) d’un simple clic. Et puis il y a ce vainqueur de l’Epic Poker League —compétition autoproclamée sans sponsor illégal— qui n’est autre que Chino Rheem, broke-for-life, qui doit des dizaine de milliers de dollars, jamais remboursés à ses congénères.

Avec cet évènement-choc, les langues se sont déliées. Des génies du online, comme Daniel “Jungleman12” Cates se sont retrouvées pris dans la tourment de triches online globalisées ; dans l’arrière-cour de certaines salles online .fr, on évoque des collusions par chat IRC, du multi-account de certains joueurs vainqueurs réguliers de tournois hebdommadaires, de chip-dumpings en amis. On bannit, sous couvert de la confidentialité, ou l’on attend plus de preuves.

Mais la “deuxième phase” qui touche tout le milieu pourrait faire trembler tout le système de promotion du poker : comment assurer une parfaite légalité du jeu online ? et lors des tournois ? Les réponses viennent des Tournament Director : ne pas parler à table, comme le prône Matt Savage, pour ne pas communiquer de vraies/fausses informations, même à des complices. Les joueurs, Negreanu en tête, s’insurgent : le poker est un jeu d’informations, de détours et d’assertions. Il faut pouvoir tromper, analyser, faire parler. Les deux parties se tiennent, et la réponse aux fraudes n’est sûrement pas là. Il faudra peut-être uniquement accepter que le monde —du poker, ou autre— n’est jamais univoque, propre et sans faille. Tout cela, finalement, le “milieu” du poker le savait. Par coeur. Et depuis longtemps. L’heure de la “glasnost”, de la transparence à tout va, semble avoir sonné. Pour combien de temps, et pour quels intérêts ?

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Le Sunday, c’est funday sur Winamax !

Published

on

Il y a un dicton qui dit « Après la pluie, le beau temps. » C’est bien sympa, mais chez Winamax on préfère : « Après le beau temps, le beau temps ! » Dans la foulée de l’été indien des WSeries, on enchaîne avec un splendide rayon de soleil à un million d’euros qui va venir réchauffer votre dimanche : le Sunday Funday

Battle Royale (19h), XTASE (20h15), Prime Time (20h30), Highroller (21h), Purple et Grand Tournament (21h15) : un pic de température vous attend sur chacun de ces six tournois, alors que le voyage au chaud vous coûtera deux fois moins cher que d’habitude. Des prévisions largement au-dessus des normales saisonnières qui pourraient vous permettre de filer vous dorer la pilule sous les tropiques. Bonne chance !

Continue Reading

Online

23 millions d’euros garantis lors des Winamax Series !

Published

on

Du 5 au 16 septembre, il va falloir viser juste pour scorer un 300 immaculé sur les Winamax Series. Tel le Duc au sommet de son art dans The Big Lebowski, Winamax propose à ses joueurs d’enquiller spares et strikes pour décrocher leur part d’une dotation de 23 millions d’euros minimum. Un record absolu, faut-il vraiment le préciser ? 

Mais avant de serrer le scratch de ses belles chaussures et d’aller se sécher les mains au-dessus de la ventilation d’un geste faussement nonchalant, il est fortement conseillé de se muscler les doigts et de bien réviser son petit pas de danse d’avant lancer. Car sur cette édition de septembre, ce ne sont pas moins de 199 quilles qu’il faudra faire tomber au cours de douze jours et douze nuits à perdre la boule. De 2 à 2 000 € l’entrée, des Deglingos les plus frénétiques aux Monster Stack les plus confortables, des variantes de spécialistes au mètre-étalon No-Limit Hold’em… En bref , une véritable piste aux étoiles faisant briller tout le poker qu’on aime. Et ce n’est pas tout ! Avec un Colossus grimpant à 1 million d’euros garantis (le double de l’édition d’avril) et un Super Highroller qui passe lui aussi la barre fatidique des 7 chiffres. Mais aussi les traditionnels Flights au long cours promettront quant à eux 6,6 millions d’euros, dont une bonne partie réservée au toujours aussi monumental 4 Million Event.

Chaque jour, il sera possible de remporter son ticket pour les plus beaux tournois des Series en disputant les tournois habituels, renommés pour l’occasion, ou en lançant des Expresso Series ! 

Il ne restera plus qu’à atteindre le score maximum de 12 strikes consécutifs sans finir dans la gouttière : alors, qui va détrôner le Duc ?

Pour connaître les détails du programme des Winamax Series c’est par ici

Continue Reading

Online

Les Monsters Series XL s’installent sur PMU Poker !

Published

on

Du 29 août au 15 septembre 2021, le festival « Monsters Series XL » passe au format XL et envahit PMU Poker. Durant les 18 jours de compétition, les joueurs se partageront 2 000 000€ dans des tournois inédits et spectaculaires. 
 
Le festival proposera des tournois, allant de 0,5€ à 2 000€, et des gains pouvant monter jusqu’à 250 000€ pour le « Main Event High ». Plusieurs nouveautés seront mises en place avec une programmation de tournoi diabolique dont le tournoi « Devil Weekender » et son « prizepool » à 66 666€.
 
Trois Main Event à 75 000€, 150 000€ et 250 000€ de gains
Les principaux tournois « Main Event Low, Medium et High » des Monster Series XL se joueront en format « flight » avec une multitude de « Day 1 » du 29 août jusqu’au 15 septembre. Durant toute cette période, les joueurs devront cumuler des jetons, durant un ou plusieurs Day 1, pour atteindre le dernier palier muni du plus gros tapis possible et ainsi accéder à la phase finale.
 
Un classement Challenger et Elite avec 750€ à se partager tous les jours 
Le festival proposera également des Leaderboards Elite et Challenger pour récompenser chaque jour les meilleurs joueurs. Ils se partageront 750€ quotidiennement.
Le classement Challenger prendra en compte les performances des joueurs dans les tournois dont les « buy-in » (droits d’entrée) se montent jusqu’à 10€ inclus et le classement Elite concernera tous les tournois dont les « buy-in » sont supérieurs à 10€ et jusqu’à 250€.
 
Des tournois satellites à partir du 23 août 
Dès lundi 23 aout, les joueurs pourront participer à des tournois « Spins » spéciaux pour accéder aux évènements majeurs à moindre coût. Avec des droits d’entrée allant de 0,5€ à 3€, ils permettront de remporter un ticket pour les Main Event L 10€, M 50€ et H 125€.
 
D’ici au début du festival Monsters Series XL, PMU Poker incite les joueurs à rester bien attentifs … car un bonus de dépôt et d’autres surprises vont être révélés !
 
 
Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site PMU Poker, notre page Facebook, notre compte twitter ou notre chaine Twitch.

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.