Connect with us
center>

Casinos

Rencontre avec… Alain Fabre, directeur du casino Barrière Croisette

Published

on

Directeur général et administrateur de la Société Fermière du Casino Municipal de Cannes (SFCMC), qui gère entre autres les casinos cannois Le Barrière Croisette et Les Princes, Alain Fabre est réputé pour sa grande connaissance du secteur des jeux et pour son franc-parler.

Poker52 avait donc au moins deux bonnes raisons de partir à sa rencontre. Il nous livre dans cet entretien son analyse de la situation des casinos en France suite aux mesures sanitaires adoptées pour faire face à la crise du covid-19. Sans gants ni masque.

 

Poker52 : Comment s’est passé le confinement dans les deux casinos que vous dirigez ?

Alain Fabre : Ça a été une période très dure. Nous avons vécu au jour le jour et ne disposions d’aucune visibilité. Comme tout le monde bien entendu. Mais je suis connu pour mon franc-parler et pour dire les choses alors je ne vais pas pratiquer la langue de bois. J’ai passé mon temps entre des CSE (Comité Social Economique, ndlr) et des réunions de direction, avec notre président Dominique Desseigne. On a souffert et ça n’est pas fini !

 

Poker52 : Le ciel azuréen commence à se dégager. Comment se passe la réouverture depuis le 2 juin ?

Alain Fabre : Nous avons dû mettre en place toute une batterie de mesures pour protéger à la fois nos personnels et nos joueurs.

Pour le moment, c’est le calme plat et nous verrons d’ici la fin juin comment la situation aura évolué et ce qu’il nous est possible de proposer.

Poker52 : Justement, quelles mesures ont été prises ?

Alain Fabre : Le catalogue est incroyablement long. Bien entendu, nous avons installé un parcours pour limiter les croisements de flux, mis à disposition des colonnes de gel hydro alcoolique, mis en place des cloisons de séparation entre les machines à sous. Nous disposons de la plus belle offre de jeux électroniques du département et les désinfectons à chaque passage. Une machine à sous sur deux est éteinte et peut être mise en service à la demande du joueur, avec pose d’une cloison de séparation.

Pour gérer toutes ces nouvelles contraintes, nous avons dû recruter de nouveaux personnels. Le surcoût est considérable, alors même que nos recettes s’effondrent.

 

Poker52 : Quelles conséquences concrètes pour votre groupe ?

Alain Fabre : C’est bien simple, je pense que nous allons clôturer l’exercice comptable fin octobre avec une baisse de l’ordre de -30 à -40% de notre chiffre d’affaires.

La situation nous prive de la clientèle des congrès (Cannes est la seconde ville de congrès après Paris) ainsi que de notre clientèle internationale. Et notamment de la clientèle moyen-orientale.

Notre avenir va fortement dépendre de la situation au cours des mois d’été. Juillet et août sont nos deux plus gros mois, en terme d’activité. Si ces clients du Moyen-Orient sont empêchés de venir à Cannes, par le maintien de la fermeture des frontières ou des consignes émanant de leurs Etats, alors nous n’avons pas fini de souffrir.

Poker52 : Et pour le poker, quelles mesures peuvent être prises pour permettre la réouverture du cash-game ?

Alain Fabre : Tout dépendra un peu de la sauce à laquelle on va être mangé. Si nous pouvons avoir seulement 5 joueurs à table, nous ne gérerons pas l’offre de la même façon que si nous pouvons en accueillir 8. Ce n’est pas tant une question de rentabilité de la table, mais tout simplement de possibilité matérielle. On ne peut pas pousser les murs, même à Cannes !

 

Poker52 : Vous avez du vous résoudre à annuler le festival des WSOP-C au Cannes Croisette (prévu du 9 au 20 avril dernier). Quand pensez-vous pouvoir accueillir à nouveau ces prestigieux tournois internationaux ?

Alain Fabre : Malheureusement, nous n’avons rien de prévu pour le moment. Le calendrier initial pour 2021 est maintenu en l’état, mais nous n’avons aucune autre programmation en attente. J’ai une pensée pour tous les prestataires avec lesquels je travaille tout au long de l’année et qui pour certains sont devenus des amis, comme Apo (Apostolos Chantzis, patron de Texapoker, ndlr).

Je comprends le principe de précaution mais quand on voit comment se passe le déconfinement, on croit rêver !

 

Poker52 : De manière plus générale, considérez-vous ces évolutions comme une simple parenthèse liée à une crise ponctuelle ou bien la situation interroge-t-elle plus globalement votre modèle d’offre ?

Alain Fabre : Pour moi, c’est une parenthèse. Et le plus vite je pourrai la refermer, le mieux je me porterai ! Bien sûr, il y aura toujours une leçon à tirer d’une expérience comme celle que nous venons de traverser. On aura su s’adapter, faire preuve de solidarité, élaborer des systèmes D.

