fbpx
Connect with us
center>

Portraits / Interviews

Grégory Benac, le joueur aux commandes du Club Pierre Charron

Published

on

S’il est méconnu du grand public, de par la distance qu’il entretient avec les médias, Grégory Benac est l’homme derrière le Groupe Marval, une société indépendante dont le premier établissement de jeu, le Club Pierre Charron, a su s’imposer comme une référence à Paris tant par la qualité de son offre de jeu que par sa cuisine et son sens du service. Attentif à toutes les innovations et à chaque détail de son club, Grégory Benac fait figure d’homme singulier du fait de son profil professionnel : après des études et une carrière aux États-Unis dans la finance, ce spécialiste des hedge funds a réalisé le rêve du jeune homme qu’il était il y a vingt ans, véritable passionné des cercles parisiens et des tournois de poker. Rencontre avec un épicurien élégant au verbe précis.

Le premier établissement que vous avez lancé, le Club Pierre Charron, se présente comme un club « créé par un joueur, pour les joueurs ». Comment avez-vous découvert le poker ? Quel a été votre parcours ?

J’ai commencé le poker moderne à dix-huit ans, en 1996, à l’Aviation Club de France. À l’époque, le Texas Hold’em n’était pas encore populaire. Quand j’allais jouer à l’Aviation, les parties étaient à 30 francs en Dealer’s Choice et les couloirs accueillaient essentiellement des parties de backgammon. J’ai passé pas mal de nuits là-bas, en parallèle à mes études à Paris-Dauphine. Avant ça, entre amis, on jouait au Draw à cinq cartes et j’y ai passé pas mal de nuits blanches. Ce qui est amusant, c’est qu’à l’époque des cercles, je m’étais déjà intéressé au fait d’ouvrir un établissement de jeu parisien. Je voulais créer un lieu dans lequel j’allais pouvoir rassembler tout ce que j’aime : le beau jeu, la bonne cuisine, les bons vins… mais je ne suis pas allé plus loin que ce rêve quand j’ai réalisé que le montage en Association 1901 était désuet et inadapté. J’ai obtenu par la suite une bourse pour étudier aux États-Unis, après ma double maîtrise de gestion et de finance et une expérience en banque. J’ai ensuite découvert le monde des hedge funds aux USA, encore assez peu développé en France à l’époque. J’ai décroché un travail passionnant auprès d’une grande fortune américaine, afin de l’accompagner dans ses affaires. On a voyagé dans le monde entier ensemble, et c’était très formateur, surtout à 23 ans. J’ai ensuite rejoint un gros fonds d’actifs, basé à Boston. En rentrant en France, je n’avais quasiment plus joué au poker pendant toutes mes années américaines, et je me suis inscrit au WPT National en 2012, qui avait lieu à l’Aviation Club de France et… je l’ai remporté. J’ai toujours apprécié les tournois de poker, car on rencontre des gens très différents, de tous les horizons et milieux, et c’est la seule activité où j’arrive à m’évader, à être dans ma bulle. Le poker a longtemps été mal vu en France, mais aux États-Unis, notamment au sein des fonds d’investissement, les entreprises organisent des tournois pour leurs employés, afin d’avoir une appréciation de la bonne prise de risque. La gestion d’un stack lors d’un tournoi de poker (freezeout) est similaire à la gestion de portefeuille ; et contrairement à une partie de cash-game, on est tous au même niveau, cela gomme les disparités sociales.

L’idée de monter un club vous est revenue au moment du changement de législation des établissements de jeu à Paris… Quelle a été votre démarche à l’époque ?

La genèse du Club Pierre Charron remonte en effet à 2017, je n’avais pas abandonné l’idée d’ouvrir un tel établissement. Je tenais une veille à ce sujet et, dès que la loi a été annoncée, j’ai contacté des amis afin de faire un premier tour de table. À l’origine, l’idée était de lancer un hôtel-casino, avec un ami qui possède un grand hôtel, mais cela n’a finalement pas pu se faire. Ma petite sœur, Valérie, qui est dans l’immobilier, a trouvé le local actuel du Club Pierre Charron. C’était très compliqué de trouver un local car il fallait avoir le bail signé avant de pouvoir demander sa licence… Surtout pour quelqu’un qui est étranger au milieu du jeu. Quand j’ai descendu pour la première fois l’escalier qui mène à ce qui est aujourd’hui la salle principale du Club, qui était à l’époque une piscine, j’ai été bluffé par la hauteur sous plafond et le potentiel des lieux.

Une fois l’aspect financier sécurisé, il a fallu recruter une équipe de professionnels, aguerris au jeu et à la spécificité du marché parisien, pour transformer mon rêve en réalité. L’équipe a bien changé, entre les débuts du projet et maintenant. C’est avec le temps et les challenges que les personnes se révèlent. Et en à peine trois ans, il y en a eu quelques-uns ! Les équipes actuelles, qu’elles soient dirigeantes ou opérationnelles, ont prouvé leur savoir-faire et partagent ma vision et mon niveau d’exigence.

