fbpx
Connect with us
center>

Classements

Les chroniques des WSOP 2010 par Jérôme Schmidt – 3/16

Published

on

12 juin 2010


En finissant deuxième de l’épreuve de Pot Limit Omaha 1 500$, 20ème Event de ces WSOP 2010, Thibaut Klinghammer signe la meilleure performance française de ce début des séries. Relativement inconnu, ce joueur “pro-am” remporte plus de 150 000$ avec une tactique conservatrice en table finale, se contentant de laisser ses autres adversaires s’éliminer, pour arriver très short-stack au duel final contre John “Tex” Barch, auteur d’un triple strike final assez impressionnant : en trois mains, il aura envoyé au tapis Nenad Medic (4ème), Trai Dang (3ème) et Thibaut Klinghammer. Une victoire expéditive pour un habitué des tables finales WSOP et un redoutable adversaire des tables de cash-game en PLO et Mixed-Game.

Le vent semble tourner pour les Français à Las Vegas. Dans le Ladies, c’est Vanessa Hellebuyck, une amatrice auteur d’un très bon “run” ces derniers temps, qui se hisse en table finale, avec un tapis confortable et un field restant débarassé de toutes ses têtes de séries —toutes (Karina Jett, Michele Lewis, Maria Ho, Liv Boeree, Svetlana Gromenkova, Lacey Jones, Mimi Tran, Evelyn Ng) ayant busté rapidement lors du Day 2 du Ladies Championship. La table finale devrait trouver une issue assez rapide, et le jeu assuré et maîtrisé de la Française pourrait bien constituer la plus grande chance de victoire de bracelet à ce jour…


L’épreuve-phare, celle des high-rollers, se déroule au milieu du traditionnel 1 000$ à plusieurs milliers de joueurs du week-end. L’Omaha Hi-Low Split-8 or Better World Championship à 10 000$ ne fait pas exception à la règle des grands tournois des World Series : field de pros confirmés, tendance old school ou issus du premier boom du poker ; side-bets énormes et chasse au bracelet motivée par la relative confidentialité du field (212 joueurs au total) ; lenteur des éliminations (beaucoup de jetons, pots partagés & peu de “scoops”).

Tournez la tête, et vous aurez droit au who’s who des high-rollers (Eli Elezra, Sam Farha, Jeff Lisandro, Toto Leonidas, Jennifer Harman, Phil Ivey, Tony G., David Chiu, Barry Greenstein, Howard Lederer, etc.) ou des pros haut de gamme du poker de tournoi (Alexandre Kravchencko, Daniel Alaei, Mike Matusow, Todd Brunson, Eric Baldwin, Annie Duke, Huck Seed, Erik Seidel, Carlos Mortensen, Max Pescatori, Mel Judah, John Dagostino, Sorel Mizzi, Phil Hellmuth, la famille Shulman, John Cernuto, etc.)

C’est lors de cette épreuve que David Benyamine avait, deux ans plus tôt, réussi à décrocher un bracelet tant convoité par son pays d’origine. Et, en 2010, le Français est bien parti dans la compétition pour aborder sereinement le Day 2, avec plus de 100 000 jetons, en troisième position, tout juste talonné par Sam Farha. Le joueur d’origine libanaise, habitué du Big Game, est pourtant de plus en plus rare dans les tournois.

Si les rumeurs les plus contradictoires courent constamment à son sujet (on le dit richissime un soir, puis broke le lendemain matin, au hasard d’une partie de Blackjack à 10 000$ le point qui se serait mal déroulée), ce joueur n’a pas perdu de sa flamboyance, incarnant toujours une icône du gambling old-school, chemise largement ouverte, sourire ravageur et passion immodérée pour les prises de risque les plus folles.