Mais si demain vous me dites que je peux rouvrir mes établissements comme avant, soyez sûr que je le fais dans la minute.

 

Poker52 : Et si vous aviez l’oreille du gouvernement, quel message souhaiteriez-vous lui transmettre ?

Alain Fabre : Tout simplement qu’on nous laisse travailler ! Il faut arrêter cette mascarade, soyons lucide. La crise sanitaire est derrière nous,  alors que la crise économique et sociale, elle, est bien devant. J’ai connu la crise de 2008 et je vous parie que 2008, ce sera du pipi de chat en comparaison de ce qui nous attend. Les conséquences seront sans commune mesure. On a sacrifié l’économie pendant deux mois et on ne peut pas encore évaluer les dégâts sur le moyen et le long terme.

J’ai été personnellement touché par la crise. Dans mon entourage familial, j’ai déjà deux proches qui sont sur le point de déposer le bilan. La crise pèse sur tout le monde. Il faut arrêter l’hémorragie et reconstruire notre économie, notamment dans le secteur du jeu.

 

propos recueillis par Martin Garagnon

 

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Casinos

Le Groupe Barrière plus que jamais leader en Europe

Published

on

Suite à la parution du classement des casinos français établi en fonction du Produit Brut des Jeux (PBJ), le groupe Barrière, leader des casinos en France et en Europe, conforte ses positions avec six de ses 27 casinos français dans le top 10 (Casinos Barrière Enghien-les-Bains, Blotzheim, Bordeaux, Toulouse, Deauville et Lille) et voit une augmentation significative de sa fréquentation. Les Casinos Barrière sont le premier métier du Groupe en termes de chiffre d’affaires (75,5% pour l’exercice fiscal 2019 clôt le 31 octobre). 

Ces résultats sont le fruit d’une stratégie de Groupe volontariste avec une intensification des investissements sur l’offre de jeux. Malgré un contexte économique et social complexe (dont l’augmentation de la CSG depuis 2 ans), Barrière – dirigé par Dominique Desseigne – a multiplié les initiatives et les innovations, notamment avec la diversification régulière de ses Machines à sous et Jeux électroniques, des tests de nouveaux jeux, une politique marketing toujours plus offensive et ciblée, et un programme d’animations toujours plus festif. 

Le nouveau programme de fidélité « Carré VIP »  est un franc succès et son déploiement se poursuit : plus de 50% du chiffre d’affaires est aujourd’hui réalisé grâce aux clients cartés, qui bénéficient de nombreux avantages offerts par le Groupe pour les remercier de leur fidélité. 

Afin de conquérir de nouveau clients, notamment un public plus jeune, Barrière organise et accueille le Barrière Esport Tour, des spectacles innovants et festifs rassemblant les plus grands influenceurs digitaux français. 

Depuis 18 années consécutives, le Casino Barrière Enghien-les-Bains conserve à  nouveau la tête du classement et réalise un PBJ de plus de 160 millions d’euros. Pour l’année à venir, l’établissement prévoit de poursuivre ses investissements dans de nouveaux concepts, dont la création d’une Salle de Jeux de table haut de gamme. 

Le Casino Barrière Blotzheim maintient sa position de numéro 2 du classement pour la deuxième année de suite, avec un PBJ au-delà des 50 millions d’euros. 

Pour maintenir leur avance et continuer de proposer une expérience client de qualité, quatre Casinos Barrière -localisés à Toulouse, Blotzheim, Saint-Raphaël et Carry-le-Rouet – vont mener des travaux de rénovations et d’agrandissements en 2020. Ces investissements répondent à la volonté du Groupe de renforcer son offre, aussi bien de jeux (renouvellement des parcs de Machines à sous et Jeux électroniques) que de restauration (nouveaux bars et restaurants, terrasses, zones fumeurs, …). 

« Alors que les offres de divertissement n’ont jamais été aussi multiples, il est réjouissant de voir que les casinos restent une activité plébiscitée par les Français. Notre groupe familial a réalisé plus de 9,5 millions d’entrées dans nos Casinos en 2019. Cet engouement montre bien que le casino est plus que jamais un lieu qui rassemble toutes les générations. Un lieu de convivialité et de loisirs, avec près de 3 500 spectacles et animations proposées tous les ans. » déclare Dominique Desseigne, Président-Directeur général de Barrière. 

Enfin, Barrière a célébré en 2019 les 10 ans du Jeu Responsable, son programme national innovant et unique dédié à l’information et à la prévention des risques de jeu excessif pour ses casinos en France. Le Jeu Responsable se décline principalement au travers d’un réseau d’experts et d’une mesure inédite, la LVA : Limitation Volontaire d’Accès. Cette dernière permet au client de choisir un nombre de visites maximum sur une durée définie, pour l’ensemble des casinos du Groupe. Ce dispositif vient renforcer et généraliser des dispositions que le Groupe expérimente depuis plus de 10 ans. 