Comment avez-vous réussi à convaincre des investisseurs hors du milieu du jeu à s’engager avec vous ?

J’ai rencontré un véritable enthousiasme, les investisseurs ont été rapidement convaincus. C’est un rêve commun à beaucoup de gens de pouvoir monter un tel établissement, c’est une certaine mythologie qui vient du cinéma, de la culture populaire américaine et française. Il y a tellement de barrières à l’entrée pour créer un casino ; avec le Groupe Marval [ndlr : le condensé des prénoms des sœurs de Grégory Benac, Marion et Valérie], je leur offrais la possibilité de vivre ce rêve. Très vite, le premier tour de table a été bouclé. Au départ, je n’imaginais pas m’occuper à plein temps du Club après son lancement, mais il était important pour moi que ma vision perdure et s’installe dans le temps. Près de deux ans avant l’ouverture, j’étais presque quotidiennement en contact avec la police des jeux dans le cadre de leur enquête. Je voulais me lancer dans Marval uniquement si tout était carré. Sans la police des jeux et leur omniprésence, je n’aurais probablement pas ouvert de club, ce sont eux qui m’ont rassuré grâce à leurs vérifications et procédures efficaces. Nous avons appris à travailler ensemble, car au départ, ils étaient étonnés qu’un profil comme le mien se lance dans cette activité. Petit à petit, je me suis retrouvé à travailler jour et nuit pour le Club, à découvrir un monde à part entière. C’est passionnant et ça dépasse de loin ce que j’imaginais !

En quoi le Club Pierre Charron est, pour vous, différent des autres établissements ?

Ce Club est avant tout un lieu de vie. Je trouve par exemple très bien que des clients y viennent uniquement pour boire un verre, dîner ou juste déambuler, sans nécessairement jouer. C’est une deuxième maison où l’on doit se sentir chez soi. Appréciant le vin, la gastronomie, le cigare, j’ai voulu que cela se retrouve dans le Club Pierre Charron : une belle cave, un chef qui excelle, Eddy Bajeux, passé par l’Hôtel Costes, et un fumoir spacieux avec une jolie sélection de cigares. Une passion que je n’ai pas encore fait vivre dans le Club, c’est celle du piano, mais je pense un jour en installer un, avec un pianiste à certaines heures. Pour la cuisine, j’ai vraiment voulu mettre le produit à l’honneur, avec un chef qui ne travaille que des produits de grande qualité rassemblés au sein d’une carte simple et réconfortante, et des créations quotidiennes. C’est je trouve très facile de faire compliqué mais très difficile de faire simple. C’est l’une de mes grandes satisfactions : avoir ouvert un restaurant qui propose tard dans la nuit une telle qualité, c’est rare. Côté jeu, nous avons une équipe exceptionnelle et avons pris le meilleur de ce qui se fait partout dans le monde : des jetons RFID afin de garder une fluidité du jeu, des tables et tapis fabriqués en Italie, inspirés des clubs londoniens, des sièges très confortables… C’est dans les détails que se fait la différence en termes d’accueil de nos joueurs.

L’accueil, le service et le relationnel avec les joueurs contribuent, je pense, à nous différencier de nos concurrents. À tous les niveaux, les équipes du Club apportent à la fois un cadre technique rassurant et un grand sens du service, que les habitués apprécient tout particulièrement.

En ce mois de mars 2022, vous fêtez les deux ans d’un événement qui a marqué le poker hexagonal, l’organisation du WPT à Paris en 2020, qui avait été un succès phénoménal, augurant celui du Club Pierre Charron. Quel bilan tirez-vous de ces premiers mois d’activité perturbés par la crise sanitaire ?

Avec Ziad Farhoud, le directeur des opérations du Groupe Marval, nous avons mené, dès le départ et dans la plus grande discrétion, des discussions avec les deux plus belles marques du poker : WSOP et WPT, avec lesquelles nous avons signé des partenariats uniques afin de proposer en exclusivité les tournois WSOP et WPT à Paris pendant plusieurs années. Le tour de force du WPT 2020 a été de savoir l’organiser en moins de quatre semaines et de trouver cette salle incroyable au Palais des Congrès car les travaux du Club n’étaient pas encore terminés. Personne n’y croyait, mais le résultat a dépassé toutes les espérances en termes de nombres de joueurs et de réactivité de nos équipes, que nous venions tout juste d’embaucher. C’est souvent dans l’adversité que se révèlent les personnalités, et nous avons pu le constater à l’époque mais aussi récemment lors d’un bref mouvement social : la solidarité qui est née de ces jours compliqués a permis de souder nos équipes les plus fidèles. L’adversité a été une chance et a malgré elle servi les intérêts du Club. Ainsi, sans les travaux du Club qui s’éternisaient, nous n’aurions pas monté un tel WPT Paris. Et sans ce mouvement social, nous n’aurions pu identifier aussi clairement les atouts du Club et ainsi accélérer son développement !

