fbpx
Connect with us
center>

Classements

Les chroniques des WSOP 2010 par Jérôme Schmidt – 12/16

Published

on

21 juin 2010


Petit par son buy-in, le tournoi HORSE n’a pas démérité en sensations. On le sait, plus les variantes sont complexes et diversifiées, plus les joueurs complets sortent du lot. La variance est moins forte, et la table finale de ce tournoi était exemplaire en tous points, avec 5 détenteurs de bracelets en lice, finissant… dans les cinq premières places : Phil Ivey, Bill Chen, John Juanda, Jeff Lisandro, Ken Aldridge.

La victoire d’Ivey, son huitième bracelet d’affilée, est à la fois historique et presqu’anecdotique. “Je pense pouvoir gagner une trentaine de bracelets,” déclare Ivey, un sourire presqu’inattendu aux lèvres après avoir bataillé des heures durant avec Bill Chen. “J’ai le temps, et si on continue à me proposer des side-bets sur ces compétitions, je trouverai le temps et la concentration pour m’y consacrer.”

A 33 ans, Ivey a tout vu, est revenu de tout. “Kid” du New Jersey, habitué du grind avec fausse ID pour masquer ses 17 ans, Ivey s’est formé sur le Boardwalk d’Atlantic City. Une ville fantôme abandonné par la mafia italienne au beau milieu des années 1970s et qui ne s’est jamais relevée. Une ville-façade dont le seul axe est une rangée de casinos décrépis face aux rouleaux de l’Atlantique, hantés par des joueurs assechés, jouant leurs derniers dollars avant de repartir, harassés et usés, dans les coach-bus les déversant par centaines, coupons de réduction en main, chaque week-end. A l’époque, Ivey se fait appeler Jerome et rase méthodiquement chaque table de cash-game de la ville, du Borgata au Taj Mahal, en passant par le Showboat.

Son seul moteur ? L’action. Miser sur la couleur du flop à tomber ; prendre des paris à 800 contre 1 sur la victoire d’un short-stack lors d’un tournoi ; engager 1 millions de dollars sur 6 mois à se nourrir végétarien, et se commander un hamburger deux semaines plus tard. Phil Ivey est le seul joueur autant respecté dans la communauté poker.

Un respect mêlé de frayeur et d’incompréhension : Ivey est d’un autre monde, il ne respecte que les joueurs-nés, ceux qui viendront jouer aussi cher, aussi follement que lui. Multi-millionaires en gains de tournois, peut-etre, mais cela reste anecdotique car c’est dans les cash-game les plus élevés du monde qu’Ivey fait son “bread & butter”.


Rares sont ceux qui inspirent un sentiment de quasi-égalité à Ivey. Désormais séparé du reste du monde par un homme de main/garde du corps zélé, terré lors des pauses dans son tour-bus de rockstar qui abrite son chef personnel, sa masseuse et quelques amis amateurs de Chinese Poker à 10 000$ le point, Ivey se plie de très mauvaise grâce au jeu médiatique. Qu’a-t-il, finalement, à en tirer ?

Les seuls qu’il laisse entrer dans sa vie sont les autres high-rollers. Alors que des rooms donneraient des dizaines de millions pour le sponsoriser (c’est le cas de Full Tilt, qui lui a cédé des parts et dont un des membres les plus éminents, Howard Lederer, parie régulièrement des millions de dollars sur les victoires d’Ivey), Ivey ajoute, par amitié, le logo vert de PokerRoad, un site web d’information appartenant à Joe Sebok, le fils de Barry Greenstein. Greenstein, le “Bear”, un des joueurs les plus proches d’Ivey, qui s’invite caméra en main dans sa villa princière de la côte ouest, surprotégée derrière une Gated Community de milliardaire.

Observez de loin Ivey lors des tournois, et vous comprendrez comme l’homme annule littéralement tous les autres joueurs. Son regard flottant, comme en suspension, ne faisant jamais le point, ne s’allume que rarement. Ou au passage de Negreanu, Benyamine, Antonius, Brunson et Hansen. Mais pas en dessous de cette classe-là. Et c’est bien parce qu’Ivey ne peut (pas encore) jouer seul, qu’il a besoin d’adversaires, qu’il perd du temps à socialiser, à coup de jetons de 25 000$ du Big Game.

Et celui, finalement, qui se rapproche le plus du génie d’Ivey est David Benyamine : sans limites dans ses paris, avec une science du jeu incroyable, un détachement total aux sommes jouées, aux enjeux, aux médias, à une certaine réalité. Jamais le terme galvaudé d’extra-terrestre n’a été aussi juste pour parler de cette race de joueurs direct descendants de Stu Ungar et des gamblers les plus radicaux que le Nevada ait abrité.

Jérôme Schmidt


Continue Reading
Advertisement

Classements

[BPT Toulouse] Et à la fin, c'est Sofian qui gagne !

Published

on

Niveau 34 – 200k/400k ante 50k – 2 joueurs

Le heads-up aura finalement été assez rapide malgré un retour de suspens dans un match qu’on pensait à sens unique après le KO de Sofian dès le début de la finale.

Didier Logghe se sera bien battu mais s’incline au final avec Valet Sept contre la paire de Huit à l’issue d’un board : 6 7 K 2 4

Belle victoire pour Sofian, qui empoche un chèque de 35230€, tandis que Didier repart avec un gain de 23350€.

Place désormais au champagne et à la photo officielle pour célébrer le vainqueur du BPT Toulouse 2018.

Assis devant une tonne, Sofian remporte le trophée du BPT Toulouse 2018, en costaud !

 

Sofian Benaissa, vainqueur bien entouré !

 

Continue Reading

Classements

[BPT Toulouse] Heads-up de fête foraine

Published

on

Niveau 33 – 150k/300k ante 25k – 2 joueurs – Moyenne : 10425k

Le heads-up commence très fort par un double-up de Sofian, qui arrive à doubler avec As Six contre les Dames, une nouvelle fois, chez Didier. Le 6 au flop puis l’As turn et Didier doit se délester de 9025k, le montant du tapis adverse. Pour la plus grande joie du clan de Sofian, resté en nombre malgré l’heure tardive.

Puis Didier relance la machine et enchaîne deux double ups de suite pour revenir à niveau !

Ce heads-up commence très fort, en mode montagne russe.

Le champagne va réchauffer si les deux finalistes ne se décident pas !

Continue Reading

Classements

[BPT Toulouse] Soleau, 3ème, laisse place au duo final

Published

on

Niveau 33 – 150k/300k ante 25k – 3 joueurs – Moyenne 6950k

Enorme coup entre Didier Logghe et Ludovic Soleau, le premier allant sortir le second en deux coups de suite.

Le coup principal, celui qui déstacke Soleau et le laisse avec une toute petite blind, se déroule d’une façon bien étrange. Fatigue ou méconnaissance des règles, Didier de petite blind, annonce “relance” en poussant la mise initiale qu’avait posé Ludovic au bouton, soit un min-raise. Sofian en BB s’échappe du coup et après intervention rapide et efficace du floor, on n’autorise à Didier qu’une min relance, ce que s’empresse de compléter Ludovic.

Flop QJ4. All-in de Ludovic et insta call de Logghe, avec QQ pour brelan max floppé. Ludovic retourne les As, meurtris, et rien ne vient l’aider. Après avoir payé les 4420k du tapis adverse, il ne lui reste que 450k, soit à peine une BB, qu’il perdra le coup suivant contre le même adversaire.

Ludovic Soleau sort donc à la troisième place, pour un joli gain de 15720€ !

Place au heads-up final.

 

Soleau à gauche, sorti par Logghe au centre

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.