Continue Reading

Autres tournois

Barrière Poker Tour 2020 : demandez le programme !

Published

on

Après une saison 2019 particulièrement réussie, Barrière présente le programme Barrière Poker Tour 2020. Pour cette nouvelle édition, le groupe Barrière offrira aux joueuses et joueurs de Poker la possibilité de participer à des tournois Deepstack d’envergure. Pour la première fois, le BPT débutera à Paris, au Club Barrière Paris 104 Champs-Élysées, nouvelle adresse de renom du leader des Casinos en France.

Fort de son succès, la formule week-end du Barrière Poker Tour avec 7 tournois aux buy-in et qualifications abordables sera reconduite en 2020. Le Main Event à 570€, se déroulera toujours sur 3 jours avec 50 000 jetons au départ. Le Prize Pool de ce tournoi est estimé à 230 000€.

L’année 2020 du Barrière Poker Tour sera ponctuée de 7 étapes, sur 28 jours au total. La première étape aura lieu au Club Barrière Paris 104 Champs-Elysées, 1er club de jeux du Groupe, installé depuis peu sur la plus belle avenue du monde. Afin de satisfaire et d’accueillir le plus grand nombre de joueurs, ce tournoi sera organisé sur 10 jours.

Paris – du vendredi 24 janvier au dimanche 2 février
Ribeauvillé – du vendredi 20 au dimanche 22 mars
Bordeaux – du vendredi 8 au dimanche 10 mai
Toulouse – du vendredi 3 au dimanche 5 juillet
Lille – du vendredi 11 au dimanche 13 septembre
Cap d’Agde – du vendredi 9 au dimanche 11 octobre
Deauville – du vendredi 12 au dimanche 15 novembre

Dans la continuité des années précédentes, la League BPT récompensera en fin de saison la fidélité et la performance des joueurs. Selon leur participation et résultats aux tournois Main Event et Masters, ils intègreront le classement de la League et gagneront des points.
Le classement sera actualisé et mis en ligne sur barrierepoker.com à l’issue de chaque étape. Arrivé en tête en 2019, Daniel PAULY a remporté la somme de 8 800 euros.
Barrière prévoit également de nombreuses surprises pour l’ensemble des participants à cette nouvelle édition.

En 2019, le BPT a accueilli plus de 5 700 joueurs sur l’ensemble de la saison, dont un record de 822 personnes à l’étape de Deauville (le vainqueur a remporté plus de 60 000€). Des inscriptions en constante progression depuis le lancement du BPT (+15% par rapport à l’année précédente) qui renforcent sa place incontestable parmi les tournois français de poker à suivre.

Pour toute information concernant le Barrière Poker Tour rendez-vous sur le site www.barrierepoker.com et www.facebook.com/barrierepokertour

Continue Reading

Casinos

[BPT Blotzheim] Oh les filles, oh les filles

Published

on

Au moment où mes doigts ont commencé à tapoter mon clavier pour écrire ce post, trois féminines pouvaient encore prétendre à une victoire. Au moment de conclure l’article, seule une à survécu à l’écrémage de ce Jour 2 : Florence Allera (50 000 à mon dernier passage), n’a pas réussi à sortir de la zone rouge, tandis que la Team Pro PMU Sarah Herzali, shortstack avec 60 000 jetons, n’est pas parvenue à remporter un crucial 20/80 (99<QQ).

Mais comment se nomme donc la dernière joueuse du tournoi encore en course ? Schemama Bouamrata (photo d’illustration), rencontrée pour la première fois au BPT Ribeauvillé en mars dernier, au cours duquel la jeune femme s’était hissée jusqu’aux portes de la table finale, avant de rendre les armes. Elle tentera ici, à Blotzheim, de réitérer sa performance, malgré un tapis peu fourni en jetons (50 000) aux dernière nouvelles.

Florence Allera, et son voisin de droite qui se donne des tartes. Après tout, pourquoi pas.

Sarah Herzali

Ils ont pris le chemin de la sortie : Florence Allera, Sarah Herzali, Hervé Maudpied, Benoit Kiener, Guillaume Urvoy, Mikail Guyot, Bruno Quesnel, Bernd Gehri, Joao Alves, Olivian Balint, Nicolas Szulc, Antonio Carrera (vainqueur de la Jeep Renegade), Manuel Grichting, Suat Adjini, Antoine Courbion.

Il reste 88 joueurs (sur 300 inscriptions)
Level 14 / Blindes : 2000 – 4000, ante 500
Moyenne : 170 500

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.