fbpx
Connect with us
center>

Le journal Off du poker

Journal des WSOP (16 juin 2011) : Tout doit disparaître

Published

on

« Las Vegas est une ville sans histoire », se plaît à résumer le philosophe Bruce Bégout dans son essai magistral sur la ville du jeu et du pêché, Zéropolis. Une ville où, à intervalles réguliers, les promoteurs immobiliers décident de raser les casinos trop vieux pour faire table rase d’un passé que beaucoup oublient en quelques jours à peine. A la place, de gigantesques projets de Resorts post-modernes, comme le Cosmopolitan ou l’Aria, tours de verres quasi-corporate qui tranchent avec la vulgarité de parc d’attraction des vieux établissements.

(Voir la vidéo : ici)

A chaque époque, les casinos ont connu des modes. Il y a soixante ans ou presque, en 1952, ouvraient les portes du Casino Sahara, un complexe gigantesque de 8 000 mètres carré, aux 1720 chambres réparties en trois tours de 24 étages. Après-guerre, l’heure est aux casinos thématiques, et l’orientalisme fait fureur : le Sahara succède ainsi au Tangiers, et devient le sixième casino construit sur Las Vegas Boulevard. Son attraction principale ? Un gigantesque roller-coaster, le Speed, qui longe le Strip, et envoie littéralement en l’air ses aficionados, à quelques mètres au dessus du trafic congestionné de cette zone géographique située à mi-chemin entre les casinos du Downtown et les établissements plus modernes du South-strip.
Le temps s’est arrêté au Sahara, un 17 mai 2011. En 24 heures à peine, l’établissement s’est vidé intégralement. Une ville-fantôme coincée dans des murs en stuc blanc. Ce matin, un mois à peine après la fermeture, les repreneurs du terrain ont ouvert une dernière fois les portes le casino pour liquider ce qu’il y restait. Car, dans 8000 mètres carré, tout est à vendre, dans un gigantesque inventaire absurde mêlant tables de blackjack (850$), photographie de Franck Carson (375$) , chaises de bar vidéo-poker (125$), escalier roulant électrique (9970$), tableau de Keno (375$), néons de la poker-room (325$), lits des chambres (115$), compteur électrique de billets ou de jetons (7500$), casiers de sécurité (15$), etc.

Devant l’entrée, massés depuis 5 heures du matin, une queue d’habitants de Las Vegas, venus récupérer quelques lampes au pied en forme de chameau (65$) ou tables de poker abandonnées à même le sol (255$). L’attente est énorme, 6 heures au bas mot, sous le soleil déjà brûlant de Sahara Avenue. A 11h, les premiers évanouissements surviennent : un vieillard, touché en plein cœur par la canicule, tombe à même le sol, relevé par des pompiers de surveillance ; une femme asiatique s’écrase tête la première sur le bitume, inconsciente, et repart sans ouvrir l’œil dans une gigantesque ambulance, direction un des rares hôpitaux publics de Vegas.

A l’intérieur, rien n’a bougé depuis un mois. En se faufilant par une porte de secours, on arrive directement à l’entrée de la poker-room. « A l’époque, il y avait un tournoi quotidien à 19h, un vrai crasphoot à 20$, j’y allais tout le temps », me confie Paul McGuire, journaliste poker et historien de Vegas. « Tous les soirs, il y avait un sans-abri qui se pointait à la pause de 20h30, parce qu’il savait que le casino donnait des sandwichs aux joueurs. Il avait un vieux pass, à un autre nom, et faisait main basse sur une dizaine de sandwichs, dans un grand sac plastique grisâtre. Et puis il repartait. » La salle de poker n’a, elle non plus, pas changé : sous ses néons blafards, les tables démembrées gisent à même le sol, tandis que des déménageurs embarquent les rares chaises en bon état dans un 3,5 tonnes avoisinant. A droite, un grand escalator électrique mène à une salle des fêtes à l’étage. Pendant que les acheteurs sont trop occupés à fouiller à l’autre bout du casino dans le stock de lampes, téléphones, armoires et autres cadres utilitaires, les autres salles sont toutes vides. Au 1er étage, ne reste de l’esprit de fête qu’une grande table vide recouverte d’une nappe blanche. A ses pieds, une maquette : un projet de casino pour remplacer le Sahara. Les piétons y sont miniaturisés à l’extrême, les voitures collées à même le sol et des palmiers en plastique balisent les avenues alentour. Un projet de reconversion qui ne verra jamais le jour, puisque le Sahara, comme son voisin d’antan, le Stardust, sera sûrement dynamité un 31 décembre, rite païen de l’éternel recommencement, puisque d’histoire, à Vegas, on ne se soucie guère. Une vieille dame, au rez-de-chaussée, se lamente : « Ici, on ne sait que détruire. En Europe, vous, vous gardez les vieilles choses, et vous en construisez de nouvelles à côté. Nous, on a peur du passé, on ne veut plus le voir, on se contente de l’effacer. »