Le WPT Paris en 2020 est quasiment un miracle puisque l’épidémie de Covid a fermé le pays quelques jours après la fin de la compétition. Nous avons, de fait, une seule année d’activité au compteur, si l’on compte les diverses fermetures administratives, et nous sommes très heureux des résultats du Club, puisque nous sommes premiers sur le secteur à Paris, et que nous progressons chaque mois en termes de volume et de produit brut des jeux [ndlr : chiffre d’affaires]. Nous n’avons jamais voulu forcer les choses, nous aimons développer de nouveaux produits, avec parfois des avant-premières parisiennes comme le récent Jackpot Progressif à l’Ultimate Poker qui rencontre un succès tel qu’il y a parfois des files d’attente comme au poker pour y jouer ! Nous affinons également nos futures offres de tournoi, toujours dans l’idée de proposer le meilleur produit à nos clients. Quand j’ai créé le Groupe Marval, je voulais que l’excellence soit au rendez-vous, et que nous puissions, à terme, développer plusieurs établissements, qu’ils soient de jeu ou hôteliers, et qui correspondent à ma vision de l’art de vivre. C’est encore un peu tôt pour en parler mais les prochaines années devraient, je pense, nous amener quelques beaux développements… 

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

News

Cash-game : Paris flambe-t-il ?

Published

on

Après des débuts ralentis par la crise sanitaire, la scène poker parisienne est devenue l’une des plus actives en Europe. Les tables de cash-game ne désemplissent pas, avec une offre large qui attire un écosystème complet de joueurs débutants et de tables plus confirmées, où la flambe est de mise. Si le Club Circus et le Club Montmartre sont connus pour leurs tournois, très fréquentés, trois clubs des Champs-Élysées proposent une offre variée de cash-game. Parmi eux, le Club Pierre Charron se démarque : rencontre.

SERGE GRAZIANI, LE VISAGE DU CASH-GAME À PARIS
Figure incontournable du poker parisien depuis près de vingt ans déjà, Serge Graziani est un modèle de probité et d’accueil, assurant une expérience joueur optimale à tous ceux qui fréquentent les parties de cash-game. MCD en charge de la salle poker du Club Pierre Charron, il répond à nos questions, avant de prendre son service du soir…

Quel a été votre parcours dans le monde du cash-game ?

J’ai fait dix ans à l’ACF, de 2004 à 2014. J’ai commencé en tant que croupier poker, puis chip runner, puis assistant floor et enfin floor. J’ai rejoint le Club Pierre Charron dès l’ouverture. Embauché à l’automne 2019, j’étais déjà présent pour la formation croupiers. Le cash-game m’a toujours énormément plu, c’est une préférence personnelle, et j’ai voulu continuer à creuser dans cet univers. Ce que j’aime le plus, c’est construire de belles parties… Au Club Pierre Charron, je peux mettre toute mon expérience au service des joueurs.

Qu’est-ce qui selon vous fait la force de l’offre cash-game du Club Pierre Charron ?

Indéniablement, nous proposons l’offre la plus large puisque nous commençons avec des 1-2 NLHE (minimum 100 €, jusqu’à 500 €) et que le CPC est le seul à en proposer à Paris. Puis nous avons des 2-4 NLHE (200 € buy-in minimum, pas de maximum), des 5-5 NLHE (300 € minimum, pas de maximum) et enfin des 5-10 NLHE (500 € minimum, pas de maximum) et bien sûr nous ouvrons de grosses tables plusieurs fois par semaine… En Omaha, l’essentiel des tables de la capitale se jouent chez nous. Nous tournons avec une 2-4 PLO (200 € minimum, pas de maximum) puis une 5-10 PLO car une 5-5 seraittrop proche en termes d’enjeux… Nous proposons très régulièrement une 10-20 PLO et même des 20-40 PLO qui sont très actives !

Au-delà de l’organisation du WPTDeepStacks Paris 2020 au Palais des Congrès, pourquoi le CPC est-il réputé pour le poker, d’après vous ?

C’est un subtil mélange, entre l’historique et le savoir-faire de l’équipe de direction. Ce sont tous des professionnels ayant oeuvré dans différents cercles de jeux et casinos, à Paris et à l’international. La présence, par exemple, du duo Pascal Rolin (directeur responsable) et Julien Biagué (directeur des jeux) insuffle une vraie passion pour le jeu. Mathieu Biagué (directeur de la caisse) et toute l’équipe de MCD, des personnes chevronnées et respectées, rassurent les joueurs. Quant à Gregory Benac, notre président, il éprouve tout ce qui est fait au Club avec l’oeil intraitable du joueur. Plus généralement, tous les membres de l’équipe connaissent à la fois les joueurs et leurs attentes, et l’écoute permanente de tout le staff permet un service optimal. Côté technologie, le parcours digital des joueurs leur permet de s’inscrire de manière très simple, et de suivre en temps réel le temps d’attente aux tables. Quant au matériel de jeu, l’équipement RFID de toutes les tables et jetons nous différencie
très nettement des autres clubs.

