fbpx
Connect with us
center>

Classements

WSOP 2012 : Portés disparus (18 juin)

Published

on

Chaque jour à Vegas, des gens disparaissent, dans l’anonymat le plus total. La ville et son agglomération, forte de près de 2 millions d’habitants, est une formidable machine à disparition, les quidams se fondant dans la masse du million de touristes qui atterrissent sans cesse à l’aéroport de McCarran. La géographie aplatie de la ville confère à l’endroit une surface gigantesque, indifférenciée, où les repères n’ont plus guère de sens. On y disparaît volontairement, pour fuir ses réalités du quotidien, pour parfois ne jamais revenir. Chaque semaine, la chaine locale de KTV-New (via Fox 5) distille ce genre d’histoires : un mari volage, qui ne voulait pas payer de pension, s’était fait porter disparu pendant 30 ans, jusqu’à ce que son ancienne épouse (depuis présumée veuve) vienne jouer pour son 60ème anniversaire quelques dollars au vieux casino Sunset Station. Pas de chance, le croupier était l’époux tant chéri, muni de faux papiers ; les retrouvailles se sont faites menottes aux poignets.

De telles histoires sont légions à Vegas, où les fantômes hantent les rues désertées du North Vegas. Dès la nuit tombée et l’effervescence de Fremont Street absorbée dans les litres d’alcool bon marché et sucrés offerts par les casinos du vieux Downtown, les rues se dépeuplent, les touristes vont se coucher et une vie nocturne bien organisée se met en place : dealers de Crystal-meth et de crack au coin des rues, braquages au hasard dans les 7-Eleven ou les Mini-Marts ouverts toute la nuit et tenus, derrière des barreaux de protection, par la diaspora coréenne, prostituées aux gestes décomposés qui arpentent nerveusement la Motel Alley, entre le « Par-a-Dice Motel », le « Blue Angel » ou l’Oasis. Des établissements qui ont fait la gloire du Vegas des années 1950, à une époque où le motel était le fer de lance de la culture américaine du fun. Quelques années plus tard, les gigantesques complexes du Strip, puis l’idée de « resort » (un tout-en-un hôtel, casino, spa, cinéma, etc.) s’imposaient reléguant les motels à de vulgaires hôtels de passe ou des refuges « long stay » à 100$ la semaine, payables d’avance et en liquide, merci.

Ceux qui habitent ces établissement ont, eux, disparu depuis longtemps de toute cartographie. Ce sont des anciens du Vietnam ou de l’Irak que l’US Army a abandonnés en plein désert, calmant leurs angoisses par tous les médicaments et les drogues possibles, ce sont des retraités dont les fonds de pension n’ont que faire, des épouses bafouées et quittées sans le moindre sou, des adolescentes qui ont trop grandi et prostitué leur désir de liberté au premier venu, des rock stars qui ne sont jamais montées sur scène depuis une décennie, des artistes du Cirque du Soleil aux membres cassés par le travail, des croupiers accrocs à leur propre jeu, des schizophrènes abrutis par des années de suivis médicamenteux, des dealers et des maquereaux qui traversent une mauvaise passe.

