fbpx
Connect with us
center>

Magazine

Stu Ungar en couv’ du Poker52 de septembre

Published

on

À chaque discipline ses idoles. Le poker moderne s’est construit sur un enchevêtrement de plusieurs générations de champions, des Texans
façon Doyle Brunson aux young guns désormais quasi quinquagénaires comme Gus Hansen, Phil Hellmuth, Daniel Negreanu ou Phil Ivey.

La révolution s’était faite à la télévision, en plein boom post- Moneymaker, et c’était le charisme ou la personnalité de chacun qui imposait les sponsorings et la stari cation de toute une génération. L’ère internet qui s’est ensuivie a eu plus de mal à dépasser les forums de discussion énamourés de pseudonymes derrière lesquels se cachaient Tom Dwan, Viktor « Isildur1 » Blom et autres Daniel Cates. Depuis, où se cachent donc les idoles contemporaines du poker ? En France, ils sont une poignée à avoir réussi ce pari, notamment avec la construction d’une Team forte de sa multitude, comme chez Winamax, ou avec quelques grands noms tels que ElkY, qui a animé la (petite) saison du mercato poker.

Alors que le poker trouve un nouveau souf e en ligne – grâce à la mutualisation des liquidités du poker en ligne en Europe –, on en revient toujours à la même question : qui pour faire vibrer le grand public ? Quelle personnalité larger than life ou average Joe, pour reprendre une terminologie médiatique américaine, saura donner envie de jouer à des millions de nouveaux utilisateurs ? On se tourne donc vers l’histoire : il y a vingt ans, presque jour pour jour, disparaissait la plus grande légende que le monde du poker ait jamais connue. Stu Ungar, enfant prodigue, bookmaker fou dès l’adolescence, plus grand champion de gin rami, gambler fou, cocaïnomane maniaque et génie hors catégorie a été plus qu’un simple nom dans le monde du jeu. C’était le Bobby Fischer du poker, une supernova qui aura ébloui tout son monde pendant quatre décennies. À l’occasion de l’anniversaire de sa disparition, nous lui consacrons une majeure partie de notre magazine, en compagnie de son biographe, Nolan Dalla.

Disponible maintenant en kiosque !

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Magazine

Apo, une équipe au service du poker ; rencontre avec Freddy Deeb ; le WPT Championship…

Published

on

Chers lecteurs,

L’année 2022 s’achève en beauté à l’international avec les succès du WPT Championship à Las Vegas et de l’EPT à Prague, et laisse présager du meilleur tant sur la scène hexagonale – avec tous les tournois Texapoker et la nouvelle mouture du Barrière Poker Tour – que dans les pays limitrophes. Comme le remarque Freddy Deeb, interviewé dans nos pages, « tout le monde a l’air de vouloir jouer au poker depuis quelques mois » ! En effet, que ce soit dans la capitale du jeu au Nevada, ou dans les casinos plus modestes dans toute la France et à chaque étape des freerolls du Winamax Poker Tour, l’engouement est plus qu’intact : il a été décuplé !

Certains diront qu’en temps de crise, le loisir est plus indispensable que jamais. Et que le hasard, étonnamment, devient une valeur refuge : il touche aussi bien les moins aisés que les plus riches, sans distinction d’origine et de milieu social. Dans les mois à venir, le retour du WPT Prime à Paris, San Remo ou Aix-en-Provence, mais aussi l’arrivée de l’EPT à Paris et la grande activité des clubs de jeux va offrir à tous les joueurs dans l’âme une part de rêve et, peut-être, de victoire.

Meilleurs voeux pour 2023 de la part de toute la rédaction !

Continue Reading

Magazine

Le World Poker Tour fête ses 20 ans, le BPT fait son retour… Tout est dans le daté décembre de Poker 52 !

