fbpx
Connect with us
center>

Magazine

Zchance44 en couv’ du Poker52 de mars

Published

on

Chers lecteurs,

On ne va pas faire semblant d’oublier ce qui nous empêche chaque jour de nous projeter dans la prochaine étape de notre poker tour préféré. Il y a un an jour pour jour, c’était à Paris que le World Poker Tour s’installait dans le cadre unique du Palais des Congrès, grâce à l’équipe du Club Pierre Charron, et faisait rêver des milliers de joueurs dans des conditions optimales. Mais depuis? Rien, ou presque. Quelques étapes ont repris outre-Atlantique dans une ambiance de science-fiction, masques et séparateurs à la clé, tandis que nombre des WPT ou WSOP se sont joués online la plupart du temps.

Avec le printemps, dehors, le soleil brille à nouveau, et nous sommes des dizaines de milliers à compulser fiévreusement les pages des voyagistes en simulant des week-ends à Marrakech (avec un petit WPT à la clé), un passage à Cannes pour des WSOPC futurs, une incursion en Europe de l’Est pour profiter des beaux cash-games, et bien sûr un mois de long rental agreement dans un palace de Vegas pour les WSOP 2021, de préférence au Circa Vegas Hotel, le nouveau 5 étoiles à la piscine hors du commun.

Une fois la fenêtre onirique refermée, plus prosaïquement, on se connectera en ligne, puisque le virus du poker y a repris de plus belle, et on naviguera des heures durant dans le maelstrom des coachs et twitcheurs qui ont fait leur apparition ces derniers mois. Nous avons pris le temps d’aller rencontrer l’un des plus honnêtes et des plus sérieux d’entre eux, qui se livre dans un entretien passionnant.

La rédaction de Poker52

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Magazine

Apo Chantzis en couv’ du Poker52 de décembre

Published

on

By

Chers lecteurs,

Au moment où nous bouclons ces lignes, la pandémie semble faire un retour en force, uniquement amorti par la vaccination de masse des pays les plus riches au monde. Une scène nous revient en tête, alors que l’éternel recommencement semble poindre son nez : celle d’Al Pacino, dans Le Parrain (et parfaitement parodiée par la suite dans la série Les Soprano), qui exprime son désespoir. « Just when I thought I was out, they pull me back in », se lamente le parrain vieillissant, comme pour résumer ce sentiment terrible d’être toujours rattrapé au dernier moment par le malheur.

Le mois dernier, la rumeur du grand retour des franchises les plus prestigieuses du poker à Paris se faisait grandissante : EPT, WSOP-C, et sûrement WPT un peu plus tard, frappaient au portillon. Pour le moment, aucun de ces projets n’est abandonné, mais comment va réagir la France à une cinquième vague, puis à un nouveau variant qui semble faire vaciller les gouvernements du monde entier ?

On l’a déjà constaté, le poker et les casinos ne font pas partie des priorités en termes sanitaires (ce qui, soyons honnête, peut se com- prendre, sauf auprès des employés de ce secteur qui génère énormé- ment de taxes publiques, et a su s’adapter très vite à des mesures sanitaires strictes), et le poker live semble une fois de plus douter de sa capacité à organiser de belles compétitions, comme on l’a vu récemment à l’international aux WSOP mais aussi, en local, via les tournois organisés par Apo Chantzis, notre invité du mois. Espérons que les quelques deux ans de torpeur que nous avons vécus nous auront appris à mieux envisager l’avenir…

Jérôme Schmidt

Continue Reading

Magazine

Hermance Blum en couv’ du Poker52 de novembre

Published

on

By

Chers lecteurs,

À l’heure où nous bouclons ce magazine, la France (du poker) est divisée en deux : ceux qui sont déjà à Las Vegas, et ceux qui sont en train de piétiner devant leur valise à attendre la date fatidique du 8 novembre, quand les frontières américaines seront ouvertes aux Européens sans autre prérequis qu’un passe sanitaire et une batterie de tests PCR basiques. Le premier contingent, que nous suivons de près depuis le départ de l’édition 2021 des WSOP, aura déjà vécu bien des rêves, se sera broké plus que de mesure ou aura connu le frisson du bracelet qu’on aperçoit sans toucher (Pierre Calamusa, Adrien Delmas, François Pirault, David Benyamine, etc.), tandis que ceux qui débarqueront pleins d’espoir et les poches pleines le 8 novembre pour la fin des Jours 1 du Main Event prendront le relais…

Pour le moment, les Français se sont fait remarquer, mais n’ont pas brillé jusqu’à obtenir d’un bracelet, dans une compétition très largement dominée – et c’est logique – par les Américains, maîtres en leur pays confiné. Bien sûr, on n’oubliera pas Phil Hellmuth, ses cinq tables finales et son seizième bracelet, dont nous retraçons in extenso la carrière dans ce numéro, pas plus qu’Anthony Zinno et son doublé. Grâce à notre envoyé spécial à Las Vegas, vous pouvez suivre en temps réel tous les exploits jusqu’au bout de la compétition, fin novembre… Et d’ici là, n’oubliez pas de jeter un œil sur notre grande enquête du mois à propos des streamers et autres vendeurs de rêves falsifiés produits par les casinos en ligne dérégulés. Une addiction à distance qu’aucune autorité de tutelle n’arrive à juguler et qui peut laisser bien des joueurs déraisonnés sur le bas-côté…

La rédaction de Poker52

Continue Reading

Magazine

« Riolo, Mosca…Le Poker a toujours la cote » en couv’ du Poker52 d’octobre

Published

on

By

Chers lecteurs,

Pour être francs, on n’y croyait plus vraiment: comme si le mirage du désert que représente Las Vegas allait encore une fois nous échapper, travel ban oblige. Mais alors que l’administration américaine vient tout juste de lever les dernières interdictions concernant les voyageurs européens dûment vaccinés à partir du 1er novembre, force est de constater que la communauté poker tout entière semble se lever d’un seul homme a n d’aller faire fondre sa bankroll aux rayons brûlants du soleil du désert du Mojave…

Bien sûr, les World Series auront déjà commencé depuis plusieurs semaines, mais au vu du programme maous de cette édition 2021, les Français et comparses européens auront largement le temps de signer quelques belles performances à leur arrivée, sans être passés par la case «quarantaine». Beaucoup avaient imaginé des parcours de voyage bien alambiqués (aller au Mexique ou au Canada pour zapper la quarantaine américaine) mais, pour une fois, tout sera plus simple : un vaccin accepté par les États-Unis, une appli de traçage une fois le pied posé sur le territoire américain, et direction le casino Rio pour buy-in à tout va dans les compétitions siglées WSOP ! Après une année 2020 qui aura été terrible pour le poker live, serait-ce le retour des beaux jours? Le succès des tournois Texapoker récemment, ainsi que les rumeurs qui annoncent un retour de l’EPT à… Paris (!) semblent en tout cas indiquer que nous sommes sur la bonne voie. Ne manquerait plus que quelques WPT, plus la réouverture de Marrakech au public international, et nous pourrions à nouveau exulter de joie. Patience, patience…

Jérôme Schmidt

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.