David Benyamine, lui, semble plus prêt de son a-game que jamais. A l’observer hier depuis les cordes de l’Amazon Room, il respire une assurance rare et une maîtrise du jeu à la fois totale et décontractée. Les mois de high-stakes nosebleed online semblent être derrière lui, et même s’il avoue aisément ne pas jouer pour 100% des gains (bien loin de celà), David Benyamine fait partie des très rares high-rollers inspirant une confiance totale aux divers “backers”.

Car Benyamine n’a qu’une volonté : jouer les plus belles parties du monde, contre les meilleurs joueurs, ne jamais redescendre, toujours rebondir et revenir au sommet. Demandez d’ailleurs aux pros américains ce qu’ils pensent de lui, et vous n’aurez qu’un concert de louanges : la plupart l’ont vu “naître” aux tables de l’Aviation Club de France, avant de le voir arriver pour tenter son premier “shot” au Big Game. Un essai coûteux, consistant à mettre toute sa bankroll ou presque sur la table, jusqu’à épuisement. Mais une méthode tout sauf raisonnable qui font de lui un des plus grands joueurs du monde, toutes variantes et époques confondues.

Jérôme Schmidt

Continue Reading
Advertisement

Classements

[BPT Toulouse] Et à la fin, c'est Sofian qui gagne !

Published

on

Niveau 34 – 200k/400k ante 50k – 2 joueurs

Le heads-up aura finalement été assez rapide malgré un retour de suspens dans un match qu’on pensait à sens unique après le KO de Sofian dès le début de la finale.

Didier Logghe se sera bien battu mais s’incline au final avec Valet Sept contre la paire de Huit à l’issue d’un board : 6 7 K 2 4

Belle victoire pour Sofian, qui empoche un chèque de 35230€, tandis que Didier repart avec un gain de 23350€.

Place désormais au champagne et à la photo officielle pour célébrer le vainqueur du BPT Toulouse 2018.

Assis devant une tonne, Sofian remporte le trophée du BPT Toulouse 2018, en costaud !

 

Sofian Benaissa, vainqueur bien entouré !

 

Continue Reading

Classements

[BPT Toulouse] Heads-up de fête foraine

Published

on

Niveau 33 – 150k/300k ante 25k – 2 joueurs – Moyenne : 10425k

Le heads-up commence très fort par un double-up de Sofian, qui arrive à doubler avec As Six contre les Dames, une nouvelle fois, chez Didier. Le 6 au flop puis l’As turn et Didier doit se délester de 9025k, le montant du tapis adverse. Pour la plus grande joie du clan de Sofian, resté en nombre malgré l’heure tardive.

Puis Didier relance la machine et enchaîne deux double ups de suite pour revenir à niveau !

Ce heads-up commence très fort, en mode montagne russe.

Le champagne va réchauffer si les deux finalistes ne se décident pas !

Continue Reading

Classements

[BPT Toulouse] Soleau, 3ème, laisse place au duo final

Published

on

Niveau 33 – 150k/300k ante 25k – 3 joueurs – Moyenne 6950k

Enorme coup entre Didier Logghe et Ludovic Soleau, le premier allant sortir le second en deux coups de suite.

Le coup principal, celui qui déstacke Soleau et le laisse avec une toute petite blind, se déroule d’une façon bien étrange. Fatigue ou méconnaissance des règles, Didier de petite blind, annonce “relance” en poussant la mise initiale qu’avait posé Ludovic au bouton, soit un min-raise. Sofian en BB s’échappe du coup et après intervention rapide et efficace du floor, on n’autorise à Didier qu’une min relance, ce que s’empresse de compléter Ludovic.

Flop QJ4. All-in de Ludovic et insta call de Logghe, avec QQ pour brelan max floppé. Ludovic retourne les As, meurtris, et rien ne vient l’aider. Après avoir payé les 4420k du tapis adverse, il ne lui reste que 450k, soit à peine une BB, qu’il perdra le coup suivant contre le même adversaire.

Ludovic Soleau sort donc à la troisième place, pour un joli gain de 15720€ !

Place au heads-up final.

 

Soleau à gauche, sorti par Logghe au centre

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.