fbpx
Connect with us
center>

News

Rémi Castaignon remporte l’EPT de Deauville 2013 (770.000€)

Published

on

Rémi Castaignon vient de rentrer dans l’histoire du poker français en devenant le 8ème joueur à remporter un titre EPT (Pascal Perrault, Jan Boubli, Arnaud Mattern, Bertrand ElkY Grospellier, Christophe Benzimra, Lucien Cohen et Ludovic Lacay). Il est également le 2ème Français à s’imposer dans cet EPT de Deauville, 2 ans après Lucien Cohen.
Rémi ouvre son palmarès poker live de la plus belle des manières, qui rappelle quelque peu Jason Mercier, en remportant un EPT pour son premier résultat, avec notamment 770.000€ à la clé.

Arrivé en table finale avec une avance considérable sur ses 7 adversaires, le qualifié Winamax a réussi à gérer jusqu’au bout et il « venge » ainsi Paul Guichard, malheureux runner-up l’an dernier.

Classement final :

Vainqueur- Rémi Castaignon 770,000€

2- Walid Bou Habib 475,000€
3- Robert Romeo 275,000€
4- Enrico Rudelitz 215,00€
5- Franck Kalfon 165,000€
6- Joseph El Khoury 125,000€
7- Noel Gaens 87,800€
8- Jeffrey Hakim 60,000€

9- Glen Cymbaluk 48,000€
10- Jean Pierre Petroli 48,000€
11- Cyril Andre 39,000€
12- James Mitchell 39,000€
13- Pascal Aznar 32,000€
14- Aurelien Guiglini 32,000€
15- Yury Gulyy 27,000€
16- Eilert Eilertsen 27,000€
17- Joe Mouawad 23,000€
18- Gordon Huntly 23,000€
19- Matthieu Herve 23,000€
20- Fernand Michelet 23,000€
21- Hugo Pingray 23,000€
22- Freerk Post 23,000€
23- Eric Sfez 23,000€

24- Samuel Grafton 23,000€
25- Massimo Di Cicco 19,000€
26- Alexander Dovzhenko 19,000€
27- James Bills 19,000€
28- Lucien Cohen 19,000€
29- Pietro Amaroso 19,000€
30- Mathew Frankland 19,000€
31- Jan Horni 19,000€
32- Shahaf Hadaya 19,000€
33- Michel Abecassis 16,000€
34- Mesbah Guerfi 16,000€
35- Loic Fringant 16,000€
36- Karim Abdelmoumene 16,000€
37- Anaras Alekberovas 16,000€
38- Jason Koon 16,000€
39- David Kilmartin 16,000€
40- Brian Benhamou 16,000€

41- Romain Baert 13,500€
42- Lucas Reeves 13,500€
43- Thomas Butzhammer 13,500€
44- Kristijonas Andrulis 13,500€
45- Vladimir Velikov 13,500€
46- Maxime Petitprez 13,500€
47- Markus Ristola 13,500€
48- Salvatore Bonavena 13,500€
49- Ibrahim Ghassan 13,500€
50- David Pishvafar 13,500€
51- Ionel Anton 13,500€

52- Christophe Lesage 13 500€
53- Zoltan Purak 13 500€
54- Pascal Lefrancois 13 500€
55- Jean-Jacques Zeitoun 13 500€
56- David Sonelin 13 500€

57- David Ostrom 11 500€
58- Pascal Leyo 11 500€
59- Casey Kastle 11 500€
60- Ferit Gabriellson 11 500€
61- Philippe Boucher 11 500€
62- Olivier Ferrage 11 500€
63- Quentin Lecomte 11 500€
64- Fergal Crawley 11 500€
65- Sebastien Leclercq 11 500€
66- Alexandre Reard 11 500€
67- Andrei Konopelko 11 500€
68- Karen Sarkisyan 11 500€
69- Zimnan Ziyard 11 500€
70- Nicolas Faure 11 500€
71- Bernard Guigon 11 500€
72- Jed Derkaoui 11 500€