Quelle est la typologie de joueurs ?

Elle a changé avec le temps, et on retrouve une moitié de joueurs « historiques » de la scène parisienne, notamment à l’Omaha, ainsi qu’une autre moitié constituée de joueurs plus jeunes, venant du tournoi. La mode du poker existe toujours, l’écosystème de joueurs se renouvelle constamment. Avec  les plus jeunes joueurs, il faut parfois une approche presque éducative, et bien leur expliquer que pour le plaisir de tous, un club est différent d’une partie entre amis. Il faut préciser les règles si nécessaire, être à la fois ferme et pédagogique. Cela se passe d’ailleurs très bien tout le temps. La preuve, c’est que tous les joueurs de tournois parisiens, quand ils ont fini leur compétition dans un autre établissement, viennent principalement chez nous pour jouer au cash-game.

Racontez-nous : les grosses parties sont-elles revenues à Paris ?

Nous sommes ravis de voir revenir les grosses parties, surtout en Omaha, car elles sont passionnantes. On leur dédie une salle privée, avec un chef dédié, et aussi boissons et nourriture offertes depuis la cuisine du restaurant, qui est très cotée. Le service est préférentiel, avec les croupiers les plus aguerris et les plus rapides, ce qui sécurise et fluidifie la partie. Ce qui est passionnant dans ce type de parties, c’est que des coups incroyables s’y jouent : trois personnes à tapis, un pot de plus de 8 000 € et au final, même en Omaha 4, avec un flop doté d’énormément de tirages… c’est une doublette qui donne la main à la meilleure paire, avec une paire de 10 ! En tant que spectateur, c’est toujours très étonnant. Les masses bougent vite, et l’action ne freine jamais. Ça dépend aussi évidemment des joueurs présents, qui font l’identité et la dynamique à la table. Les options sont déposées presque un coup sur deux afin d’enflammer la partie, et le pot moyen est aux alentours de 1 500 €, avec parfois de gros pots à 15 000 ou 20 000€ selon le nombre de joueurs encore dans le coup. Il n’y a pas si longtemps, sur une 20-40 PLO, on a vu un pot à 24 000 € avec de beaux jetons jaunes à 1 000 € au milieu du tapis… Et comme le pot est capé, le
prélèvement est très raisonnable ! Notre volonté est d’avoir ce genre de tables qui durent, pour le plus grand plaisir de tous. Pour toutes nos équipes, c’est une fierté et un plaisir de proposer ces parties-là.

LA TECHNOLOGIE AU COEUR DE L’EXPÉRIENCE JOUEUR

Avec la technologie SMART RFID, le Club Pierre Charron assure aux joueurs de cash-game une fluidité des parties ainsi qu’un environnement de jeu de la meilleure qualité. Rencontres croisées avec Christophe Leparoux, vice-président exécutif, ventes & marketing de GPI France, partenaire du CPC et Ziad Farhoud, directeur des opérations en charge des technologies du Club Pierre Charron.

Quelle est l’activité de la société GPI ?

Christophe Leparoux : Depuis 1925, GPI (alors Bourgogne & Grasset) produit et commercialise des jetons et plaques pour les casinos du monde entier. Dès son origine, les technologies innovantes développées par la société lui ont permis de fabriquer des produits de haute sécurité garantissant aux casinos une protection optimale contre les risques de contrefaçon. Les jetons et plaques constituent en effet la « monnaie » des établissements de jeux et protéger leur intégrité est essentiel. Au fil des décennies GPI, au-delà de son procédé de fabrication confidentiel et intrinsèquement très sécurisé, a donc mis au point divers éléments sécuritaires incorporés à ses produits : encres UV, marquage infrarouge, hologrammes, encres secrètes, etc. Plus récemment, GPI a renforcé sa place de leader mondial avec l’intégration de la technologie RFID qui s’impose aujourd’hui comme un standard dans l’industrie des jeux de table.

En quoi consiste le SMART RFID ?

