Connect with us

News

Le top 10 des raisons de déménager à Malte!

Published

on

Chaque année, de plus en plus de joueurs pros prennent la décision de s’installer sur ce minuscule archipel perdu au milieu de la Mer Méditerranée. A ce jour, pas moins de 200 grinders français ont déjà une adresse maltaise, à l’instar deValentin Messina, Ronan Monfort, Yohan « Yohviral » Guibert, Fabrice Soulier, ou bientôt ElkY. L’engouement ne s’arrête d’ailleurs pas aux frontières hexagonales puisqu’on y trouve également Isaac Haxton, Dario Minieri, Steven van Zadelhoff , Justin Bonomo, Bjorn Kleathersson et une foultitude de sharks dont les pseudos hantent les tables depuis des années.

Et ce n’est pas un hasard. L’île principale de Malte, dont la taille est équivalente à seulement deux fois Paris intra-muros, offre en effet de nombreux avantages tant sur le point de vue fiscal, que sur celui de la qualité de vie. Voici donc un petit inventaire de ce qui vous attend si vous prenez vous aussi la décision de vous envoler au soleil !

1. Parce que ça :

Pas besoin de légende, ça devrait juste vous motiver à lire la suite…

Pas besoin de légende, ça devrait juste vous motiver à lire la suite…

2. Parce que vos gains de jeu ne sont pas imposés (ou presque)

Comme partout, la législation se fait au cas-par-cas, en fonction de votre patrimoine et de la nature/provenance de vos revenus. Mais dans les grandes lignes, en tant que résident maltais, vous ne paierez pas d’impôt sur l’argent gagné à l’extérieur de l’île. Donc rien si vous gagnez un EPT à Vienne et rien non plus si vous shippez un gros tournoi online. En revanche, vous pourrez en payer (entre 5% et 35%) si vous en ramenez une partie à Malte ; renseignez-vous avec un avocat sur place qui vous fera un bilan personnalisé et vous aidera même à monter une société si besoin (afin de minimiser la note, de façon légale)

. Notez aussi que si vous gagnez aux USA et que vous leur déclarez vivre à Malte, un prélèvement de 10% peut être appliqué. Mais au final, notez surtout que façon générale, Malte est connue pour être un îlot amical du point de vue fiscal : une rareté en Europe !

3. Parce que vous pouvez jouer sur le .com

Depuis peu, la Grande-Bretagne a fermé son marché, tout comme l’ont déjà fait la France, l’Italie ou l’Espagne. Impossible donc, sauf si bidouillage via VPN, de se faire plaisir sur le .com ; une idée inconcevable pour de nombreux joueurs online. Et Malte, qui est un pays européen (= on paie en euros et pas besoin de passeport) c’est quand même plus proche que la Thailande, le Canada ou le Costa Rica…

4. Parce que le coût de la vie y est 2 fois moins cher qu’à Paris et 3 fois moins cher qu’à Londres

Ou comment se sentir millionnaire en grindant pépère online...

Ou comment se sentir millionnaire en grindant pépère online…

5. Parce qu’il y a du soleil 300 jours par an.

Et qu’après une mauvaise session, rien de tel pour vous remettre sur pied qu’un pique-nique sur la plage avec des amis, à vous rôtir le derrière par 30°.

6. Parce qu’il y a des tournois live organisés tout au long de l’année

C'est ce qu'i s'appelle avoir l'embarras du choix!

C’est ce qu’i s’appelle avoir l’embarras du choix!

Malte est une des destinations d’Europe les plus prisées par les organisateurs de tournoi. La preuve ? L’énorme succès du tout nouveau EPT ; après mars, une deuxième édition est même prévue en octobre ! De même, vous trouverez au menu de nombreux autres events incontournables : le Battle of Malta, le WPT, le Deepstack Open et de nombreux autres plus tournois à buy-in petits à modérés tout au long de l’année. Il faut dire que l’île abrite une très grosse industrie du gambling : Betson, Pokerstars, Everest, Betfair, Unibet, Redbet… Tous ont des bureaux aux alentours de Sliema ou Valetta.

De même, pour le cash game, que ce soit au Dragonara ou à Portomaso, les parties ne manquent pas. Et même si le field s’est considérablement durcit ces dernières années dû à l’affluence massive de joueurs online, il n’en reste pas moins que la plupart des parties offrent une value non-négligeable. Sinon, vous n’êtes qu’à un jet d’avion du Montenegro, de la Croatie, de Chypre ou de l’Italie… De quoi s’occuper !

