fbpx
Connect with us
center>

Cercles parisiens

WPT Grand Prix de Paris : Un Day 2 inattendu

Published

on

D’après tous les joueurs, le Day 2 allait être long, très long. C’est en tout cas ce que soufflait Ludovic Lacay à son voisin de table, Jason Mercier, quelques minutes avant la pause-dîner très attendue de 20h30. Plus de 80 joueurs encore en course, et le directeur du tournoi, Nicolas Fraioli, qui voulait descendre à 60 voire 54 joueurs pour la fin de la soirée.

Mais c’était sans compter l’intervention de Lady (un)Luck, puisque Lacay et Mercier, par exemple, sautaient dans un 3-way pot à tapis préflop quelques secondes après la remarque du Français à son ami Canadien : paire de 2 pour Mercier pour 28 000 jetons, As-Dame dépareillés chez Lacay pour 23 000 au total (il venait de perdre un monster-pot auparavant avec brelan), qui vont perdre contre un 8-9 dépareillés qui touche quinte runner-runner de Mc Lean Karr. Un pot que Mercier debriefera plus tard d’un lapidaire : « he’s a luckbox — how can he call like that, with no money yet in the pot and players behind him ? »

Ensuite, tout est allé très vite et au lieu de faire une pause-repas à 20h30, décision a été prise de prolonger le tournoi jusqu’à 61 joueurs, ce qui est arrivé peu de temps avant 21h30. Une bonne décision du Tournament Director, qui privilégie le repos des guerriers avant un Day 3 où les survivants vont rentrer dans l’argent (36 places payées au total). Le chipleader n’est autre que Franck Pepe, un multi-scoreur depuis le WPT Amnéville, suivi du champion de France de poker, sponsorisé ACFPoker.fr, Christophe Lesage. Le « local » de l’étape, Alexandre Brivot, est tout juste derrière, tandis que Ness Kourdourli a effectué une remontée impressionnante de 3BB à 240 000 jetons…

NOM/NAME PRENOM/FIRSTNAME TABLE SIEGE/SEAT JETONS/CHIPS
Pepe Franck 12 9 432 000
Lesage Christophe 5 7 401 100
Yacoub Dori 5 8 370 100
Brivot Alexandre 11 3 339 400
Sundell Mikko 11 4 334 500
Mc Lean Karr 6 4 323 400
Waxman Matthew 9 4 285 300
Freitez Ivan 7 4 282 100
Daher Ali 5 9 269 400
Debabeche Ahmed 7 3 253 700
Kourdourli Nesrine 8 1 240 400
Magen Frédéric 6 9 214 200
Darcourt Guillaume 12 2 207 000
Rabl Eric 9 6 206 800
Kovacs Andreas 7 8 200 000
Bonyadi Farzad 8 7 192 600
Bonrowski Tyler 7 7 192 200
Artursson Bjorn 8 9 187 000
Alibay Ami 12 7 185 000
Cassidy Joe 6 8 178 900
Kamutzki Heinz 6 7 175 400
Fleming Carl 7 6 169 000
Benadiba Stéphane 7 5 156 300
Kaverman Byron 11 7 154 700
Sointula Jam 11 2 152 600
Guerin Rebecca 9 2 151 500
Fox Elio 6 5 148 700
Nassif Gabriel 12 4 145 900
Ben Halima Hichem 9 5 139 000
Lemaire Hugo 5 3 138 900
Jacobson Martin 5 1 138 700
Govert Metaal 11 8 122 400
Spindler Benjamin 5 6 122 300
Silver Max 5 5 117 400
Benzimra Christophe 9 7 115 500
Boyer Franck 8 8 114 700
Delimal Marc-David 5 4 114 300
Zaytsev Evgeny 12 5 110 500
Van Wieringen Pim 5 2 108 200
Ait-El-Djoudi Hocine 6 1 106 200
Cardyn Nicolas 8 4 101 500
Stelmak Dimitry 7 1 94 500
Cohen Lucien 9 3 94 300
Cunix Shawn 7 2 93 800
Farges Yves 12 3 81 600
Thorel Jean-Noël 8 2 80 200
Brion Jérôme 6 3 80 100
Linde Per 12 8 78 800
Kloc Daniel 9 1 76 300
Dirnbercier Elmar 8 6 75 200
Tepper Jean-Louis 11 1 72 800
Mars Jean-Jacques 12 1 72 200
Viard Alexandre 8 3 55 400
Pohmajevic Marcelo 11 6 53 300
Puccini Mario 7 9 51 300
Rohr Jean-Philippe 12 6 49 700
Goldberg Alain 9 8 45 400
Partaud Adrien 8 5 43 300
Grzela Szymon 6 6 38 300
Shehu Julian 6 2 35 500
Ostensson Jimmy 11 5 24 400
Total 9 395 200
Average 154 000

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Cercles parisiens

Christophe Pi, le Club Barrière à plein régime

Published

on

Arrivé il y a deux ans à la tête du Club Barrière du 104 avenue des Champs-Élysées, Christophe Pi a dû faire face immédiatement au Covid et à sa pandémie, qui allait figer toute la scène des clubs parisiens. Véritablement actif depuis juin 2021, ce directeur à l’humanité et au charisme immédiats compte bien tout faire pour continuer à innover et proposer le meilleur service possible à ses joueurs. Rencontre.