73- Andrei Stoenescu 9700€
74- Gaetano Dell’Aera 9700€
75- Matthias De Meulder 9700€
76- Abdelkader Kaychohi 9700€
77- Michele Beyret 9700€
78- Fabrice Gouget 9700€
79- Ahmed Abd El Fatah 9700€
80- Mikhail Semin 9700€
81- Jesper Feddersen 9700€
82- Mikael Bilan 9700€
83- Yannick Bonnet 9700€
84- Simon Mattsson 9700€
85- Tobias Peters 9700€
86- Patrick Schulh 9700€
87- Xavier Detournel 9700€
88- Gilbert Mehreb 9700€
89- Atanas Stolianov 9700€
90-Timothy Reilly 9700€
91- Florian Ribouchon 9700€
92- Andreas Roos 9700€
93- Kevin Miannay 9700€
94- Andriy Luybovetskiy 9700€
95- Stefano Garbarino 9700€
96- Fabrice Soulier 9700€

97- Samuel Ducoin 8000 €
98- Sinya Shimada 8000 €
99- Konstantin Tolokno 8000 €
100- Christophe Benzimra 8000€
101- Artur Olczyk 8000€
102- Filip Mans 8000€
103- Ghassan Fayad 8000€
104- Setguei Barabnov 8000€
105- Jean-François Rial 8000€
106- Paul Guichard 8000€
107- Jean Julien Stempffer 8000€
108- Rémy Le Meur 8000€
109- Daniel Dodet 8000€
110- Bastian Fischer 8000€
111- Hervé Santais 8000€
112- Rabah Ait Abdelmalek 8000€
113- Mihai Manole 8000€
114- Tobias Wenker 8000€
115- Benjamin Truzman 8000€
116- Sandra Naujoks 8000€
117- Roman Korenev 8000€
118- Lionel Rozenberg 8000€
119- Claude Metais 8000€
120- Marion Nedellec 8000€

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

News

APO 2500, la consécration d’Axel Hallay

Published

on

Après une quinzaine de jours de festival intense, c’est le triple finaliste WSOP Axel Hallay qui a décroché le titre de l’APO 2500 par PMU.fr au Club Circus Paris.

323 entrants au départ et la victoire d’Axel Hallay : le Main Event du festival APO 2500 a tenu toutes ses promesses au Club Circus Paris ces quinze derniers jours. Triple finaliste WSOP, reconnu par ses pairs et pourtant méconnu du plus grand public, le grinder londonien a remporté sa première grande victoire en live et la modique somme de 136 000€.

Organisé par PMU.fr et Texapoker, le festival s’est ouvert par la victoire de Sion Madar dans l’APO 1000 Mystery Bounty pour 43 500€ + 15 500€ en Bounty alors que Karim Abdelmoumene a remporté le High Roller à 3 000€ (76 entrants) pour 57 000€. En conclusion du festival, Christophe Fouglé se vengeait de sa 9e place sur le Main Event en s’adjugeant le Omaha 750€ (93 entrants) pour 16 200€. Enfin, le serial perfeur Julien Sitbon était sacré sur le Super High Roller à 5 000€ (24 entrants) pour sa 22e victoire en live et un gain de 45 500€.

Prochain rendez-vous au Club Circus Paris du 18 au 23 octobre avec un APO 500 : un package WPT Prime d’une valeur de 3 750$ est ajouté à la gagne, pour disputer le WPT Prime au Wynn de Las Vegas du 8 au 12 décembre (Buy-in 1 100$ + 7 nuits d’hôtel au Wynn).

Résultats Table finale Main Event APO 2500 Circus 2022 / Prizepool 697 680€ / 323 entrants / 47 ITM

Vainqueur Axel Hallay 136 000€

Runner-up Alexandru Papazian 88 180€

3e Medhi Chaoui 62 000€

4e Ruben Settbon 46 000€

5e Sacha Rymland 35 000€

6e Pierre Merlin 27 000€

7e Aurelien Russo 21 000€

8e David Pecheur 17 000€

 

Continue Reading

Coverage

[WPO Bratislava] Fin des jours 1 avec 2221 entrées, nouveau record

Published

on

Le jour double a failli se transformer en jour sans fin. Avec des tables situées dans différentes salles de l’hôtel, le jeu a été fortement ralenti à partir de 157 joueurs restants. Il n’en fallait pas plus de 155 pour rallier le jour 2 et le main par main a donc été instauré à deux éliminations de ce chiffre. La première s’est faite attendre, la seconde également. Et chaque all-in and call prononcé par les croupiers entraînaient des mouvements de foule d’un bout à l’autre des salles : journalistes, floor, curieux ou amis des joueurs engagés dans le coup, tout le monde se précipitait pour assister aux dernières secondes avant une éventuelle mise à mort. Une corrida humaine où chaque joueur peut devenir taureau ou torero, selon le sens du hasard.