7. Parce que l’île est super safe

Tout le monde vous le dira : le taux de criminalité est extrêmement bas et on se sent toujours à l’aise, que ce soit de jour ou de nuit. Il y a évidemment des cambriolages (dans les quartiers d’expat’ surtout) ou des pickpockets, mais le nombre est incomparablement plus bas que n’importe où ailleurs en Europe. Les agressions à mains armées sont quant à elle quasi-inexistantes. Bref, c’est agréable de ne pas avoir à regarder derrière son épaule en sortant les poches pleines du casino !

8. Parce qu’on y mange de mieux en mieux.

"Ils sont frais mes poissons!"

« Ils sont frais mes poissons! »

Soyons honnêtes, il y a quelques années, l’offre était pas terrible : à moins d’aimer les kebabs de sortie de boite ou les restaurant tradi-proutprout, difficile de trouver une cuisine à son goût. Mais l’afflux d’expat a changé la donne et désormais, on peut trouver sur l’île de nombreuses épiceries fines, des supermarchés qui proposent des produits de qualité (merci la Sicile pas loin : vous n’aurez jamais vu de plus beau rayon de mozzarella ou de parmesan) et des restos au cadre design et au menu alléchant. Parmi les meilleurs, on peut citer « Caviar and Bull » (gastro moderne), « Zest » (fusion asiatique) ou « Zeri’s » (poisson). De même, si vous aimez le calamar frais au barbecue, vous allez adorer le marché du dimanche matin à Marsalokk ! Enfin ça, c’est si vous n’avez pas passé votre nuit de la veille dans les rues de Paceville… Ce qui nous amène à notre prochain point :

9. Parce qu’ils savent faire la fête all night long 

Une win? Une soirée pour fêter ça! Une grosse cagoule? Une soirée pour oublier ça!

Une win? Une soirée pour fêter ça! Une grosse cagoule? Une soirée pour oublier ça!

Paceville est le Royaume de la bouteille pas chère et de la table last-minute pour soirée improvisée jusqu’au petit matin ; et s’il est vrai qu’en saison les rues sont envahies par des teens venus (officiellement) apprendre l’anglais et (officieusement) s’encanailler à tout point de vue, on peut tout de même dénicher des spots sympas pour 25 ans et plus. Notez aussi que l’île a une vraie culture électro : pas une épicerie ou un taxi sans un bon son deep-house en fond sonore. Ca change des Enfoirés…

10. Parce que comme l’île est une ex-colonie anglaise, tout le monde speak English

Et que c’est mieux que d’avoir à apprendre le Chinois. Ou pire, le Maltais.

En bref : Vous l’aurez compris, Malte n’a pas la vie culturelle de Londres ou les restaurants/nightclubs de Las Vegas mais l’île possède de nombreux atouts, dont le climat, la mer, l’excellente qualité de vie et surtout, un environnement parfait pour les joueurs. Alors, vous attendez quoi pour faire vos valises ?

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

[BPT Blotzheim] Jour 3 : chipcount complet

Published

on

Jour 3 : le chipcount complet

Résumé du Jour 2

PRATAP GOLLA – 789 300
CYRILLE BOEHM – 707 000
PHI HUNG NGUYEN – 654 000
ARMAND CHAVOSHI – 616 000
YANN JAECK – 540 000
JULIEN KRON – 507 000
ABDELKADER BENABDELLAZIZ – 471000
GREGORY CLAUDE PIEUX – 460 000
JOSE FERNANDEZ – 452 000
MARC BENTZ – 440 000

PHILIPPE MAURO – 432 000
BEKIM MURTEZI – 426 000
SEBASTIEN NEY – 412 000
DAVID SCHABLE – 410 000
MUSTAFA YASAR – 398 000
AURELIEN LEROY – 379 000
CAMEL MERIEM – 377 000
ALI ASKER OZBEY – 368 000
AKIN TUNA – 359 000
LOIC MICHEL SCHMITT – 327 000

THIERRY CHERVET – 300 000
DAMIEN DIEUDONNE – 296 000
JEREMY ESCHEN – 290 000
FABIAN STEFAN DIETRICH – 285 000
JEROME ZILLI – 280 000
GREGORY SELLAM – 270 000
DAVID NATHAN ALIMI – 247 000
SALVATORE PIDALA – 233 000
MARC ORSULIC – 228 000
ALI GURBUZ – 225 000

