fbpx
Connect with us
center>

WSOP

Journal des WSOP (20 juin 2011) : Le maître et l’élève

Published

on

Lundi après-midi, dans l’Amazon Room, le clan français était resserré autour de deux tables, tout juste à l’entrée de la salle : seize joueurs, seulement, dans un tournoi souvent lent en action, en variant « split », le Stud 8-or-better 10 000$ World Championship. A chacune de ces tables, deux piliers du poker français, David Benyamine et Antony Lellouche. Plus encore : deux supernova, adeptes des cash-games les plus affolants de la planète, qui ont su imposer leur nom et leur personnalité auprès des très (rares) grands joueurs.

Le poker, Antony l’a appris à l’école, à jouer quelques parties entre amis pendant les récréations avec le fils d’un habitué de l’Aviation Club de France. Et à 18 ans, pour son anniversaire, il a été gambler ce qu’il avait en poche dans un cercle près de l’Etoile. Premiers rush d’adrénaline dans un univers qu’il n’allait plus quitter pendant longtemps. Tout jeune, Antony Lellouche n’a pas uniquement envie de flamber et de mener la grande vie : il veut apprendre, et avec les meilleurs. A cette époque, les cash-game les plus chers d’Europe ont lieu à l’ACF, qui accueille la « grosse table » comme le disent les initiés. Des sommes folles, de riches hommes d’affaire étrangers, des joueurs américains de passage (comme Freddy Deeb, Jeff Lisandro ou Mike Sexton), des Anglais roués à tous les coups (Devilfish en tête) et des espoirs locaux qui savent bien que la route vers le paradis du poker passe obligatoirement par là. De cette époque, beaucoup ont disparu, mais ceux qui ont résisté, combattu la variance et peaufiné leurs jeux, en sont sorti plus fort que jamais.

David Benyamine est l’un de ceux là, passant des nuits entières à connaître les roller-coasters de ces cash-games enfiévrés. Derrière lui, un jeune homme encore anonyme, Antony Lellouche, raide comme un piquet, observant pendant des heures, des journées et des nuits entières, le jeu de Benyamine. Le maître, à table, et l’élève, à quelques mètres derrière, dans une drôle d’éducation quasi-silencieuse, un cursus express pour entrer au niveau ultime du joueur de poker : le high-roller.

Puis, David Benyamine est parti, direction Vegas, et ses (très) grosses parties. De quoi perdre beaucoup, très vite, repasser par la case départ pour remonter une bankroll, et repartir, une fois de plus, à l’assaut. En quelques mois et une centaines de sessions, Benyamine a été accepté au Big Game, au Bellagio. Daniel Negreanu : « C’est le joueur le plus inventif que je connaisse. » Doyle Brunson : « Lorsque j’ai vu David la première fois, j’ai compris qu’il n’était pas une énième étoile filante. » Sam Farha : « Avec David Benyamine, on a toujours de l’action. Le seul problème, c’est qu’il a tendance à gagner les pots. » Rattrapé parfois par le démon du gamble, ce génie qui « transforme tout ce qu’il touche en or » (son ami de 15 ans, Fabrice Soulier) a frolé plusieurs fois la sortie de route financière : machines à sous, craps et surtout poker en ligne, où il perd plusieurs millions de dollars une quinzaine de mois d’affilée. Chaque fois, il relève la tête, décroche un bracelet WSOP il y a deux ans lorsque tous critiquent dans son dos, son poker de tournoi. Fait taire ses détracteurs en pratiquant un poker proche du génie dans High Stakes Poker. Traverse le désert de la variance en courbant l’échine et en s’obstinant.