On a longtemps cru que le sort avait choisi René Quintin. Tombé à 4000 jetons, soit un tiers de blind, le joueur s’est montré patient. Mais rattrappé par les blinds, il pousse son tapis UTG pour moins d’une blind donc. En BB, on a le chipleader de la table, Paul Haquin, qui a bien fait le job jusqu’à présent en agressant quasi toutes les mains à tapis préflop. Mais René se réveille avec une paire de Dix (à défaut de rois, pourtant mieux assortis à son prénom) et repasse la barre de la blind, à l’unité prêt. Ça tombe bien, le voilà de big blind la main suivante. Après une interminable attente, le temps que toutes les tables aient à nouveau distribué une main, voilà René opposé au même adversaire, qui de petite blind, complète sans même jeter un oeil à ses cartes. Et grand bien lui en a pris, car au showdown, il découvre un As, devant le Dix Quatre adverse. Son sort semblait bel et bien scellé, jusqu’à une river miracle qui offre un Quatre, et du répit, à René. Décidément, il était écrit que ce joueur reviendrai au jour 2.

René Quintin à gauche a sauvé sa place pour le jour 2. Paul Haquin, assis à droite, a pourtant eu plusieurs balles de match pour le sortir.

 

Le voilà le bubble-boy de ce jour 1C : Alex Husset, à gauche, malheureux dernier sortant de la journée

Pas le temps de cogiter, il faut suivre le mouvement des tapis et après une dizaine de showdown tournant systématiquement à l’avantage des short, on se retrouve à la table 52, celle où Georgi Abuladze a aussi fait son oeuvre de chipleader en agressant à tapis la plupart des mains préflop. Face à lui c’est Alexandre Husset dans le rôle de la victime expiatoire. Celle-ci sera la bonne et les houra de soulagement nous confirme que le jour 1C s’achève là et que les 155 joueurs disposant encore de jetons devant eux pourront bien revenir demain samedi 12h. Et rentrer dans l’argent accessoirement.

Georgi Abuladze sera un client costaud et est venu chercher le one-time depuis l’Estonie

Avec un tapis d’un million environ, Abuladze fait figure des gros clients de ce chipcount. Estonien, il est venu exprès pour participer à ce festival.

« J’avais entendu parler de ce tournoi et je n’ai pas hésité » nous confie-t-il. « J’aime le format 6-max, c’est un jeu beaucoup plus agressif et rythmé qui me convient. A Tallinn, je joue souvent au Hilton casino. » Ça tombe bien, on connaît le sujet pour y avoir réalisé un coverage il y a une petite dizaine d’années et une couverture de feu le magazine Poker52Europa. Alors avec Georgi on se rappelle quelques connaissances communes.

– « Tu connais Martin ? »

– « Oui, on a eu quelques parties en omaha sympa. Je l’avais rasé à l’époque. »

– « Il est toujours aussi fou, faut que tu reviennes. »

Georgi n’est pas venu seul. Sa girlfriend est assise juste derrière, à une table désertée. Krislin, estonienne également, est accompagnée d’une bouteille de prosecco à peine entamée.

« Moi je veux rester sobre jusqu’à la victoire » ajoute-t-il dans un sourire. Krislin se consolera avec la bouteille et tout sourire nous propose un verre.

Krislin et sa bouteille de prosecco, est venue assister et supporter son champion de poker

Ils seront au day 2 également : Maxime Large, Salim Kaddour, Andreas Faucher, Samuel Bovy, Gytis Juskevicius (le bubble boy du 1B), Peggy Gambetti, Axel Dias, Adrien Guyon, Romain Champy, Ruben Abitbol, David Lichentin.