Vous êtes à la tête du Club Barrière depuis deux ans, dont seulement sept ou huit mois d’activité. Quelles premières conclusions tirez-vous de cette nouvelle aventure pour vous qui avez dirigé de nombreux casinos dans le monde entier ?

Nous sommes leader en termes de produit brut des jeux à Paris, ce qui est très satisfaisant, avec deux autres gros clubs dans notre sillage, eux aussi situés dans le secteur des Champs-Élysées. À mon arrivée à Paris début 2020, je venais tout juste de quitter la direction du Casino Barrière de Menton, après avoir dirigé des établissements en Égypte, et je m’étais donc installé à l’hôtel à Paris, en attendant de m’y établir de façon pérenne, sauf que tous les hôtels ont fermé avec le Covid… j’ai donc vécu quelques mois au Fouquet’s, qui a eu la gentillesse de m’accueillir, sauf que l’hôtel était totalement vide. Durant trois mois, j’ai passé mes journées seul ou presque au Club, à analyser les chiffres de mon prédécesseur, à m’approprier le lieu et à imaginer quelle impulsion je pourrais lui donner. Je pense qu’on était partis sur des limites de table trop hautes, et il a fallu s’adapter. On a fait énormément de Meet avec mes équipes et Lucille Denos, jusqu’à la première réouverture en juin 2020, où l’on a déjà fait de gros changements dans l’organisation. Nos deux concurrents sont le Club Pierre Charron pour le poker, et l’Élysées Club. Mais je pense qu’il y a vraiment de la place pour nous tous, en respectant notre ADN et notre identité. On a donc décidé de bien travailler ces deux strates de clientèle : on fait un peu moins d’entrées, mais on a une clientèle plus qualitative, pour résumer. La troisième corde à notre arc est le triptyque Hôtel Fouquet’s, qui est magnifique, Club Barrière et casino d’Enghien, tant que les clubs n’auront ni roulette ni machines à sous. Je suis très intéressé par le fait de développer la clientèle internationale, notamment car j’ai travaillé dans le monde entier, et je crois que cela frémit à nouveau à l’international.

 

Quelles nouveautés sont prévues pour ce printemps 2022 ?

Le restaurant, qui était auparavant géré par Christophe Adam, change de nom au 1er avril : le produit de « Dépôt légal » n’était pas adapté à notre clientèle de joueurs. Comme sur les Champs-Élysées la concurrence en restauration est énorme, il fallait accepter que ce restaurant soit fait pour nos clients, qui sont parfois là tous les jours de l’année… Il faut que la carte évolue et s’adapte à toutes les typologies de clients. On a donc recruté un nouveau chef qui lance la nouvelle carte au 1er avril, et on a beaucoup écouté nos clients afin de s’adapter. Il a fallu se réinventer et on ne travaillera qu’avec des produits frais. L’aspect nourriture compte énormément pour les clients réguliers, qui veulent de la souplesse, de la simplicité et de la qualité. En plus, la restauration court de 13 heures à 4 heures du matin, en continu. Et désormais toute la carte sera servie également à la table de jeu. La salle de restaurant sera désormais à The Wedge, la grande salle centrale, qui est un lieu de vie et le poumon du Club. Les résultats des tables de Stud et de 3-Card Poker n’étaient pas très intéressants, et on a donc préféré relocaliser la salle de restaurant. Et l’ancienne salle de restaurant pourrait bien devenir un espace de jeu privé.

 

Vous semblez également miser sur un marketing bien plus présent et offensif…

Oui, l’époque nous permet enfin de communiquer avec une offre complète dans notre Club. On a adopté une période d’entrée gratuite, mais aussi des tombolas avec des dotations incroyables, et un tournoi à 1100 €, l’Escadrille, qui aura lieu chaque mois, doté de plusieurs satellites. Le 500 € hebdomadaire continue bien évidemment, et on lance un inédit, un tournoi à 1 100 € les 8, 9 et 10 avril, le Motorcycle Tournament, avec une moto offerte en plus du prizepool pour le gagnant ! Nous disposons de quatorze tables avec huit joueurs à table en permanence, donc nous sommes limités en termes d’espace, mais nous pouvons tout de même offrir de beaux produits. On avait pensé à l’EPT, avant la nouvelle vague Covid, mais on a dû reporter ce projet, qui est toujours d’actualité, ainsi que la reprise du BPT.