Les néons du Casbar Bar (850$) luisent encore faiblement dans la semi-obscurité du casino. Sur cette scène, à jamais désertée, Louie Prima donnait chaque soir un concert dans les années 1950s et 1960s devant le Tout Vegas. Un demi-siècle plus tard, seule une vieille femme vient s’asseoir au rebord de la scène, comme pour revivre ces instants à jamais perdus. Derrière elle, la « cage » de la banque est presque béante : derrière les sigles « Next Window » et « Cashier », les coffres du casino sont éventrés, débordant de liasses factices, de range-jetons et autres sacs en toile de jute pour faciliter le transport des liquidités. Pour la première fois, les joueurs peuvent passer de l’autre côté du miroir aux alouettes, se mettre quelques instants dans la peau de la banque. « Good to be the House, right ? », plaisante un vieux grinder américain venu ressentir les derniers souffles de l’établissement. « Man, I lost so much cash here, and they cannot even make it survive. They’re pricks, just silly pricks… all those fucking promoters, they ain’t deserving nothin’ but despise ! »

Jérôme Schmidt

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le journal Off du poker

[Journal des WSOP — 27 juin] Pour toujours un peu plus d’action

Published

on

Comment vivre les WSOP, à des milliers de kilomètres de Las Vegas, comment vibrer, perdre ou gagner comme les pros et amateurs qui ont fait le grand saut et ont offert leur chance et leur bankroll aux tables climatisées du désert du Mojave ? Comment, virtuellement, avoir un peu d’action ? Derrière ce mot transparent ou presque (en anglais, l’action, c’est avoir une part de l’investissement d’un joueur engagé dans un tournoi) s’ouvre un univers qui n’a jamais véritablement décollé en Europe, celui de stacking de joueur.

Pour la première fois, on apercevait par exemple Bruno Fitoussi (également créateur de Poker52, ndlr) ouvrir pour la première fois publiquement son action aux joueurs anonymes, via une plateforme reconnue pour son très grand sérieux, Pocket Fives, pour un 10 000$ PLO, entre autres, à un « prix » (le markup) le plus intéressant possible, à 1 contre 1, à hauteur de la moitié du buy-in. En gros, si Bruno Fitoussi gagne 100 000$ dans le cadre de ce tournoi, il en gardera la moitié, et le stackeur anonyme qui l’aura financé à hauteur de 500$ (soit 10% du stacking disponible) touchera 5000$… Pour le Main Event (qui sera joué, avec ou sans stacking), le joueur français propose un markup plus élevé, à 1,2. Dans ce cas, le stackeur qui aurait financé à la même hauteur toucherait 5000/1,2 soit 4000$.

Le concept du stacking par des sites spécialisés fait cependant encore débat. Hier, sur Twitter, un joueur et influenceur américain, Johnnie Vibes, partageait un message privé d’un « fan » qui lui demandait quand il pourrait avoir une part d’action de ses tournois. Vibes, qui n’avait jamais fait cette démarche, disait hésiter. Très vite, Tony Dunst, figure charismatique du World Poker Tour, faisait alors entendre une voix assez rare sur le sujet : « Ne vends pas d’action, si tu n’en as pas besoin. Il y a plein de façon de faire vibrer tes fans, sans avoir à vivre cette situation gênante qui consiste à leur prendre leur argent… » Joey Ingram, l’une des personnalités les plus en vogue du TwitterPoker américain, prenait quant à lui le contrepoint, assurant que le stacking était, à la manière du sports betting, une façon pour les anonymes de vivre plus intensément la compétition des professionnels.

Au delà des comptes et des chiffres, des rêves de fortune sans même toucher une carte, le débat autour du stacking anime encore les discussions entre joueurs pro. Il y a deux jours, une grindeuse américaine « offrait » 3% de son Main Event à un joueur handicapé qu’elle avait rudement traité à table. On le sait, même si tout est flou, les swaps entre pros (échange d’action entre deux joueurs participant au même tournoi) sont courants, et sont souvent accusés de fausser l’esprit de compétition dans les tournois à petits fields mais gros buy-in, puisque la variance est lissée pour ceux qui possèdent, au sein d’un petit groupe, de l’action commune.