CL : SMART RFID consiste en l’intégration d’une puce RFID 13,56 MHz ou tag à l’intérieur du jeton sans que ses caractéristiques et performances soient altérées. Chaque jeton possède alors sa propre identité sous la forme d’un numéro de série unique, infalsifiable et non reproductible, protégé par diverses méthodes de codage et d’encryptage de données. En complément, une large gamme de lecteurs permet de déployer la technologie sous différentes formes, partout dans le casino, alors qu’une suite logicielle développée par GPI permet d’authentifier et de valider les tags et de suivre et contrôler les flux des jetons. Lorsque les jetons sont placés sur une antenne dissimulée sous le tapis de la table, dans une encaisse, au comptoir de la caisse ou dans la réserve, les jetons sont reconnus et identifiés dans la base de données dédiée du club/casino. Apparaissent alors instantanément le nombre et la valorisation totale des jetons lus ainsi que la répartition par valeurs. La technologie RFID utilisée par GPI permet une lecture en 3D de plusieurs milliers de jetons à la fois et de manière instantanée. Les données ainsi collectées en différents points du casino (tables, caisses, réserve, coffre…) permettent l’authentification des jetons, l’inventaire en temps réel, le suivi des transactions, de la performance des tables, des parties et offrent des outils statistiques jusqu’alors indisponibles pour les jeux de table traditionnels.

Dans quels domaines la technologie RFID est-elle présente pour le Club Charron ?

CL : Plusieurs clubs parisiens ont adopté notre technologie SMART RFID tels que le Club Circus et le Paris Élysées Club, mais le Club Pierre Charron a été un réel précurseur, principalement avec l’application Poker-RFID. Dès l’origine du projet, l’équipe de direction a parfaitement compris l’intérêt d’intégrer la RFID à sa dotation de jetons et nous avons développé un réel partenariat pour déployer cette technologie aux caisses mais également sur l’ensemble des tables de cash-game et de jeux traditionnels. Le Club Pierre Charron est assurément aujourd’hui l’un des établissements européens le plus avancés dans l’exploitation de la RFID.

En quoi l’apport technologique de GPI améliore-t-il l’expérience joueur (cash-game) au Club Charron ?

Ziad Farhoud : L’apport de la technologieSMART RFID au poker cash-game est indéniable. Elle permet une telle traçabilité qui apporte plus de sécurité pour les joueurs et l’établissement. En effet, les pots sont calculés automatiquement et en continu. Les prélèvements obligatoires sont également automatisés, le risque d’erreur est considérablement réduit. Surtout, les joueurs le voient bien, le nombre de mains par heure est décuplé, le jeu est fluidifié et accéléré. Cette technologie améliore également la convivialité avec l’affichage des montants et des données statistiques des pots, des prélèvements et des gains : autant d’informations intéressantes dans une partie. Le RFID de GPI fait partie d’un ensemble de technologies qui constituent notre parcours digital complet, développé et exploité en exclusivité par le Club Pierre Charron. Ainsi c’est toute la gestion du poker qui est simplifiée pour offrir un parcours « sans coutures » aux clients. De l’entrée dans l’établissement jusqu’à l’inscription en table ou le changement de siège, en passant par la caisse et la mise en banque des jetons. Et ça change tout !

 

Continue Reading

Cercles parisiens

Christophe Pi, le Club Barrière à plein régime

Published

on

Arrivé il y a deux ans à la tête du Club Barrière du 104 avenue des Champs-Élysées, Christophe Pi a dû faire face immédiatement au Covid et à sa pandémie, qui allait figer toute la scène des clubs parisiens. Véritablement actif depuis juin 2021, ce directeur à l’humanité et au charisme immédiats compte bien tout faire pour continuer à innover et proposer le meilleur service possible à ses joueurs. Rencontre.

Vous êtes à la tête du Club Barrière depuis deux ans, dont seulement sept ou huit mois d’activité. Quelles premières conclusions tirez-vous de cette nouvelle aventure pour vous qui avez dirigé de nombreux casinos dans le monde entier ?

Nous sommes leader en termes de produit brut des jeux à Paris, ce qui est très satisfaisant, avec deux autres gros clubs dans notre sillage, eux aussi situés dans le secteur des Champs-Élysées. À mon arrivée à Paris début 2020, je venais tout juste de quitter la direction du Casino Barrière de Menton, après avoir dirigé des établissements en Égypte, et je m’étais donc installé à l’hôtel à Paris, en attendant de m’y établir de façon pérenne, sauf que tous les hôtels ont fermé avec le Covid… j’ai donc vécu quelques mois au Fouquet’s, qui a eu la gentillesse de m’accueillir, sauf que l’hôtel était totalement vide. Durant trois mois, j’ai passé mes journées seul ou presque au Club, à analyser les chiffres de mon prédécesseur, à m’approprier le lieu et à imaginer quelle impulsion je pourrais lui donner. Je pense qu’on était partis sur des limites de table trop hautes, et il a fallu s’adapter. On a fait énormément de Meet avec mes équipes et Lucille Denos, jusqu’à la première réouverture en juin 2020, où l’on a déjà fait de gros changements dans l’organisation. Nos deux concurrents sont le Club Pierre Charron pour le poker, et l’Élysées Club. Mais je pense qu’il y a vraiment de la place pour nous tous, en respectant notre ADN et notre identité. On a donc décidé de bien travailler ces deux strates de clientèle : on fait un peu moins d’entrées, mais on a une clientèle plus qualitative, pour résumer. La troisième corde à notre arc est le triptyque Hôtel Fouquet’s, qui est magnifique, Club Barrière et casino d’Enghien, tant que les clubs n’auront ni roulette ni machines à sous. Je suis très intéressé par le fait de développer la clientèle internationale, notamment car j’ai travaillé dans le monde entier, et je crois que cela frémit à nouveau à l’international.