Ce sont dans ces rues tristes du North Las Vegas, vers Glitter Gulch et « Zombie Alley », comme le surnomment les locaux, que l’on meurt sans que la moindre sirène de police ne retentisse pendant des heures. Que l’on disparaît sans qu’aucune enquête ne soit vraiment menée. Que l’on croise des mères de familles obèses et perclues par le chagrin qui cherchent leurs enfants jamais revenus d’un love-trip dans la capitale du jeu. Glendene Grant est l’une d’elles : depuis 7 ans, elle n’a plus de nouvelles de sa fille, Jesse Foster. Jesse était une jeune fille banale, avec les problèmes classiques d’une post-adolescente, élevée dans une famille moyenne. Elle est partie à Las Vegas rejoindre un garçon qu’elle aimait, rencontré à Kamloops, au Canada, près de sa ville natale d’Augusta. Un jour, elle n’est pas rentrée dans son pavillon branlant de North Las Vegas, prétend-il. Ils s’étaient disputés le soir d’avant, elle voulait rentrer chez ses parents. Mais Glendene n’a jamais revu Jesse. Et l’amoureux a vite disparu lui aussi, sans laisser d’adresse. La seule trace de son passage à Vegas ? Deux condamnations pour prostitution forcée : il « gérait » une dizaine de filles, dont Jesse. « Où est passée Jessie ? » rumine Glendene Grant, traînant difficilement son corps alourdi par les années sur El Cortez Way et Civic Center ParkWay. Elle porte haut une pancarte pour hurler l’injustice de la police, qui ne veut pas enquêter : Jesse était majeure et tous les jours, des filles de son âge disparaissent à tout jamais à Las Vegas. Depuis, Glendene passe un week-end par mois dans la capitale du jeu. Elle y regarde, nauséeuse, les milliers d’âmes naïves qui s’y pressent, perdus dans le miroir de leurs rêves. Des filles comme Jesse qui pensent trouver amour, gloire et argent. Certaines finiront dans des Gentlemen’s Club, d’autres écumeront les bars des casinos 5 étoiles du Strip. Certaines, la plupart, connaîtront la rue et les matins blêmes des addictions en masse qui font vivre sous perfusion les travailleurs du sexe de North Vegas, lumpen-prolétariat d’une ville qui ne mélange pas les genres et les couches sociales. Dans l’obscurité tombante de Main Street, la silhouette de Glendene Grant disparaît un peu plus, faiblement éclairée par les néons vacillants des motels proposant « Free XXX porn » à leurs clients. Elle aussi aimerait se fondre à tout jamais dans ces rues qui ont aspirées sa fille ; mais personne, pour le moment, n’a encore voulu s’occuper de son propre cas.

Jérôme Schmidt

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Classements

[BPT Toulouse] Et à la fin, c'est Sofian qui gagne !

Published

on

Niveau 34 – 200k/400k ante 50k – 2 joueurs

Le heads-up aura finalement été assez rapide malgré un retour de suspens dans un match qu’on pensait à sens unique après le KO de Sofian dès le début de la finale.

Didier Logghe se sera bien battu mais s’incline au final avec Valet Sept contre la paire de Huit à l’issue d’un board : 6 7 K 2 4

Belle victoire pour Sofian, qui empoche un chèque de 35230€, tandis que Didier repart avec un gain de 23350€.

Place désormais au champagne et à la photo officielle pour célébrer le vainqueur du BPT Toulouse 2018.

Assis devant une tonne, Sofian remporte le trophée du BPT Toulouse 2018, en costaud !

 

Sofian Benaissa, vainqueur bien entouré !

 

Continue Reading

Classements

[BPT Toulouse] Heads-up de fête foraine

Published

on

Niveau 33 – 150k/300k ante 25k – 2 joueurs – Moyenne : 10425k

Le heads-up commence très fort par un double-up de Sofian, qui arrive à doubler avec As Six contre les Dames, une nouvelle fois, chez Didier. Le 6 au flop puis l’As turn et Didier doit se délester de 9025k, le montant du tapis adverse. Pour la plus grande joie du clan de Sofian, resté en nombre malgré l’heure tardive.

Puis Didier relance la machine et enchaîne deux double ups de suite pour revenir à niveau !

Ce heads-up commence très fort, en mode montagne russe.

Le champagne va réchauffer si les deux finalistes ne se décident pas !

Continue Reading

Classements

[BPT Toulouse] Soleau, 3ème, laisse place au duo final

Published

on

Niveau 33 – 150k/300k ante 25k – 3 joueurs – Moyenne 6950k

Enorme coup entre Didier Logghe et Ludovic Soleau, le premier allant sortir le second en deux coups de suite.

Le coup principal, celui qui déstacke Soleau et le laisse avec une toute petite blind, se déroule d’une façon bien étrange. Fatigue ou méconnaissance des règles, Didier de petite blind, annonce « relance » en poussant la mise initiale qu’avait posé Ludovic au bouton, soit un min-raise. Sofian en BB s’échappe du coup et après intervention rapide et efficace du floor, on n’autorise à Didier qu’une min relance, ce que s’empresse de compléter Ludovic.

Flop QJ4. All-in de Ludovic et insta call de Logghe, avec QQ pour brelan max floppé. Ludovic retourne les As, meurtris, et rien ne vient l’aider. Après avoir payé les 4420k du tapis adverse, il ne lui reste que 450k, soit à peine une BB, qu’il perdra le coup suivant contre le même adversaire.

Ludovic Soleau sort donc à la troisième place, pour un joli gain de 15720€ !

Place au heads-up final.

 

Soleau à gauche, sorti par Logghe au centre

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.