fbpx
Connect with us
center>

WSOP

Journal des WSOP (25 juin) : Motel Nevada

Published

on

Dans l’architecture américaine, le Motel fait figure de repère commun, d’une expérience que tout le monde a déjà vécue —du Colorado aux Rocheuses, d’Aspen à la Nouvelle-Orléans, de l’Illinois au Nevada. A Las Vegas, la « Motel Alley » n’est autre que Fremont Street, étrange boulevard à quatre voies qui part directement du Downtown (continuité « logique » de la Fremont Experience), en tangente de Las Vegas Boulevard. Aucune façon de se tromper aux premiers abords : une pancarte lumineuse annonce déjà la couleur d’un « Crime-Free Area », ce qui en langage diplomatique sécuritaire laisse présupposer du pire.

Même les casinos n’osent pas peupler Fremont Street et désertent, à partir d’El Cortez (« The looser slots in town ! », énonce la publicité, comme pour insinuer qu’ici, les pauvres ne seront pas encore plus saignés à blanc). Les rares passants ? Quelques corner boys (en argot français, des chouffes) qui font le guet pour avertir les nombreux dealers des voitures de police qui rôdent en patrouille nuit et jour ; des clients, aux gestes souvent désordonnés, déjà minés par les effets secondaires de la Crystal-meth, ce mal du XXème siècle des centre-villes pauvres américains (à chaque décennie sa drogue, depuis l’héroïne dans les années 70s, la cocaïne dans les 80s, le crack dans les 90s) ; quelques joueurs usés et dépouillés qui n’ont plus la bankroll pour loger autre part que dans la Motel Alley.

« Quelle qu’elle soit, l’expérience d’une nuit passée dans un motel oscille sans cesse entre la sécurité et l’insécurité, entre la volonté de se recroqueviller et celle de s’exposer, de rester dans son lit et d’écouter aux portes, voire de les ouvrir pour faire l’expérience de l’intimité interdite, » résume l’essayiste Bruce Bégout dans son brillant livre sur les motels américains. « On s’y sent à la fois protégé par les cloisons blanches qui nous entourent et vaguement inquiété par l’environnement souvent désolé que l’on devine au-delà. On voudrait se soustraire au monde et l’on sent pourtant qu’il pourrait, un moment ou à un autre, frapper à la porte. » Car les portes et les fenêtres —par extension, les murs—, ne sont que des barrières symboliques guères respectés, des papiers de cigarette si fins que quiconque peut faire irruption.

Pour 20$, l’Oasis Motel propose des chambres « propres, avec le câble » ; au Bonanza Lodge, pour 5$ de plus, il y a jacuzzi dans les chambres, et terrasse commune dans le parking ; au Blue Angel, on est plus pragmatique : « Free XXX Movies in the room ». Tous proposent de bons deals à long terme : 99$ la semaine, 250$ le mois. Payable d’avance, bien sûr, car on ne sait jamais ce qui peut arriver…

Chacun des motels de Freemont Street possède son histoire. Chacun des néons branlants semble avoir vécu plusieurs ères, survécu à plusieurs apocalypses : celles, quotidiennes, de la misère humaine et de la perte, du soleil brûlant et des drive-by shootings des gangs qui vivent dans le quartier. Dans l’un, c’est Stu Ungar, la légende du poker, qui y est mort, avec 200$ en poche, d’une overdose, quelques jours après son dernier titre de champion du monde. Dans l’autre, c’est une prostituée, retrouvée décapitée le matin même, avant que la brigade K-9 (prononcez « Kay-Naine », pour brigade canine, spécialisée dans les homicides et les vols en effraction) ne fasse irruption, toute sirène hurlante. Un peu plus loin, un laboratoire ambulant de Crystal-meth qui carbure toute la journée avec l’accord du surveillant du motel, pour quelques billets de plus. Chaque établissement est finalement ce qu’il prétend être : un ilôt hors du temps, hors de la ville, avec ses propres lois —celles du propriétaire, avant tout, ou des gangs qui le contrôlent— et sa population à part entière, aveuglée par le rêve de Vegas, jusqu’à la cécité.

par Jérôme Schmidt

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WSOP

Les WSOP dévoilent les dates de l’édition 2020 à Las Vegas

Published

on

Les 51ème World Series Of Poker ouvriront donc leur édition à Las Vegas le 26 mai 2020, toujours au casino Rio. Tout cela pour les refermer 51 jours plus tard, le 15 juillet 2020. Le premier évènement qui dote le vainqueur d’un bracelet aura lieu le lendemain de l’ouverture, le 27 mai 2020 avec le désormais classique tournoi à 500$, avec 50 000 jetons pour tapis de départ, et des niveaux de 50 minutes : le BIG 50 NLHE. On retrouvera ce tournoi à buy-in raisonnable avec plusieurs Day 1, les 28, 29, 30 et 31 mai. 

Quant au Main Event à 10 000$, il faudra attendre les 1er, 2e et 3e juillet, avec trois Day1. Le Senior Event à 1000$ aura lieu le 18 juin, tandis qu’aucune date n’est confirmée pour le reste du programme, qui reste donc à déterminer.

Continue Reading

WSOP

Et à la fin, c’est ElkY qui gagne…

Published

on

Un bracelet WSOPE pour ElkY : le champion français, originaire de Vandoeuvre (Meurthe-et-Moselle) et star de l’e-sports en Corée du Sud vient de décrocher un nouveau bracelet lors de l’énorme, le gigantesque, l’incommensurable Colossus.

Un buy-in peu élevé pour cet habitué des high-stakes, mais plus de 2000 joueurs à défaire, et près de 200 000€ à la gagne… L’homme a dominé les débats et promu haut et fort son nouveau sponsor, PartyPoker, après des mois de disette. Félicitations !

Place Winner Country Prize (in EUR) Prize (in USD)
1 Bertrand Grospellier France €190,375 $213,220
2 Avraham Dayan Israel €117,630 $131,746
3 Marian Kubis Slovakia €86,172 $96,513
4 Mick Heder Denmark €63,670 $71,310
5 Dieter Becker Germany €47,452 $53,146
6 Christoph Peper Germany €35,674 $39,955
7 Sergii Karpov Ukraine €27,057 $30,304
8 Alessandro Pezzoli Italy €20,703 $23,187
9 Francesco Candelari Italy €15,984 $17,902
10 Pasquale Braco Italy €12,453 $13,947
11 Shaun Deeb United States €12,453 $13,947

Continue Reading

WSOP

ElkY en finale du WSOPE Colossus à Rozvadov

Published

on

Ils ne sont plus que 7 à table et le pro PartyPoker, Bertrand “ElkY” Grospellier fait un comeback brillant !

Troisième en jetons de ce tournoi à 500€ qui a attiré plus de 2100 joueurs, il vise la gagne, avec un bracelet et près de 200 000€ de gains…

A suivre en vidéo en direct ici

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.