En parallèle continue toujours le stacking de pros par des whales qui préfèrent ne pas aller au combat directement. Les rumeurs de pros ayant vendu plus de 100% de leur action se sont d’ailleurs parfois révélées réelles, après que le vainqueur d’une compétition à Monte-Carlo ait renégocié avec ses financiers : en gagnant le tournoi, il devait plus d’argent qu’il n’en gagnait… Et c’est sans parler des semi-pros prenant l’argent de leurs stackeurs, oublient de buy-in pour le tournoi concerné, et plaident le bust aux premiers levels ; ou ce vainqueur du Main Event WSOP, Jamie Gold, qui voulait renégocier son contrat de stacking après avoir décroché le titre et ses quelques 12 000 000$…

De grands champions ont souvent été soupçonnés d’être les horse de financiers hong-kongais ou américains, ne jouant jamais sur leur argent afin de se refaire ; récemment, un milliardaire stackait encore des joueurs dans le 250 000$, comme on mise aux courses. Il y a quelques années encore, les scènes, aux WSOP, d’hommes de main attendant des joueurs ITM devant des centaines de milliers de dollars à leurs stackeurs étaient monnaie courante. A Macau, ou lors de Series aux buy-in mirifiques, on aimerait connaître la réalité de l’action réelle aux tables entre jeunes multimillionaires du web, joueurs broke, Triades bien achalandées et swaps à tout va. Qu’importe, tant que le spectacle, et l’action, sont au rendez-vous.

Continue Reading

Le journal Off du poker

[Journal des WSOP — 18 juin] Rocking Las Vegas

Published

on

Le monde du poker sait aimanter les trajectoires folles, les particules élémentaires, les destins sans point commun avec le quotidien. Lib(éraux)-Lib(ertaires) (la plupart des joueurs), fous de MAGA aux carrières étourdissantes (James Woods, l’acteur inoubliable de tant de films, de Videodrome à Il était une fois en Amérique), Texans hyper-chrétiens aux arrangements intimes avec leur foi (Doyle Brunson en tête), scammers en tous genres (il suffit de regarder le forum consacrés aux joueurs indélicats sur 2+2, et vous aurez un certain who’s who du poker américain), justiciers newborns (Daniel Negreanu), apolitiques invertébrés (Yoh_viral, parmi tant d’autres) et même anarchistes intellos (en son temps, Mickey Appleman) comme le dernier vainqueur d’un bracelet WSOP (le HORSE à 1500$), Steve Albini.

La politique n’a pas cours autour des tables des WSOP, mais elle se joue plutôt sur Twitter, par blocages, retweets et shitstorms interposés. Steve Albini, lui, débat peu, mais se déclare souvent. Sa page est une heureuse foire d’empoigne et de franchise entre cette Amérique post-MAGA qu’il conchie. Loin d’un Negreanu qui applique ces terribles notions binaires de bien et de mal, et qui assume son schéma moralisateur, Albini est l’une de ces rares voix libres et singulières du poker-twitter. Il déboulonne les idoles de manière jouissive, se moque ouvertement de ceux qui ont pour cheval de bataille réactionnaire la question du genre et relancent leur carrière en se rangeant du côté de l’intolérance (l’humoriste Ricky Gervais en tête), se moque de lui-même et son « babil poker incessant pour les semaines à venir », partage de la musique noise et autres expérimentations soniques.

Il faut dire que Steve Albini n’est pas n’importe qui : avant d’être un joueur passionné (son pseudo twitter est d’ailleurs @electricalwsop), il a fait une énorme carrière de musicien et de producteur. Natif du Montana, dans ce trou incroyable qu’est Missoula (la ville, entre autres, qui aura vu l’une des plus belles voix de la littérature nature-writing américaine s’épanouir), il a vécu toute sa vie au beau milieu des rednecks à la fois libertaires et réactionnaires. Il n’aura gardé d’eux que le premier trait, et aura transporté sa folie créative dans un rock minimaliste et avant-gardiste. Côté production, il a même créé le son de plusieurs énormes groupes indépendants : Nirvana (pour In Utero) mais aussi les Pixies, PJ Harvey, les Canadiens de Godspeed You Black ! Emperor, Slint, les Stooges d’Iggy Pop, etc. En remportant cette nuit son deuxième bracelet de sa carrière, Steve Albini aura une fois de plus confirmé que tout ce qu’il touche se transforme en or, brut.

