Le retour de “Johnny World”

[Journal Off des WSOP #5] Le retour de “Johnny World”

de Jérôme Schmidt
Co-fondateur et rédacteur en chef de Poker52
-
5242

Chaque année, les World Series sont le théâtre idéal des grands retours, come-backs improbables des figures damnées du poker. L’an dernier ? Erik “E-Dog” Lindgren, meilleur ami de Daniel Negreanu, ancien wonder-boy de la Team Full-Tilt, époux modèle de l’ex-mannequin-spécialiste-du-blackjack-joueuse-de-poker Erica Schoenberg, et gambler ruiné hors catégorie. Un bracelet et quelques places payées plus tard, le joueur était remis en selle.

Il y a quelques jours, c’était au tour du tournoi Senior des World Series de faire revivre une gloire passée. Oh, bien sûr, rien de très glamour à la victoire de Dan Heimillier, moustachu rondouillard arborant fièrement son t-shirt “All-American” lors de la remise du bracelet. Mais une nouvelle et énième consécration pour un de ces joueurs de l’ombre qui hante le circuit depuis plusieurs décennies, a déjà décroché un bracelet (en 2002), et totalisé pas moins de vingt-deux places payées (!) sur le premier semestre 2014. Une renaissance qui ne durera peut-être pas très longtemps pour celui qui vient de remporter 630 000$ après avoir battu un field de plus de 4400 joueurs, criblé par les dettes de jeu depuis années. Derrière lui, la “vieille garde” du poker américain exultait : de Nolan Dalla, directeur communication des WSOP et historien hors-pair du jeu depuis ses années passées au Binion’s et auprès de Stu Ungar, à la foule des joueurs old-school massés pendant une heure derrière lui.

Mais les high-rollers avaient en ligne de mire un autre joueur prêt à transformer son essai en nouvel exploit. Le cadre ? Un banal tournoi à 1 500$ du week-end, ces crapshoots où se massent chaque week-end les amateurs américains venus des deux côtes, espérant oublier à jamais leur quotidien médiocre, leur paye indécente et devenir ce nouveau Moneymaker que l’Amérique attend depuis plus d’une décennie désormais. Avec des fields gigantesques de plus de 2000 joueurs et un demi-million à la gagne. Le héros du jour ? John Hennigan, crâne lisse et sourire triomphant constamment vissé sur son visage. Celui là même qui est considéré par Negreanu comme le meilleur joueur de cash-game au monde.

Hennigan, personne ne le connaît du côté du vieux continent. Et pourtant, avec deux bracelets WSOP, un titre WPT et plus de 3 millions de gains à son actif, Hennigan aurait pu percer dans les médias. Formé à l’ancienne —il a fait ses classes en tant que « pool hustler », joueur de billard professionnel plumant les pigeons de tous les états—, Hennigan est un parieur hors-pair : donnez-lui une cote et un sujet sur lequel parier, il sera partant. Et ce n’importe où dans le monde. D’où ce surnom qui le colle à la peau, “Johnny World”. Ivey, que beaucoup disent prétentieux et hautain, n’a finalement de respect que pour une seule valeur : l’action. Seuls ceux qui peuvent lui procurer ce juice existent dans ce monde de millionnaire où des sommes à sept chiffres passent chaque semaine de l’autre côté de la ligne de mise de la table de craps.

Hennigan est un modèle de high-roller qui passe sous les radars des médias : il n’a aucun intérêt spécial à communiquer sur ses activités, sans vouloir pour autant se cacher ; toute idée de sponsoring lui est absolument étrangère ; les sommes qu’il gagne dans les tournois sont ridicules par rapport aux cash-games et side-bets qu’il pratique chaque jour ; sa vie est la plus libre possible, uniquement dictée par le rythme des parties et des opportunités de gambling. En finissant second de ce tournoi anodin, Johnny World est resté fidèle à sa légende d’éternel homme de l’ombre depuis ses débuts fracassants à la fin des années 1990 : en retrait, des billets débordant des poches, avec un sourire de gamin qui ne veut qu’une chose : passer le temps en s’amusant.

Jérôme Schmidt

(source photo : WSOP.com)