 

Quelles nouveautés sont prévues pour ce printemps 2022 ?

Le restaurant, qui était auparavant géré par Christophe Adam, change de nom au 1er avril : le produit de « Dépôt légal » n’était pas adapté à notre clientèle de joueurs. Comme sur les Champs-Élysées la concurrence en restauration est énorme, il fallait accepter que ce restaurant soit fait pour nos clients, qui sont parfois là tous les jours de l’année… Il faut que la carte évolue et s’adapte à toutes les typologies de clients. On a donc recruté un nouveau chef qui lance la nouvelle carte au 1er avril, et on a beaucoup écouté nos clients afin de s’adapter. Il a fallu se réinventer et on ne travaillera qu’avec des produits frais. L’aspect nourriture compte énormément pour les clients réguliers, qui veulent de la souplesse, de la simplicité et de la qualité. En plus, la restauration court de 13 heures à 4 heures du matin, en continu. Et désormais toute la carte sera servie également à la table de jeu. La salle de restaurant sera désormais à The Wedge, la grande salle centrale, qui est un lieu de vie et le poumon du Club. Les résultats des tables de Stud et de 3-Card Poker n’étaient pas très intéressants, et on a donc préféré relocaliser la salle de restaurant. Et l’ancienne salle de restaurant pourrait bien devenir un espace de jeu privé.

 

Vous semblez également miser sur un marketing bien plus présent et offensif…

Oui, l’époque nous permet enfin de communiquer avec une offre complète dans notre Club. On a adopté une période d’entrée gratuite, mais aussi des tombolas avec des dotations incroyables, et un tournoi à 1100 €, l’Escadrille, qui aura lieu chaque mois, doté de plusieurs satellites. Le 500 € hebdomadaire continue bien évidemment, et on lance un inédit, un tournoi à 1 100 € les 8, 9 et 10 avril, le Motorcycle Tournament, avec une moto offerte en plus du prizepool pour le gagnant ! Nous disposons de quatorze tables avec huit joueurs à table en permanence, donc nous sommes limités en termes d’espace, mais nous pouvons tout de même offrir de beaux produits. On avait pensé à l’EPT, avant la nouvelle vague Covid, mais on a dû reporter ce projet, qui est toujours d’actualité, ainsi que la reprise du BPT.

 

La signature Barrière, c’est aussi le service, connu pour son excellence…

J’ai toujours dit à mes équipes qu’on pouvait être sérieux tout en étant décontractés et humains. C’est l’idée que je veux insuffler et je crois que ça se ressent dans le Club. Je viens du casino, ce qui est un peu différent des clubs : la typologie de clientèle est un peu différente, mais on peut amener un esprit fun et léger qui vient du casino, avec des cadeaux surprises, des soirées thématiques, etc. On a eu un très bon retour dès qu’on a fait de tels événements.

 

Comment imaginez-vous l’évolution des clubs à Paris ?

Cela ferait beaucoup de sens que la roulette soit autorisée, mais je ne crois absolument pas aux machines à sous, qui nous transformeraient de facto en véritables casinos. Normalement, un décret va bientôt passer afin d’autoriser le retour du Multicolore dans les  clubs, ce qui est un premier pas vers la roulette. J’ai fait la demande d’autorisation, mais malheureusement il n’existe pas de matériel encore sur le marché, donc tout dépendra de cela. C’est un Multicolore sans billard, donc cela prend moins de place qu’auparavant.

 

Côté poker, quelle offre est disponible au quotidien ?

La plupart du temps, ce sont deux tables de PLO qui tournent en 2/4, 5/5 très souvent, et en Texas Hold’em, on a une ou deux tables de 2/4, et ensuite des 5/5 et parfois même des 20/40 en NLHE ou PLO, voire 50/50. Malheureusement, on n’a pas encore droit au Dealer’s Choice, mais on en a fait la demande car c’est une hérésie que l’on ne puisse pas offrir ça à nos clients. Et côté jeux de table, le Progressif à l’Ultimate nous a amené encore plus de clients, et l’on réfléchit à développer notre offre sur ce secteur… Je suis très confiant dans l’avenir car on a énormément d’idées en tête afin d’innover et d’amener un plaisir de jeu encore plus grand à nos clients.

 

Continue Reading

Portraits / Interviews

Rencontre avec… Julien Martini

Published

on

Il y a tout juste an, nous consacrions une couverture à Julien Martini, récent détenteur d’un quatrième bracelet, aux WSOP 2022, en Championship Razz à 10 000$. Pour l’occasion, nous publions  à nouveau cet entretien in extenso de l’Ambassadeur de PMU Poker !