Patrick Ciklamini, joueur slovaque a su monter un gros tapis. Avec des lignes HendonMob dans tous les sens, il faudra s’ne méfier

 

Romain Semler sera lui aussi un joueur en forme et en confiance, avec un tapis conséquent

Et le jour 1D, me direz-vous ? Commencé 7 heures après le 1C, ce 1D turbo s’est achevé une trentaine de minutes plus tôt. 39 joueurs se sont qualifiés par ce biais, sur les 234 entrées comptabilisées. Parmi les qualifiés, on retrouve les team pro Winamax Loïc Debregeas, Mustapha Kanit et Bruno Lopes, mais aussi Jonathan Therme et Luca Delerm. En revanche, cruelle désillusion pour Alexane Najchaus, éliminée à nouveau à deux places des qualifications.

Enfin, on retiendra de cette journée le record battu pour un tournoi de ce format. Avec 2221 entrées, la marque de Madrid est effacée et la référence sera désormais celle établie ici en Slovaquie, pour cette première édition à Bratislava. Ça valait presque le verre de prosecco proposé par Krislin !

Il est presque 3 heures du matin, et les joueurs auront à coeur de se réveiller en forme dans quelques heures pour se retrouver autour des tables à partir de midi pour le lancement du jour 2.

Et pour vous faire un peu saliver avant de publier le chipcount officiel et le seat draw pour le jour 2, on peut aussi rappeler que ce sont donc 372 joueurs qui se retrouveront demain pour se partager un prize-pool de 977 240 € ! Tous se sont d’ailleurs assurés un min-cash en accédant au jour 2. Bravo à eux et rendez-vous dans quelques heures pour de nouvelles aventures sur tapis vert.

Continue Reading

Coverage

[WPO Bratislava] Airwaks se donne de l’air

Published

on

A l’approche du dinner break, le field a perdu plus de la moitié des participants alignés sur la grille de départ au début de ce jour 1A. Ils sont au dernier décompte 201 pour 420 inscriptions. Ce qui signifie également que cette édition du WPO est sur les bases de nouveaux records ! Au niveau 12, les jeux se resserrent et les annonces à tapis se multiplient chez les short stacks.

Avec des lines plutôt agressives, le joueur WIP et youtuber Airwaks ne s’en laisse pas compter. Sur des blinds 1k 2k, il relance en position UTG+1 à 4k, directement sur relancé par le joueur à sa gauche pour 12 k. Il complète pour découvrir en tête à tête un flop {10-Clubs}4s{A-Diamonds}. Airwaks prend l’option du check et paie la mise adverse de 6k pour se payer une turn {5-Spades}. Là encore, le WIP check et prend le temps de réfléchir sur la mise de 18k qui lui est demandée. Après quelques instants, très concentré, il prend une poignée de jetons bleus, les 5k, et avance une pile pour 40k, ce qui aura pour effet de faire coucher son adversaire. Détendu, il affiche un sourire en commentant son gain : « Tu ne vas les bluffer à chaque main« , indiquant que l’historique de la table a bien été considéré par le joueur dans son move.

Airwaks affiche un sourire satisfait à l’issue d’un coup rondement mené : le voilà bien à l’abri, au-dessus de la moyenne de jetons

 

Du côté de la table du team pro Romain Lewis, ça envoie de jolies sacoches mais sans pour autant trop impliqué le joueur pour le moment

 

Et du côté de Pierre Calamusa, autre pro repassé par la case re-entry dans l’après-midi (un seul re-entry autorisé par jour 1), le business se passe à table autant qu’autour de la table, avec un suivi média dédié au jeune prodige grenoblois

 

Il se prépare quelque chose… Entre deux salles de tournoi, passage par le lobby de l’hôtel où on découvre les installations d’une des activités phares des WPO : le beer-pong. Un titre tout aussi convoité par tous les habitués de ce format et qui sera l’attraction du dinner break, à partir de 20h. Assis à l’arrière plan, en sweat rose siglé W, le WIP Moundir semble avoir déjà réservé sa place et attendre de défier ses adversaires. Chiche ?

 

 

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.