fbpx
Connect with us
center>

WSOP

Journal des WSOP (6 juillet 2011) : Hellmuth le maudit

Published

on

Au cœur de la nuit, ce 6 juillet 2011, Phil Hellmuth a encore échoué. Près du but, si près, même, qu’il a senti le métal du bracelet WSOP contre sa peau, le touchant presque, avant de laisser filer une fois de plus la victoire. Et quelle victoire : celle du 50 000$ 8-game, le tournoi le plus prestigieux de toute cette série des World Series, doté d’un field incroyable et d’une dureté de jeu exemplaire.

En un été, Hellmuth aura à la fois échoué magistralement à 3 reprises en deuxième place de grands tournois, et montré au monde entier qu’il est un joueur d’exception. Et si on aime à dire que l’Europe aime les éternels perdants, les « Poulidor » plutôt que les « Mercx », les losers magnifiques aux vainqueurs falots, l’axiome marche localement, aux USA, pour Hellmuth.

Car, avant les World Series 2011, qui était vraiment Phil Hellmuth ? Un « Brat », une grande gueule, ancien plus jeune vainqueur du Main Event des World Series, qui aura décroché 11 bracelets en No Limit Hold’Em dans sa carrière, un record qu’il veut à tout prix dépasser. Un type à l’égo parfois surdimensionné, qui aime à serrer les mains des politiques et des célébrités de Serie B d’Hollywood, et qui clame haut et fort être le meilleur joueur du monde. Un « fish » en cash-game, un joueur adepte du steaming et du tilt le plus immédiat au moindre coinflip perdu. Un joueur gigantesque qui préfère la position fœtale à table, caché sous des vêtements et des lunettes noires, comme momifié par la hauteur des enjeux.

Mais ça, c’était avant. Avant ses trois tables finales échouées en deuxième place —à chaque fois dans des variantes « exotiques ». Avant son changement d’attitude à table, avant, surtout, les trahisons à foison des grands joueurs de l’écurie FullTilt. Car Hellmuth est un joueur de l’ancienne école, celui qui marché sur l’Orient Express, Johnny Chan, qui a connu la ferveur des victoires au Horseshoe du Downtown, un type qu’on adore détester et déteste adorer, une icône du poker très souvent agaçante, mais entière, humaine.

Pendant tout l’été, Hellmuth a abandonné son personnage, pour se concentrer sur l’essentiel : son jeu. Et hier, dans le heads-up final l’opposant à Rast, il a littéralement marché sur la table, remportant chaque coup, après un moment de flottement qui a suivi le dinner-break. Une machine à gagner qui s’est enrayée, comme toutes les machines de guerre. Trois fois, Hellmuth sera à tapis avec un tirage couleur contre overcard ou paire de l’autre côté. Trois fois, Hellmuth les perdra. Et à la dernière, Rast remportera le bracelet tant rêvé. Un échec, un de plus. Mais beaucoup d’humilité chez Hellmuth, sonné, dans les cordes, ébahi par cette malédiction si favorable. Son seul trait d’esprit : « Tu devrais donner 1  million de pourboire au croupier, Rast », le sourire grinçant.

Car pour Hellmuth, seule la victoire est belle. Et, pour cela, aucun deal n’est possible, malgré les enjeux énormes derrière (les side-bets, bien sûr, mais l’Histoire, surtout) —comme Dwan l’an dernier. Un sport, pas certain, mais une approche du poker en gentlemen, où gagner 1 million de dollars ne compensera jamais la perte de l’absolu.

Jérôme Schmidt

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WSOP

Les WSOP dévoilent les dates de l’édition 2020 à Las Vegas

Published

on

Les 51ème World Series Of Poker ouvriront donc leur édition à Las Vegas le 26 mai 2020, toujours au casino Rio. Tout cela pour les refermer 51 jours plus tard, le 15 juillet 2020. Le premier évènement qui dote le vainqueur d’un bracelet aura lieu le lendemain de l’ouverture, le 27 mai 2020 avec le désormais classique tournoi à 500$, avec 50 000 jetons pour tapis de départ, et des niveaux de 50 minutes : le BIG 50 NLHE. On retrouvera ce tournoi à buy-in raisonnable avec plusieurs Day 1, les 28, 29, 30 et 31 mai. 

Quant au Main Event à 10 000$, il faudra attendre les 1er, 2e et 3e juillet, avec trois Day1. Le Senior Event à 1000$ aura lieu le 18 juin, tandis qu’aucune date n’est confirmée pour le reste du programme, qui reste donc à déterminer.

Continue Reading

WSOP

Et à la fin, c’est ElkY qui gagne…

Published

on

Un bracelet WSOPE pour ElkY : le champion français, originaire de Vandoeuvre (Meurthe-et-Moselle) et star de l’e-sports en Corée du Sud vient de décrocher un nouveau bracelet lors de l’énorme, le gigantesque, l’incommensurable Colossus.

Un buy-in peu élevé pour cet habitué des high-stakes, mais plus de 2000 joueurs à défaire, et près de 200 000€ à la gagne… L’homme a dominé les débats et promu haut et fort son nouveau sponsor, PartyPoker, après des mois de disette. Félicitations !

Place Winner Country Prize (in EUR) Prize (in USD)
1 Bertrand Grospellier France €190,375 $213,220
2 Avraham Dayan Israel €117,630 $131,746
3 Marian Kubis Slovakia €86,172 $96,513
4 Mick Heder Denmark €63,670 $71,310
5 Dieter Becker Germany €47,452 $53,146
6 Christoph Peper Germany €35,674 $39,955
7 Sergii Karpov Ukraine €27,057 $30,304
8 Alessandro Pezzoli Italy €20,703 $23,187
9 Francesco Candelari Italy €15,984 $17,902
10 Pasquale Braco Italy €12,453 $13,947
11 Shaun Deeb United States €12,453 $13,947

Continue Reading

WSOP

ElkY en finale du WSOPE Colossus à Rozvadov

Published

on

Ils ne sont plus que 7 à table et le pro PartyPoker, Bertrand “ElkY” Grospellier fait un comeback brillant !

Troisième en jetons de ce tournoi à 500€ qui a attiré plus de 2100 joueurs, il vise la gagne, avec un bracelet et près de 200 000€ de gains…

A suivre en vidéo en direct ici

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.