fbpx
Connect with us
center>

Classements

Les chroniques des WSOP 2010 par Jérôme Schmidt – 10/16

Published

on

19 juin 2010


Au poker plus que dans toute autre discipline, un match n’est jamais fini avant que la dernière carte ait été dévoilée et le dernier jeton utilisé. Cette cruelle réalité du jeu a frappé à deux reprises hier soir : assez classiquement, lors du huitième de finale fratricide entre Bertrand “Elky” Grospellier et Ludovic Lacay, puis en finale du Short-Handed Hold’Em.

Le line-up de ce duel final résumait assez bien ces World Series 2010 : un affrontement entre deux écoles, deux générations, deux styles de jeu. Lorsque Men “The Master” Nguyen se retrouve à quelques jetons seulement de son huitième bracelet (et second de l’année), il n’est pas encore minuit. Son jeune adversaire, Jeffrey Papola, avait beau bénéficier d’un palmarès online et tournoi live plus qu’estimable, le chiplead écrasant de Men Nguyen et son agressivité jamais démontée en faisaient un favori énorme. Ceux que les divers parieurs ont tendance à systématiquement oublier du rang des favoris avait plus que jamais envie de démentir ses détracteurs, et d’imposer sa loi à Papola.

Il faut dire qu’entre les deux hommes, il existe plus qu’un fossé. Discret, presqu’effacé, Papola a sagement attendu son heure, s’engageant dans un heads-up de plus de quatre heures face à un Men Nguyen pressé d’en finir, l’interpellant sans cesse, râlant contre les mauvaises cartes, demandant des pauses inopinées. Papola n’a pas cillé, le regard vers le plancher, murmurant parfois un “nice hand” ou un “sorry, man” au Master agacé. Du chiplead à 5 contre 1, le duel s’est vite transformé en partie de ping pong lent, smallball en diable, où les joueurs checkaient ou min-raisaient les pots, s’enfonçant dans la nuit, incapables de lâcher un gros pot, ne lâchant en aucun cas la victoire.

Petit à petit, imperceptiblement, les masses ont changé de camp. Et Men Nguyen a lentement glissé vers la sortie. Pour le coup de grâce, il aura fallu attendre près de 5 heures du matin, dans une Amazon Room frigorifiée par une climatisation réglée sur les heures de grande affluence. Et au moment de quitter le tournoi, Men Nguyen n’aura pas réussi à masquer son intense déception. “Men Nguyen voulait gagner,” écrit Nolan Dalla, le directeur média des WSOP. “Et il y a fort à parier que les 412 000$ remportés pour sa seconde place ne seront pas assez pour le consoler…”


Parmi les 16 derniers joueurs encore en lice dans le 10 000$ Heads-Up, deux Français, Elky et Ludovic Lacay. Ces deux-là se respectent et se connaissent bien et le tête-à-tête est une de leurs disciplines favorites. Le hasard des poules aura mis les deux jeunes gloires du poker hexagonal à la même table, duel fratricide s’il en est.

Alors que le match commence à 23 heures, la communauté poker française s’est vite massée derrière les cordons de sécurité de l’Amazon Room : Fabrice Soulier, Antony Lellouche, Antonin Teisseyre, Bruno Launais (tout juste éliminé, en 4ème position, de la finale du Short-Handed). Le spectateur le plus attentif n’est autre que Stéphane Matheu, ancien coach d’Elky (avec qui il a remporté ses plus beaux titres) et récent transfert dans la Team Winamax. Matheu connaît Elky par coeur : il a vibré, vécu, douté, triomphé avec lui pendant près de deux ans ; mais ce soir, c’est derrière Lacay qu’oeuvre l’ancien sportif pro.

Très vite, le match est à sens unique : Elky touche 3 flops sur 4, et si ce n’est pas le cas, la River lui apporte une couleur. En dix minutes à peine, Lacay tombe à une dizaine de blindes. Le joueur toulousain est exsangue, sonné, le visage effondré. Derrière ses épaules carrées et ses lunettes teintées, Elky ne bouge pas.