Antony, lui, s’est assis à la table, prenant le siège laissé vacant par son mentor indirect. Pendant plusieurs années, il survole les cash-games PLO parisiens. Va faire un tour du côté du Maroc, où l’on murmure que la famille royale et quelques riches hommes d’affaires mettraient beaucoup d’argent sur la table. N’hésite pas à faire le tour d’Europe du cash-game. Bien sûr, cela ne passe pas toujours. A Paris, sur une grosse table réputée techniquement facile, il enchaîne les sessions perdantes, échouant set-up après set-up, doutant de son jeu tandis que les observateurs extérieurs remettent plutôt en cause l’équité de la partie. En tournoi, il échoue toujours à quelques places de la victoire, signant plusieurs finales EPT qu’il veut gagner trop vite, trop flamboyant.

Mais cette année, lorsque la table finale à 9 joueurs s’est montée sur la table télévisée ESPN du tournoi Stud-8 10 000$, il n’ y avait plus de maîtres ou d’élèves. Juste deux joueurs français, les plus brillants peut-être de leur génération, en quête d’un bracelet. Deux techniciens concentrés sur leur but, qui n’ont laissé aucun coup, en maintenant la pression. L’histoire voudra que le plus jeune échoue en 9ème place, et l’aîné en 4ème. Et que Phil Hellmuth, vétéran parmi les vétérans, finira une fois encore en deuxième position, à quelques centimètres d’un douzième bracelet historique.

Jérôme Schmidt

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WSOP

Les WSOP dévoilent les dates de l’édition 2020 à Las Vegas

Published

on

Les 51ème World Series Of Poker ouvriront donc leur édition à Las Vegas le 26 mai 2020, toujours au casino Rio. Tout cela pour les refermer 51 jours plus tard, le 15 juillet 2020. Le premier évènement qui dote le vainqueur d’un bracelet aura lieu le lendemain de l’ouverture, le 27 mai 2020 avec le désormais classique tournoi à 500$, avec 50 000 jetons pour tapis de départ, et des niveaux de 50 minutes : le BIG 50 NLHE. On retrouvera ce tournoi à buy-in raisonnable avec plusieurs Day 1, les 28, 29, 30 et 31 mai. 

Quant au Main Event à 10 000$, il faudra attendre les 1er, 2e et 3e juillet, avec trois Day1. Le Senior Event à 1000$ aura lieu le 18 juin, tandis qu’aucune date n’est confirmée pour le reste du programme, qui reste donc à déterminer.

Continue Reading

WSOP

Et à la fin, c’est ElkY qui gagne…

Published

on

Un bracelet WSOPE pour ElkY : le champion français, originaire de Vandoeuvre (Meurthe-et-Moselle) et star de l’e-sports en Corée du Sud vient de décrocher un nouveau bracelet lors de l’énorme, le gigantesque, l’incommensurable Colossus.

Un buy-in peu élevé pour cet habitué des high-stakes, mais plus de 2000 joueurs à défaire, et près de 200 000€ à la gagne… L’homme a dominé les débats et promu haut et fort son nouveau sponsor, PartyPoker, après des mois de disette. Félicitations !

Place Winner Country Prize (in EUR) Prize (in USD)
1 Bertrand Grospellier France €190,375 $213,220
2 Avraham Dayan Israel €117,630 $131,746
3 Marian Kubis Slovakia €86,172 $96,513
4 Mick Heder Denmark €63,670 $71,310
5 Dieter Becker Germany €47,452 $53,146
6 Christoph Peper Germany €35,674 $39,955
7 Sergii Karpov Ukraine €27,057 $30,304
8 Alessandro Pezzoli Italy €20,703 $23,187
9 Francesco Candelari Italy €15,984 $17,902
10 Pasquale Braco Italy €12,453 $13,947
11 Shaun Deeb United States €12,453 $13,947

Continue Reading

WSOP

ElkY en finale du WSOPE Colossus à Rozvadov

Published

on

Ils ne sont plus que 7 à table et le pro PartyPoker, Bertrand “ElkY” Grospellier fait un comeback brillant !

Troisième en jetons de ce tournoi à 500€ qui a attiré plus de 2100 joueurs, il vise la gagne, avec un bracelet et près de 200 000€ de gains…

A suivre en vidéo en direct ici

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.