 

Julien Martini est un des spécialistes mondiaux de cash game en hautes limites, mais c’est son explosion en tournois ces dernières années qui l’a fait connaître aux yeux du grand public – notamment son bracelet gagné au Omaha Hi-Lo 8 or Better des WSOP 2018. Devenu un streamer régulier de la chaîne Twitch de PMU, il a mis en vente début mai sa « Méthode Cashgame » (990 euros) mise au point spécifiquement pour crusher les tables françaises online. Il a bien voulu aborder avec nous son actualité récente et les secrets de sa méthode iconoclaste.

 Est-ce que tu peux rappeler rapidement rappeler ton parcours, comment tu t’es lancé dans le poker ? Quelles sont parmi tes performances celles dont tu es le plus fier ?

J’ai commencé à jouer au poker il y a 15 ans, quand j’avais 14 ans, dans le milieu associatif, à Achères, en banlieue parisienne, au club poker 78. J’ai essayé une première expérience en tant que professionnel lorsque j’ai atteint ma majorité, qui ne s’est pas forcément bien passée. Je suis ensuite rentré dans la vie active. En 2017, je suis parti à Taïwan et j’ai fait toutes mes armes, c’était le début des solvers, j’ai été un des premiers à les utiliser et ça s’est très bien passé, j’ai eu beaucoup de réussite. Je jouais principalement en cash game. Je suis passé de tables mid stakes à des tables super high stakes en l’espace d’un an (de la 1-2 à la 100-200), c’était une sacrée ascension. En 2018, j’étais exilé à Taïwan et je voulais justifier vis-à-vis de ma famille, de mes amis, que l’argent ne tombait pas du ciel, et j’ai donc essayé de me mettre aux tournois, je me suis concentré là-dessus. J’avais comme idée de jouer les WSOP en 2018, j’ai fait un gros entraînement, j’ai eu énormément de réussite et de chance, j’ai gagné un bracelet cette année-là. J’ai été ensuite second de l’EPT national à Barcelone ; quelques mois plus tard, j’ai été second du PSPC 25K Players Championship aux Bahamas.

La crise a beaucoup changé ta pratique du jeu ?

Complètement, puisque je faisais surtout du cash game live, et là je suis passé online. Ça se passe très bien, mais c’est du changement. Le principal étant de ne pas voyager. Avant la crise, je me rendais sur 3-4 spots, Los Angeles, Las Vegas et Macao, qui sont les 3 pôles des high stakes en cash game, et de temps en temps Taïwan. Alors que là, je vis en Angleterre et je reste à la maison toute la journée.

Maintenant que tu as pratiqué extensivement les deux, est-ce que tu as une préférence entre le live et le online ?

C’est très différent. Je préfère le live parce que je trouve ça plus humain, il y a plus d’interactions sociales et ça rend le jeu plus humain aussi ; ce n’est pas que des pseudos, que des clics, on prend les jetons, on regarde l’adversaire dans les yeux, c’est une interaction. Mais je prends du plaisir aussi à jouer online, et à jouer au poker en général.

Tu es donc installé à Manchester ?

Oui, j’y vis depuis décembre 2018.

Y a-t-il une raison pour laquelle tu as préféré Manchester à Londres ? C’est à cause du football ?

Il y a une part de ça. Depuis que je suis gamin, je suis fan de United, et je me suis dit que c’était la bonne occasion. Dans le cadre de mon ancien métier, je me déplaçais beaucoup à Londres, et c’est une ville où il y a beaucoup de stress, et pour un joueur de poker, vu qu’on peut jouer n’importe où, j’avais l’impression que Manchester était le meilleur compromis pour vivre en Angleterre, et la ville est plutôt sympa.

Peux-tu nous parler de ta collaboration avec PMU ?

Je suis très content de collaborer avec PMU puisque ça me permet vraiment de diffuser des choses, de partager, mais je n’ai pas d’obligations vis-à-vis d’eux, je suis ce qu’ils appellent ambassadeur.

Tu as commencé à streamer sous l’impulsion de PMU ou tu le faisais déjà de ton côté ?

J’avais ma chaîne sur laquelle de temps en temps je streamais tard la nuit, à 3-4 heures du matin, des super high stakes, ce qui plaisait énormément aux gens. Au début j’avais 50 personnes, puis 60, 150, 200 puis 300 et j’essayais de partager le plus possible. Très rapidement, ça s’est su, et du coup des joueurs contre qui je jouais prenaient beaucoup d’informations, et j’essayais de le faire mais de manière très ponctuelle et sans forcément avertir. Là où je me suis vraiment mis à streamer plus, c’est lorsqu’on avait monté de l’argent avec Davidi Kitai et Romain Lewis pour la Fondation de France, pour aider les gens du personnel hospitalier avec un soutien psychologique, et on avait monté 6-7000 euros, et là je streamais tous les jours, de manière régulière, de 16 à 23 heures. C’était sur ma chaîne d’abord et maintenant c’est plus sur PMU.