 

La signature Barrière, c’est aussi le service, connu pour son excellence…

J’ai toujours dit à mes équipes qu’on pouvait être sérieux tout en étant décontractés et humains. C’est l’idée que je veux insuffler et je crois que ça se ressent dans le Club. Je viens du casino, ce qui est un peu différent des clubs : la typologie de clientèle est un peu différente, mais on peut amener un esprit fun et léger qui vient du casino, avec des cadeaux surprises, des soirées thématiques, etc. On a eu un très bon retour dès qu’on a fait de tels événements.

 

Comment imaginez-vous l’évolution des clubs à Paris ?

Cela ferait beaucoup de sens que la roulette soit autorisée, mais je ne crois absolument pas aux machines à sous, qui nous transformeraient de facto en véritables casinos. Normalement, un décret va bientôt passer afin d’autoriser le retour du Multicolore dans les  clubs, ce qui est un premier pas vers la roulette. J’ai fait la demande d’autorisation, mais malheureusement il n’existe pas de matériel encore sur le marché, donc tout dépendra de cela. C’est un Multicolore sans billard, donc cela prend moins de place qu’auparavant.

 

Côté poker, quelle offre est disponible au quotidien ?

La plupart du temps, ce sont deux tables de PLO qui tournent en 2/4, 5/5 très souvent, et en Texas Hold’em, on a une ou deux tables de 2/4, et ensuite des 5/5 et parfois même des 20/40 en NLHE ou PLO, voire 50/50. Malheureusement, on n’a pas encore droit au Dealer’s Choice, mais on en a fait la demande car c’est une hérésie que l’on ne puisse pas offrir ça à nos clients. Et côté jeux de table, le Progressif à l’Ultimate nous a amené encore plus de clients, et l’on réfléchit à développer notre offre sur ce secteur… Je suis très confiant dans l’avenir car on a énormément d’idées en tête afin d’innover et d’amener un plaisir de jeu encore plus grand à nos clients.

 

Continue Reading

Cercles parisiens

Le Club Barrière Paris et le Club Charron accueillent à nouveau les joueurs dès 13 h !

Published

on

By

Bonne nouvelle pour les joueurs parisiens : deux des clubs les plus courus de la capitale accueilleront de nouveau leurs membres dès 13h. Le Club Charron a repris ses horaires habituels dès ce jeudi, permettant à un joueur de l’Ultimate Progressif de remporter un jackpot de près de 70 0000€.

Le Club Barrière Paris rouvre quant à lui après quelques semaines de pause, causée par un souci administratif, avec un sacré programme pour les joueurs de poker : « Pour remercier les joueurs de leur présence et fidélité, l’entrée du Club sera offerte du 4 au 6 février inclus. De plus, les abonnements – qui avaient été arrêtés le temps de la fermeture – seront prolongés d’autant. Les 26 et 27 février, place au Tournoi de Poker exclusif : pour un buy-in de 1 100 euros, les joueurs bénéficieront d’une structure magnifique pour cet événement. Des satellites auront lieu en amont du tournoi. Enfin, pour les amateurs de Poker, le 500 du Mercredi sera lui de retour dès le 9 février.« 

 

Continue Reading

Autres tournois

Beau succès du France Poker Open de janvier !

Published

on

By

Le grand retour du festival France Poker Open by PMU Poker pour cette année 2022, au Club Paris Montmartre du 3 au 16 janvier, a rencontré un grand succès auprès des joueurs. 

L’évènement, organisé en partenariat avec texApoker, a rencontré un nouveau grand succès. Le festival a ainsi enregistré près de 2 500 entrées cumulées sur l’ensemble des tournois, contre 1 694 pour le dernier événement FPO 2021, à Aix-en-Provence.

Dans le détail, ce sont 888 joueurs qui ont participé au FPO Main Event 600€, et, record pour le circuit, 249 entrées ont été enregistrées sur le FPO High Roller 1 200€ pour un gain de 50 500€ ! 

Fort de ces bons chiffres, le « prizepool » total du festival a connu une belle progression pour atteindre plus d’un million d’euros ! Le vainqueur du Main Event, Jordan Levy, a remporté la jolie somme de 65 000€ ainsi que le trophée de vainqueur FPO. Il a su prendre sa revanche cette année, après avoir fini second en janvier 2020, lors de la précédente étape à Paris.

La Team Pro Poker a quant à elle été au rendez-vous de cette édition, puisqu’Erwann Pecheux est parvenu aux places payées sur les deux tournois principaux, 38ème sur le Main Event et 17ème sur le Highroller. Michael Scwhartz s’est classé 19ème sur le Main Event. 

« Cette première étape de l’édition 2022 du FPO a été une nouvelle fois un très grand succès, dont les équipes PMU Poker sont particulièrement fières ! Nous tenions à remercier chaleureusement tous les joueurs pour leur confiance ainsi que les équipes de texApoker et du Club Montmartre pour l’organisation et l’accueil de cette étape 2022 du FPO. C’était un vrai plaisir de retrouver les joueurs PMU en Live et de pouvoir échanger avec eux lors de ces quinze jours de tournois.  » déclare Brewenn Cariou, responsable PMU Poker.

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.