fbpx
Connect with us
center>

Magazine

Bruno Fitoussi vous emmène à Las Vegas pour les WSOP dans le daté mai de Poker52 !

Published

on

Chers lecteurs,

Et si 2023 était la bonne ? Et si le Main Event allait à un Français, tout droit sorti d’une qualification online —PMU ou les fameux King 5 de Winamax ? Et si au beau milieu de ces dizaines de bracelets WSOP offerts cette été, la France raflait la mise et devenait première nation au leaderboard à la fin de l’été ? Et si David Benyamine, Antony Lellouche, Bruno Fitoussi, ElkY, Roger Hairabedian, Sylvain Loosli, Gaelle Baumann, Pierre Calamusa et autres supernova hexagonales allaient au bout de leurs rêves ? Et si Julien Martini signait à nouveau une performance historique, avant d’aller tout remettre sur le tapis dans les gros mixed-games de Las Vegas ? Et sI Doyle Brunson se hissait en table finale du Main et remportait le 50 000$ Players Championship ? Et si Stu Ungar, ou son sosie, peu importe, revenait sur terre, au beau milieu du sable du désert du Mojave, pour faire une dernière apparition, en guest-star, dans les nouvelles salles flambantes des World Series ? Et si le casino Stardust renaissait de ses cendres, comme dans une vidéo d’explosion jouée à l’envers, et se juchait, tous néons allumés, à nouveau dans la nuit de Las Vegas, symbole Scorsesien des grandes années mafia ? Et si Dario Minieri rachetait sa montre, laissée au pawnshop en face de la Stratosphere, après avoir enfin gagné une grosse session de cash-game ? Et si Sam Farah se pointait à nouveau en heads-up d’un tournoi, et venait à bout de Chris Moneymaker ? Et si Jamie Gold arrêtait de se faire payer ses bluffs, et recouvrait les dizaines de millions de dollars flambés après sa victoire histoire du plus gros Main Event ? Et si plus de 10 000 joueurs, justement, s’acquittaient des 10 000$ de l’entrée du plus gros tournoi de l’année ? Et si Michael Jackson, mort en direct sur les écrans de l’Amazon Room durant un été de tournois, était annoncé vivant, en plein shuffle up & deal ? Et si les dés des tables de craps revenaient dans les mains de leurs lanceurs, toutes mises payées, dans un éclat de rires, de voix, d’alcool et de paillettes ? Et si la roulette payait tout le monde, royal au bar, pour toute la salle ? Et si les strip-teaseuses du Spearmint et autres Sapphire se rhabillaient, en direct, devant les regards ahuris des punters surexcités ? Et si les hustlersi  du Strip remisaient leurs cartes de réduction et ravalaient leurs arnaques de rue, retournant en roue arrière de leur vélos pimpés des souterrains de Las Vegas ? Et si, finalement, rien n’était pareil, cette année ?

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Magazine

Winamax Poker Tour : la conquête de Paris

Published

on

Chers lecteurs,

Le printemps a débuté sur les chapeaux de roue avec des festivals qui ont été parfois victimes de leur succès, avec des compteurs affolants en terme d’inscriptions. Une réalité s’impose : le poker live n’a jamais été aussi populaire en France de toute son histoire ! Et les mois qui viennent ne devraient pas dire autre chose puisque le FPS Paris, le Sismix Marrakech, les étapes du Barrière Poker Tour, les tournois Unibet et PMU ou tous les festivals Texapoker… s’annoncent déjà comme des évènements incontournables.

A l’horizon proche, les World Series Of Poker, à Las Vegas. Là encore, rien ne semble s’ériger contre le plus grand évènement poker de l’année et son festival qui dure plus d’un mois. Les joueurs américains devraient toutefois être encore promis aux joueurs américains et aux gros pros, notamment grâce à leur pouvoir d’achat et la force du dollar par rapport à l’euro. Surtout que depuis la fin de la pandémie, Las Vegas est redevenue LA ville de la fête et du jeu, dopée par les nouveaux millionaires de la cryptomonnaie. Prévoyez donc bien votre voyage pour Sin City en amont, afin de vivre au mieux la magie des WSOP.

Continue Reading

Magazine

Erik Seidel, le Team W, Jason Mercier, Mike Matusow… Tous sont dans le daté mars de Poker52 !

Published

on

Chers lecteurs,

Les gros cash-games en streaming se multiplient outre-atlantique, et semblent parfois de plus en plus dériver vers une version bas de gamme de ce qu’on aime par-dessus tout : du high-stakes avec des joueurs au niveau hors de l’ordinaire. Si PokerGo, le projet de Mori Eskandari, grand manitou derrière High Stakes Poker, a pour le moment signé un presque sans-faute dans la qualité des produits proposés, les alternatives qui fleurissent (le Hustler Casino Live, ou le Live at the Lodge) ne sont pas du même acabit. Il y a quelques jours, on a par exemple eu l’étrange surprise d’entendre un flambeur amateur insulter Dan « Jungleman » Cates après lui avoir passé un bluff : « You’re my bitch now » (« tu es ma petite pute, d’accord », en VF), a-t-il lancé sans que personne n’y trouve rien à redire, pas même le champion en question. C’était pourtant en direct d’une émission brandée par deux des figures de la twittosphère poker, Doug Polk (propriétaire des lieux) et Joey Ingram (aux commentaires).

 

Les habitudes stéroïdées des deux « émissions » pré-citées commencent à déteindre de plus en plus sur la qualité de l’environnement proposé aux joueurs : la première, le HCL, a été l’objet de nombreuses accusations de triches (dont le fameux J4 de Robbi Jade Lew), tandis que la deuxième se vautre dans la vulgarité assumée et la « bro » attitude sans même s’en rendre compte. De podcasteur malin et attachant, Ingram est devenu depuis quelques mois le garant ricanant d’un poker bas du front où l’on se gausse qu’aucune femme n’est à la table de 200-400$, comme si c’était une évidence génétique. La confrérie des imbéciles a encore de beaux jours devant elle.

La rédaction

Continue Reading

Magazine

EXCLU : Rencontre avec Phil Ivey, le « GOAT » du poker !

Published

on

Chers lecteurs,

Ca y est, l’année est lancée, et Paris est la capitale du poker plus que jamais : WPT Prime qui s’achève au Circus, EPT Paris en vue avec le Club Barrière, Winter Series au beau milieu au Paris Elysées Club, et enfin WiPT avec le Club Charron… Les Clubs parisiens célèbrent le poker comme rarement, et les salles ne désemplissent pas. A Marrakech, le casino Es Saadi vient de boucler une édition de ses WSOPC en accumulant les records, autre signe de la très bonne santé du poker francophone…

Pour l’occasion, nous avons l’honneur de mettre en couverture la plus grande star que le monde du poker n’ait jamais créé : Phil Ivey, en personne. C’est en marge du WPT Championship au Wynn à Las Vegas que le nouvel ambassadeur mondial du World Poker Tour nous a accordé un entretien en exclusivité, lui qui ne se confie d’habitude jamais à la presse. Souriant, doté d’une aura que seuls les plus grands champions possèdent, Phil Ivey est une légende vivante qui n’a pas fini d’écrire son histoire déjà riche en victoires, depuis les quelques vingt-cinq années qu’il a entamé sa carrière. En représentant le WPT, il devrait être à nouveau au-devant de la scène médiatique, lui qui avait préféré pendant quelques années aller de big game en cash-games aux hauteurs stratosphériques. Avec une fan-base toujours intacte, qui a même grossi auprès de nouvelles générations qui n’ont que le respect le plus absolu pour celui qui est le visage même du poker.

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.