Connect with us
center>

EPT

Interview Fabrice Soulier/Poker52 : "Il est important de s’accrocher jusqu’au bout"

Published

on

Fabrice Soulier s’est illustré la semaine dernière à Vienne en s’emparant du High Roller devant un parterre de stars. Pour s’imposer, Fabsoul a devancé 180 adversaires dont Jonathan Duhamel, Benny Spindler ou encore Vitaly Lunkin. Il est reparti avec le plein de confiance et la coquette somme de 392 900 €.

Le Team Pro Everest est revenu sur cette victoire et a accepté de répondre à nos questions.

Première question classique. Quelles sont tes premières impressions après cette victoire ?

La sensation de remporter un tel tournoi est vraiment hors du commun. Cela donne clairement des ailes. Le lendemain, j’avais encore l’impression d’être dans un rêve… Outre le gain remporté, le prestige du titre fait qu’on se sent léger, avec cette agréable sensation de « mission accomplie ».

De plus, j’ai passé toute une partie du Day 2 à me battre short stack, donc ce n’était pas gagné d’avance. La victoire n’en est que plus belle ! Je suis tellement content de voir que le travail de ces dernières semaines a payé !

Seul avec mon baluchon, j’étais parti aux Etats-Unis, à l’ « ancienne ». J’y ai joué beaucoup de tournois, mais j’ai surtout passé de très longues heures et nuits en cash game, avec tous les reg de Vegas et Los Angeles. Je voulais confronter mon jeu de NLH au leur. Je suis vraiment content de ce que j’ai appris. J’ai également pas mal bossé mon jeu HU sur internet suite aux WSOPE et là aussi, je sens que mon jeu a bien évolué !

Le field était particulièrement relevé, j’imagine que cela donne plus de saveur à cette victoire.

Remporter un High Roller EPT a forcément un goût plus agréable qu’un tournoi « normal ». Les plus grands joueurs de la planète s’y retrouvent et il n’y a qu’à voir les noms qui composaient la finale pour s’en assurer (Duhamel, Lunkin, Spindler etc…). Et puis pour une fois ce n’est pas un Allemand qui gagne un High Roller, mais un Français. Ca fait plaisir !

Je crois bien que je suis le premier Français à gagner un High Roller !? Je ne joue que très rarement ces gros buy-ins en marge des Main Event. Je crois que c’était seulement le cinquième ou sixième de ma carrière.

Avant la victoire et à l’approche des places payées, je me suis dit néanmoins que j’essayerais d’en jouer plus à l’avenir. Ce qui fait aussi la beauté de ces tournois, c’est qu’ils attirent une proportion non-négligeable de riches passionnés (je dirais environ 15%). Cela donne évidemment toute sa saveur au field… [sourire]

Une place payée dans le Main et une victoire dans le High, tu as un bon feeling à Vienne on dirait…

Trop souvent, et même sur les gros tournois du circuit, les conditions de jeu ne sont pas optimales. En tant que joueurs – donc clients qui payons un rake -, nous avons le droit de réclamer de bonnes conditions de jeu. Je ne manque d’ailleurs pas de le faire.

L’EPT, de son coté, est de plus en plus à l’écoute des joueurs, et ils font un superbe travail ! Cette étape viennoise était vraiment exceptionnelle avec de très belles structures et de beaux tournois proposés dans une salle immense et majestueuse. Nous avions de la place pour circuler entre les tables et l’organisation était quasi-parfaite. Franchement c’était un bonheur !

Donc oui, je suppose que ce confort a aussi joué dans mes résultats. De plus, étant donné que je vais être père pour la première fois fin avril, j’étais vraiment motivé par cette étape. Je me disais qu’il s’agirait certainement de la dernière avant les nuits blanches ! [sourire] Je voulais absolument perfer avant de faire un mini break en vue des WSOP.

Tu avais prévu de jouer le High Roller ou tu t’es décidé après le Main ?

Je joue peu de High Roller mais celui-ci était dans mon programme depuis le début. N’ayant pas la possibilité de participer à la Grand Final à Monte-Carlo, je m’étais dit que je jouerais celui-là à la place ! Je crois que j’ai bien fait, surtout que l’affluence a vraiment été incroyable.

Le moment-clé du tournoi selon toi ?

J’ai été short stack pendant toute une partie du Day 2, ce qui était assez difficile à gérer, surtout dans ce type de tournoi. Il était important de ne pas craquer et résister à la tentation d’envoyer mes dernières blindes avec une main médiocre. Ne pas se dire que de toute façon c’était foutu ou payer perdant.

