fbpx
Connect with us
center>

WSOP

Journal des WSOP (25 juin) : Motel Nevada

Published

on

Dans l’architecture américaine, le Motel fait figure de repère commun, d’une expérience que tout le monde a déjà vécue —du Colorado aux Rocheuses, d’Aspen à la Nouvelle-Orléans, de l’Illinois au Nevada. A Las Vegas, la « Motel Alley » n’est autre que Fremont Street, étrange boulevard à quatre voies qui part directement du Downtown (continuité « logique » de la Fremont Experience), en tangente de Las Vegas Boulevard. Aucune façon de se tromper aux premiers abords : une pancarte lumineuse annonce déjà la couleur d’un « Crime-Free Area », ce qui en langage diplomatique sécuritaire laisse présupposer du pire.

Même les casinos n’osent pas peupler Fremont Street et désertent, à partir d’El Cortez (« The looser slots in town ! », énonce la publicité, comme pour insinuer qu’ici, les pauvres ne seront pas encore plus saignés à blanc). Les rares passants ? Quelques corner boys (en argot français, des chouffes) qui font le guet pour avertir les nombreux dealers des voitures de police qui rôdent en patrouille nuit et jour ; des clients, aux gestes souvent désordonnés, déjà minés par les effets secondaires de la Crystal-meth, ce mal du XXème siècle des centre-villes pauvres américains (à chaque décennie sa drogue, depuis l’héroïne dans les années 70s, la cocaïne dans les 80s, le crack dans les 90s) ; quelques joueurs usés et dépouillés qui n’ont plus la bankroll pour loger autre part que dans la Motel Alley.

« Quelle qu’elle soit, l’expérience d’une nuit passée dans un motel oscille sans cesse entre la sécurité et l’insécurité, entre la volonté de se recroqueviller et celle de s’exposer, de rester dans son lit et d’écouter aux portes, voire de les ouvrir pour faire l’expérience de l’intimité interdite, » résume l’essayiste Bruce Bégout dans son brillant livre sur les motels américains. « On s’y sent à la fois protégé par les cloisons blanches qui nous entourent et vaguement inquiété par l’environnement souvent désolé que l’on devine au-delà. On voudrait se soustraire au monde et l’on sent pourtant qu’il pourrait, un moment ou à un autre, frapper à la porte. » Car les portes et les fenêtres —par extension, les murs—, ne sont que des barrières symboliques guères respectés, des papiers de cigarette si fins que quiconque peut faire irruption.

Pour 20$, l’Oasis Motel propose des chambres « propres, avec le câble » ; au Bonanza Lodge, pour 5$ de plus, il y a jacuzzi dans les chambres, et terrasse commune dans le parking ; au Blue Angel, on est plus pragmatique : « Free XXX Movies in the room ». Tous proposent de bons deals à long terme : 99$ la semaine, 250$ le mois. Payable d’avance, bien sûr, car on ne sait jamais ce qui peut arriver…

Chacun des motels de Freemont Street possède son histoire. Chacun des néons branlants semble avoir vécu plusieurs ères, survécu à plusieurs apocalypses : celles, quotidiennes, de la misère humaine et de la perte, du soleil brûlant et des drive-by shootings des gangs qui vivent dans le quartier. Dans l’un, c’est Stu Ungar, la légende du poker, qui y est mort, avec 200$ en poche, d’une overdose, quelques jours après son dernier titre de champion du monde. Dans l’autre, c’est une prostituée, retrouvée décapitée le matin même, avant que la brigade K-9 (prononcez « Kay-Naine », pour brigade canine, spécialisée dans les homicides et les vols en effraction) ne fasse irruption, toute sirène hurlante. Un peu plus loin, un laboratoire ambulant de Crystal-meth qui carbure toute la journée avec l’accord du surveillant du motel, pour quelques billets de plus. Chaque établissement est finalement ce qu’il prétend être : un ilôt hors du temps, hors de la ville, avec ses propres lois —celles du propriétaire, avant tout, ou des gangs qui le contrôlent— et sa population à part entière, aveuglée par le rêve de Vegas, jusqu’à la cécité.

par Jérôme Schmidt

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

WSOP

Le nouveau champion du monde des WSOP a été couronné !

Published

on

Il est Norvégien, souriant, bien élevé et fort sympathique : le vainqueur du Main Event WSOP 2022 est au diapason de la qualité de tout l’été poker qui vient de se dérouler. Avec 10 millions de gains, décrochés au fil d’un heads-up assez court, l’homme qui n’était peut-être pas le plus fort de la table finale, a des projets plein la tête. On le reverra sûrement sur le circuit high-roller, « quand il se sentira prêt » !