Continue Reading

Le journal Off du poker

[Journal des WSOP — 16 juin] Le jour où Fabrice Soulier est entré dans l’histoire

Published

on

Cela fait onze ans, presque jour pour jour, que Fabrice Soulier est entré définitivement dans l’histoire du poker et, surtout, a couronné sa trajectoire de grinder live, son rêve américain et son importance centrale dans le poker made in France. Onze ans depuis cette étrange matinée où Fabrice, dans la zone depuis le début de ce HORSE Championship à 10 000$, a décroché ce bracelet tant convoité, a fait pleurer la foule francophone. Les railbirds s’étaient levés tôt afin d’observer Soulier achever son dernier concurrent, en quelques mains, après avoir dû s’arrêter dans son élan, fermeture de l’Amazon Room du casino Rio oblige. Onze ans que son ami d’enfance, Jules Pochy, sa compagne, Claire Renaut, et tous les couvreurs du circuit ont écrasé une larme au moment où Fabrice, un des joueurs les plus humains du circuit, a pu exulter.

Depuis, Fabrice Soulier a décroché du circuit. Paternité oblige, lassitude du rythme infernal imposé au joueur de tournoi et de cash-game, éloignement à Malte : toutes les raisons sont bonnes pour prendre une retraite poker qui ne dit pas son nom. Mais en apparaissant cette nuit dans le chipcount d’un tournoi WSOP… HORSE (à 1 500$), après quatre années sans faire parler de lui aux WSOP, c’est comme une vague de nostalgie qui nous submerge.

Le grand public a découvert Fabrice Soulier en 2007 dans le film That’s Poker, diffusé sur Arte — un long-métrage documentaire centré sur un champion du monde en titre qui remet sa réputation en jeu (Joe Hachem) ; une figure attachante du poker francophone (Isabelle Mercier), alors au zénith de son jeu ; un entrepreneur-joueur italien qui traverse un été infernal (Luca Pagano) ; un amateur vivant à Las Vegas, habitué des cash-game miteux. Et : Fabrice Soulier. Comme dans tout documentaire, c’est la réalité qui fait le film. Si l’on prépare en « axant » les personnages avant le tournage, afin d’avoir une richesse de situations possibles, on ne peut toutefois manipuler le réel qui, dans le cas d’un été aux WSOP, est fait de longues traversées du désert et, parfois, d’épiphanies.

Si Fabrice est devenu le grand héros du film, c’est parce qu’il avait en lui tout l’humanité nécessaire pour se construire une trajectoire comme seuls les grands champions peuvent connaître. Son visage parlait de lui-même, reflétant son humeur du moment ; sa générosité ouvrait toutes les portes ; son humour, qui ne reniait pas l’autodérision, le sauvait de tout pathos. A aucun moment, il n’a apposé sa main devant l’objectif, même lors de ses plus grandes désillusions ; toujours, il est reparti « au charbon », multipliant les tournois, se refaisant en cash-game au beau milieu de la nuit, digérant badbeat sur badbeat. Lorsqu’il a atteint, enfin, une table finale, c’était lors du dernier tournoi des WSOP, alors organisé après le Main Event, au début du mois d’août. Les traits tirés, mais le sourire enfin retrouvé. La rédemption était actée. Coupez !

Fabrice Soulier est ensuite devenu le meilleur des ambassadeurs poker. Une personnalité incontournable, notamment grâce au propre média en ligne qu’il avait monté avec ses amis de toujours, feu « Made in Poker ». Fidèle en amitié, l’homme n’a jamais intégré d’autres « bandes » que la sienne : ni PokerStars ni Winamax ne l’ont attiré dans son giron, préférant les outsiders —Poker770, Everest, Betclic— dont il a été figure de proue. Avec plus de 6 millions de dollars de gain durant toute sa carrière, à une époque où les données n’étaient pas faussées par les Super High Roller ou les One Drop de millionnaires, il reste toujours dans le Top 10 des plus gros gagnants français, sans avoir joué au-delà de ses limites. Une attitude qui lui a permis de toujours prendre du recul quant à son rapport à l’argent, pestant parfois sur le prix absurde de la vie à Las Vegas, se désolant de quelques investissements historiquement mal soupesés (notamment juste après avoir passé un beau début d’année 2001 à l’ACF, remportant le Grand Prix de Paris, avant le drame du 11 septembre) et se projetant dans l’avenir au Brésil, lui et sa famille. En cet été 2022, il repasse à Las Vegas pour, peut-être, entrer encore un peu plus dans l’histoire.

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.