Published

on

Chers lecteurs,

Un questionnement revient hanter les éminences médiatiques du poker à intervalles réguliers : comment raconter le poker ? Comment mettre en image (ou en mots) ce milieu si mythologique qu’il est cinéma avant même de passer sur pellicule ? Comment communiquer le frisson intérieur, les affres et les doutes, l’hystérie de la victoire, la force démiurge de la grande main invisible du hasard, le roller-coaster permanent de la vie à table et hors champ ? Ces questions n’ont jamais trouvé de réelles réponses tant la production documentaire et cinématographique en termes de poker – et même plus largement dans le milieu du jeu – est rare, et globalement très faible.

Il suffit d’aller voir du côté d’Hollywood (où le seul film qui a fait génération, _Les Joueurs_, n’est pas vraiment un chef-d’oeuvre, et date déjà d’un quart de siècle) pour se désespérer de ce qui s’y fait. Bien sûr, quelques scènes (comme dans James Bond) font entrer encore plus le monde du casino dans la mythologie cinématographique, mais c’est du côté des grands maîtres avec des films comme _Casino_ de Scorsese que se dévoilent, comme une architecture invisible, les grands ressorts du jeu et des joueurs.

Côté réalité, la question centrale de montrer et de raconter le poker revient au souci commun à tout documentaire : des personnages forts, une tension narrative à identifier et suivre au plus près, une unité dramatique à documenter lors d’un tournage. C’est là toute l’importance de l’approche documentaire : savoir rebondir sur des situations imprévues, apprendre à abandonner ou reléguer un personnage au destin atone pour rebondir sur un inattendu, écrire en amont un film, puisque le documentaire – contrairement au reportage – relève du cinéma. Du cinéma, de l’écriture, du pouvoir narratif. Sans cela, sans se poser en médiateur entre le joueur et le public (qu’on aimerait rêver nombreux), en se contentant d’une approche bas du front, collé à la caméra (qu’elle soit 5k ou pellicule argentique), on ne peut que livrer un récit désarticulé et sans saveur, qui obère tout partage des émotions et oublie cet influx vital qui brûle les veines des joueurs. L’équation est complexe, difficile à résoudre. Un jour, peut être, cela viendra.

La rédaction

PS : Retrouvez le coverage du WPT World Championship au Wynn, mi-décembre 2022, avec un envoyé spécial de notre rédaction à Las Vegas !

Continue Reading

Magazine

« Triche, mensonge & vidéo » : nouvelle formule et dossier scandale à L.A. dans le daté novembre de Poker52 !

Published

on

Chers lecteurs,

Avec ce numéro de novembre 2022, Poker52 revient à ses fondamentaux, suite à deux années et demi compliquées pour toutes les strates du secteur du poker : organisateurs de tournois, clubs, casinos, médias ont dû faire le dos rond pour survivre aux nombreuses restrictions et annulations sanitaires.

Vous tenez donc en main une nouvelle formule de Poker52, forte de 84 pages (au lieu de 48 précédemment) avec plus de contenu, plus d’annonceurs et surtout une stratégie de diffusion gratuite intégralement remise à plat, et triplée pour l’occasion, grâce à notre partenariat avec Texapoker. Poker52 sera désormais livré gratuitement à près d’une centaine de clubs amateurs, ainsi que dans tous les casinos francophones (environ une centaine également) afin d’être mis à disponibilité des lecteurs des pokerrooms.

Une volonté qui s’inscrit dans un redéploiement intégral de notre parution, leader de la presse poker francophone. Parmi nos rubriques, des blogs de pros du Team W, des enquêtes (la triche à Los Angeles qui a tant fait parler la twittosphère poker), des entretiens et des archives, des pages stratégie, les classements HendonMob et GPI en exclusivité, des actualités, des reportages, des pages business et coulisses des clubs et casinos.

Par ailleurs, notre site web reprend son activité progressivement avec de nombreux coverages et articles, dont le coverage du WPT World Championship au Wynn, mi décembre 2022, avec un envoyé spécial de notre rédaction. Ce sera d’ailleurs l’occasion, au prochain numéro, de revenir sur le World Poker Tour qui fête ses vingt années d’existence et a prévu de nombreuses occasions de célébrer cette longévité exceptionnelle !

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.