Il est important de s’accrocher jusqu’au bout. Au poker, on gagne même avec quelques blindes. Bien sûr, il faut aussi de la réussite. C’est donc en tenant bon et en gagnant trois rencontres à tapis payé que j’ai pu accéder à la finale. Ensuite, tout a été assez vite et j’ai bénéficié d’un cocktail indispensable : patience, play good et run good.

J’ai beaucoup joué au feeling en fonction de ce que mes adversaires pensaient savoir de moi. J’ai joué de nombreux coups à l’envers, à l’endroit… J’étais très bien dans ma tête et j’ai mis une grosse pression dès que j’ai eu des jetons.

Mais le vrai tournant a été de retrouver une pleine confiance en heads-up. Il était hors de question de revivre l’issue des WSOPE cet automne. J’étais incroyablement motivé et concentré. Mon adversaire était très bon, mais il aimait jouer small ball. Du coup, je n’ai pas hésité à lui mettre la pression dans des coups très chers. 3-bet ou 4-bet en permanence. Il a finalement craqué en payant avec une main moyenne (K-T) et j’ai eu la chance de voir mon A-5 rester devant !

Les tournois à venir ?

Et bien, ça dépendra du moment où la demoiselle décide de pointer le bout de son nez. [sourire] Peut-être que je ferai un petit tournoi sur deux jours à San Remo mi-avril ou à Monaco. Ensuite, il y aura Gruissan fin mai avec un tournoi Everest Poker Live et un tournoi « Spécial Fabsoul ». Puis ce sera le temps de partir à Las Vegas pour les WSOP ! Good luck à tous !

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EPT

JOA vous qualifie pour l’EPT Barcelone

Published

on

Le Casino JOA de Gujan-Mestras qui est une référence du poker français, accueillera du 17 au 21 juillet un tournoi de poker inédit. L’accessibilité sera le maître mot de ce tournoi avec un buy-in de 175€+25€. L’évènement poker du Casino JOA de Gujan-Mestras, « En route pour l’EPT BARCELONE» est organisé en partenariat avec TexaPoker. Le vainqueur du Main Event remportera, en plus du prize pool habituel, un package d’une valeur de 9 000 €, offert par Pokerstars pour participer à l’EPT de Barcelone qui aura lieu du 20 août au 1er septembre 2019.

Kalidou Sow, le tout récent Team Pro Pokerstars sera de la partie au casino JOA de Gujan-Mestras pour participer à l’évènement. Main Event, Sides Events, Hight Roller, cash game, un cocktail qui s’annonce détonnant. Les joueurs sont attendus en nombre… avec à la clé, la

promesse d’un beau prize pool ! Pour accéder au Main Event, il est possible de s’inscrire en direct pour un buy-in de 175+25€ ou à l’un des satellites qualificatifs proposés pour l’évènement. Le 16 juillet à 21h soit la veille du Main Event, une date supplémentaire est proposée avec un buy-in à 40+10€.

Continue Reading

EPT

[EPT Prague Super High Roller] 653 000€ pour Mathhias Eibinger

Published

on

Alors que l’EPT bat son plein à Prague, le Super High Roller a révélé hier son vainqueur, pour 653 000€. L’Autrichien devance une table finale peu relevée, avec beaucoup d’amateurs, malgré le fort buy-in de 50 000€. Dans le National High Roller, le Français Sonny Franco a fini second, pour un joli gain à six chiffres…

1st – Matthias Eibinger, Austria, €653,000

2nd – Andras Nemeth, Hungary, €451,350

3rd – Liang Xu, China, €288,090

4th – Pavel Plesuv, Moldova, €220,870

5th – Luc Greenwood, Canada, €172,850

6th – Charlie Carrel, UK, €134,440

Continue Reading

EPT

Gros succès de l’EPT à Barcelone

Published

on

Près de 2000 entrées (dont un quart de reentry) : l’EPT Barcelone a été un succès incroyable en terme de fréquentation. Le vainqueur, Piotr Nurzynski, ne s’en plaindra pas car il a transformé ses 250€ de super-satellites en un beau million de gain, après deal avec le runner-up, un jeune Chinois inconnu du circuit…

Le troisième, le Bulgare Ognyan Dimov, n’est autre qu’un ancien vainqueur de (feu) l’EPT Deauville !

POS NAME COUNTRY PRIZE
1 Piotr Nurzynski Poland €1,037,109*
2 Haoxiang Wang China €1,023,701*
3 Ognyan Dimov Bulgaria €725,621*
4 Pedro Marques Portugal €698,369*
5 Rodrigo Carmo Portugal €354,200
6 Matthias Tikerpe Estonia €287,050
7 Mark Buckley Ireland €220,000
8 Patrick Clarke Ireland €155,000

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.