Ces deux joueurs qui passent des heures ensemble hors des tables ne s’adressent pas la parole, concentrés sur leur jeu. Grospellier relance chaque pot, vole chaque blinde, étouffe Lacay le plus vite possible. Derrière les cordes, personne ne souffle mot, attendant avec fatalisme le coup de grâce.

Il ne viendra pas. Descendu à une poignée de blindes, Lacay reprend le dessus, efface ses doutes, et relève lentement la tête. Remonte à une dizaine de blindes à nouveau. Vole un pot à la River. Double. Se fait payer une main max. Retrouve un sourire timide. Rallume la musique dans ses écouteurs. Plaisante avec Antony Lellouche à quelques mètres de lui.

Car le heads-up est un balancier, un équilibre jamais trouvé où les masses se déplacent d’un joueur à l’autre, et où la moindre défaillance peut coûter un match. Ne jamais lâcher, ne jamais croire que le duel est déjà gagné, résume Matheu. Dans une poignée de minutes, Lacay triomphera, laissant Elky exsangue sur le fauteuil face à lui. Aujourd’hui, le Toulousain affrontera Alexander Kostritsyn, un des meilleurs parmi les huit survivants. Le bracelet n’est plus qu’à 3 victoires.

Jérôme Schmidt

Continue Reading
Advertisement

Classements

[BPT Toulouse] Et à la fin, c'est Sofian qui gagne !

Published

on

Niveau 34 – 200k/400k ante 50k – 2 joueurs

Le heads-up aura finalement été assez rapide malgré un retour de suspens dans un match qu’on pensait à sens unique après le KO de Sofian dès le début de la finale.

Didier Logghe se sera bien battu mais s’incline au final avec Valet Sept contre la paire de Huit à l’issue d’un board : 6 7 K 2 4

Belle victoire pour Sofian, qui empoche un chèque de 35230€, tandis que Didier repart avec un gain de 23350€.

Place désormais au champagne et à la photo officielle pour célébrer le vainqueur du BPT Toulouse 2018.

Assis devant une tonne, Sofian remporte le trophée du BPT Toulouse 2018, en costaud !

 

Sofian Benaissa, vainqueur bien entouré !

 

Continue Reading

Classements

[BPT Toulouse] Heads-up de fête foraine

Published

on

Niveau 33 – 150k/300k ante 25k – 2 joueurs – Moyenne : 10425k

Le heads-up commence très fort par un double-up de Sofian, qui arrive à doubler avec As Six contre les Dames, une nouvelle fois, chez Didier. Le 6 au flop puis l’As turn et Didier doit se délester de 9025k, le montant du tapis adverse. Pour la plus grande joie du clan de Sofian, resté en nombre malgré l’heure tardive.

Puis Didier relance la machine et enchaîne deux double ups de suite pour revenir à niveau !

Ce heads-up commence très fort, en mode montagne russe.

Le champagne va réchauffer si les deux finalistes ne se décident pas !

Continue Reading

Classements

[BPT Toulouse] Soleau, 3ème, laisse place au duo final

Published

on

Niveau 33 – 150k/300k ante 25k – 3 joueurs – Moyenne 6950k

Enorme coup entre Didier Logghe et Ludovic Soleau, le premier allant sortir le second en deux coups de suite.

Le coup principal, celui qui déstacke Soleau et le laisse avec une toute petite blind, se déroule d’une façon bien étrange. Fatigue ou méconnaissance des règles, Didier de petite blind, annonce “relance” en poussant la mise initiale qu’avait posé Ludovic au bouton, soit un min-raise. Sofian en BB s’échappe du coup et après intervention rapide et efficace du floor, on n’autorise à Didier qu’une min relance, ce que s’empresse de compléter Ludovic.

Flop QJ4. All-in de Ludovic et insta call de Logghe, avec QQ pour brelan max floppé. Ludovic retourne les As, meurtris, et rien ne vient l’aider. Après avoir payé les 4420k du tapis adverse, il ne lui reste que 450k, soit à peine une BB, qu’il perdra le coup suivant contre le même adversaire.

Ludovic Soleau sort donc à la troisième place, pour un joli gain de 15720€ !

Place au heads-up final.

 

Soleau à gauche, sorti par Logghe au centre

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.