Place Winner Country Prize (in USD)
1 Espen Jorstad Norway $10,000,000
2 Adrian Attenborough Australia $6,000,000
3 Michael Duek Argentina $4,000,000
4 John Eames United Kingdom $3,000,000
5 Matija Dobric Croatia $2,250,000
6 Jeffrey Farnes United States $1,750,000
7 Aaron Duczak Canada $1,350,000
8 Philippe Souki United Kingdom $1,075,000
9 Matthew Su United States $850,675
10 Asher Conniff United States $675,000

 

Continue Reading

WSOP

Joao Vieira ramène un deuxième bracelet WSOP au Team W !

Published

on

Cette année, après cinq semaines souvent frustrantes pour les joueurs de l’équipe, qui ont alterné entre éliminations précoces, deep runs avortés et finales trop brèves, c’est encore une fois en toute fin de calendrier que la lumière est arrivée.

Ce n’est pas une, mais deux tables finales que l’on a suivies ce weekend… Et si celle de François « On_The_Road » Pirault, sa première sur les WSOP, s’est arrêtée en sixième place (un baptême bon pour 115 122 $ tout de même), Joao Vieira est bien allé au bout de la sienne pour remporter le second bracelet de sa carrière. Trois ans après son implacable prestation sur le 5 000 $ 6-max de l’édition 2019, le numéro 1 portugais s’est surpassé sur l’un des tournois de No-Limit les plus relevés au programme de l’été, le Highroller à 50 000 $.

Ce nouveau triomphe, Joao l’a acquis en suivant son modus operandi habituel. Tout au long de l’été, on l’a vu se battre jour après jour sur l’infinité de terrains de jeu proposés sur les WSOP. Omaha High-Low ou Razz, Tag Team ou 6-max, Dealer’s Choice ou Limit, live ou online : quel que soit le prix d’entrée, peu importe le jeu, Joao était là, à l’aise face à n’importe quel type d’adversaire et dans n’importe quel format. Comme en 2019, la patience et le travail ont payé : la quinzième ligne au palmarès de son été est la plus belle de toutes, lui permettant d’achever son été à Vegas avec le sentiment du devoir accompli.

Dominant un field de 107 inscrits parmi lesquels on comptait nombre des meilleurs joueurs de tournoi de la planète, Joao remporte près d’1,4 million de dollars, doublant presque le high score établi lors de sa première victoire WSOP. Arrivé en table finale avec l’un des plus gros tapis après avoir éliminé nombre de joueurs, le pro devait encore affronter plusieurs de ses pairs : un casting impressionnant de pros bardés de titres, des joueurs qu’il respecte mais contre qui il joue depuis longtemps à armes égales : Stephen Chidwick, Fedor Holz, Brian Rast, Galen Hall

« Je suis très heureux. Je suis vraiment heureux de ce résultat. C’est la récompense de beaucoup d’efforts. L’automne dernier, je suis parti d’ici un peu triste, fatigué, épuisé. Beaucoup de semaines à jouer et les résultats n’ont pas été à la hauteur. Cette édition des WSOP semblait aller dans le même sens, mais heureusement, le résultat que j’attendais est finalement arrivé. Quand j’ai perdu avec paire d’As contre couleur, je me suis dit que si quelqu’un pouvait renverser la situation, c’était moi. J’ai décidé de rester positif et de me concentrer sur ce que j’avais à faire. C’était un tournoi difficile, très exigeant et je me suis retrouvé à la table finale avec certains des meilleurs joueurs du monde. Une victoire comme celle-ci a encore plus de valeur. »

Continue Reading

WSOP

WSOP 2022 : Julien Martini décroche son 4ème bracelet WSOP !

Published

on

Le pro du Team PMU Poker continue à tracer sa route, avec style, maestria et beaucoup de personnalité. Celui qui est considéré comme l’un des meilleurs joueurs de mixed-games en cash a une nouvelle fois signé un exploit, entrant définitivement dans l’histoire du poker avec ce quatrième bracelet WSOP, cette fois-çi en Razz, lors du Championship à 10 000$. Pour la peine, il décroche plus de 300 000$, et prouve une fois de plus que son niveau impressionnant le place comme l’un des favoris d’énormément de joueurs de classe mondiale…

Place Player Country Payout
1st Julien Martini France $328,906
2nd Hal Rotholz United States $203,281
3rd Yueqi Zhu China $149,958
4th Koray Aldemir Germany $111,991
5th Felipe Ramos Brazil $84,683
6th Max Pescatori Italy $64,847
7th Brian Hastings United States $50,295
8th Brandon Shack-Harris United States $39,561
9th Ziya Rahim United States $31,456

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.