DAVID JACKY ETHUIN – 220 000
CHRISTOPHE GABRIEL TELLIER – 206 000
PIERRE ANTOINE QUIGNARD – 197 000
WALDEMAR ECKSTEIN – 184 000
EMMANUEL MARGUERITE – 182 000
ROMAIN MALARTRE – 181 000
GREGOIRE BARTH – 180 000
CLAUDE METAIS – 178 000
CHRISTOPHE VINCENT – 176 000
AURELIEN SALAZAR – 165 000

MICHAEL DUCHE – 131 000
JEAN BAPTISTE POIROT – 131 000
REMY MOUGEL – 127 000
REMI SIBRE – 124 000
PAUL KIENER – 109 000
LORENZO ARDUINI – 106 000
DENIS RAYMOND BONNE – 88 000
FLORIAN GRIVOIS – 83 000
PIERRE SEITER – 69 000
SAMY BESSAAD – 55 000

Continue Reading

News

17 millions à la gagne aux Galactic Series de PokerStars

Published

on

Les Galactic Series, le plus grand tournoi de poker en ligne du marché des liquidités en Europe du Sud, s’est terminé avec une cagnotte de 16 973 768 €, dépassant ses 15 millions de garanties.

Le tournoi qui s’est déroulé du 26 août au 13 septembre, a acceuilli plus de Plus de 50 612 joueurs lors des 186 épreuves. Il a également été le plus long jamais organisé sur le marché des liquidités partagées de l’Europe du Sud et le plus important en termes de partage de liquidités à hauteur de 1,5 millions d’euros.

Le Main Event a rassemblé plus de 6 430 concurrents parmi lesquels les français se sont fortement démarqués : avec cinq compatriotes en la table finale et quatre premières places remportées par des joueurs français. La France a connu un réel succès tout au long des Galactic Series, les joueurs français ayant remportés le plus d’événements – 42 au total – suivis de l’Espagne avec 30 événements et du Portugal avec 20.

Le premier succès du tournoi nous vient toutefois de l’Espagne, avec ‘SpadeJack10’ qui a marqué le début du championnat en remportant le Sunday Warm-Up avec 24 863,54 €. Le Portugal quant à lui a clôturé les championnats lorsque ‘eduardo7673’ a touché plus de 6 988,34 € au Midnight Express.
« Le partage des liquidités entre ces trois marchés nous permet de continuer à offrir à nos joueurs les tournois les plus attractifs avec les plus grandes garanties », a déclaré Severin Rasset, Directeur de l’Innovation et des Opérations de poker chez The Stars Group. «Nous sommes reconnaissants du soutien de nos joueurs, en particulier pour le Main Event qui a enregistré un taux de participation remarquable. A bientôt pour le prochain championnat ! »

En dehors du Main Event, le Sunday Special du 2 septembre a dépassé ses 350 000 € de garanties avec plus de 20 000 € et le Super Thursday du 13 septembre avec 100 000 € en plus de ses 150 000 € de garanties. Les événements Classico à 10 € de buy-in se sont également avérés très populaires, avec une moyenne de 15 000 d’entrées en trois dimanches.

Ce dernier championnat au Portugal, en France et en Espagne fait suite aux succès de PokerStars aux Trio Series, au Spring Championship of Online Poker (SCOOP) et au FRESH (France Espania Hold’em) Series), qui ont tous battu leurs garanties.

Continue Reading

News

[EPT Barcelone] Pollak et Thorel au sommet

Published

on

Et un titre de plus pour Benjamin Pollak, qui devance son ami Jean-Noel Thorel lors du 50 000€ en marge de l’EPT Barcelone! Une victoire à près d’un million d’euros pour le Français que rien ne semble arrêter…

PLACE NAME COUNTRY PRIZE
1 Benjamin Pollak France € 979,000
2 Jean-Noel Thorel France € 703,000
3 Alex Foxen USA € 456,900
4 Ryan Riess USA € 344,700
5 Mikalai Vaskaboinikau Belarus € 267,800
6 Seth Davies Canada € 207,500
7 Jack Salter UK € 164,000
8 Jan-Eric Schwippert Germany € 127,200
9 Matthias Eibinger Austria € 97,090
Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.