Est-ce que tu t’imposes un certain volume de stream par rapport à ton audience ?

Pas du tout. Généralement, je commence à stream lorsque les gens me disent : ça fait longtemps, ce serait quand même cool que tu le fasses, même si avec PMU, on a essayé de mettre en place deux streams par mois au minimum, pour créer une certaine continuité, pour capitaliser sur les viewers, évidemment c’est ce qui les intéresse, et je comprends ça. C’est un rythme qui me va parfaitement.

Est-ce que tu considères que ça a une influence sur ton jeu ? Sur ta concentration ?

Bien sûr, quand je ne streame pas, je joue entre 8 et 12 tables, focus à fond, et rien ne m’échappe. Quand je streame, j’explique les coups, je parle au chat, je lui répond, je bégaye quand je joue 4 tables, ça n’a rien à voir. Je suis beaucoup plus productif hors stream.

Est-ce que tu apprécies d’avoir une communauté de followers ? C’est important pour toi ?

Ce n’est pas important, mais je suis content que ça plaise aux gens. C’est-à-dire que je ne cherche pas à monter des followers, mais je suis ravi quand quelqu’un me dit : c’était génial, j’ai vraiment envie de jouer, j’ai appris plein de trucs, tu m’as redonné la passion. Par contre, mon nombre de followers, de viewers, ça intéresse les gens qui organisent les streams, mais pas moi.

Tu organises souvent des parties de « Marbles » pour offrir des cadeaux à tes viewers, comment cela t’es venu ?

Marbles, c’est un truc que j’ai vu en suivant le stream d’un joueur qui s’appelle ToD ; c’est Yoan Merlo, un des plus grands joueurs de l’histoire de Warcraft III, peut-être le plus grand joueur, il est français. Je suis souvent sur son stream, parce qu’on est très proches, et quand j’ai vu ça, je me suis dit : c’est génial, il faut qu’on introduise ça dans le milieu du poker et je vois que c’est repris de plus en plus et tant mieux parce que je trouve ça super fun. Quand on joue au poker, on est un petit peu gambler, et je trouve que les courses de billes, c’est le summum du gamble, et en même temps, c’est simple et drôle.

Tu as dit dans une interview que tu avais depuis longtemps le désir de faire une masterclass. Au moment de la préparer, est-ce que tu avais toi-même eu recours au coaching dans ta carrière ? Est-ce que tu avais déjà été coach pour des gens ?

Quand je suis parti vivre à Taïwan en 2017, c’était parce que j’avais rencontré quelqu’un qui s’appelle James Chen, qui jouait à l’époque les plus grosses parties de Macau, et qui m’a dit : j’ai besoin d’un partenaire d’entraînement, mais il faut que cette personne-là ne soit pas un concurrent direct. Et lui, il mettait les sous pour toutes les ressources possibles et imaginables, et on a travaillé à deux sur les nouveaux outils tels que les solvers, et en ça je dirais que c’était une forme de coaching dans le sens où lui venait des très high stakes live, moi je jouais en low stakes mid stakes, en online, et j’ai eu ce mentoring pendant toute ma progression, j’ai vu un mec qui était parti de 50 dollars et qui a monté des dizaines de millions. Il connaît le chemin, il m’a montré le chemin, et en ça je considère que c’est du coaching.

Et avant de faire cette masterclass, j’ai pris sous mon aile quelqu’un d’autre en tournois, qui s’appelle Sébastien Grax, c’est un ancien joueur de foot. Je le coache depuis septembre, ça fait huit mois. On a déjà passé des centaines et des centaines d’heures à étudier le jeu, c’est du one-to-one, et c’est la première et la dernière fois que je fais ça c’est clair, parce que ça me prend énormément de temps. C’est beaucoup de plaisir, mais c’est vraiment très prenant, c’est comme mon enfant presque : j’ai vraiment envie qu’il en sache le plus possible.

Par rapport à la partie masterclass, après que j’ai gagné mon bracelet, je voulais tout simplement arrêter le poker. J’étais trop la tête dans le guidon, j’avais gagné énormément d’argent, et je me suis dit peut-être que c’est le moment de faire autre chose de ma vie, de découvrir si je n’ai pas d’autres passions, et je voulais laisser quelque chose derrière moi, apporter à la communauté, sans partir avec toutes les connaissances que j’ai acquises et qu’elles soient perdues. En décembre 2018, je suis parti dans un projet beaucoup trop ambitieux en MTT, je voulais vraiment faire un truc de fou, 100 heures de vidéos, une masterclass pour apprendre de A à Z. J’ai commencé à la faire et au bout de 10 heures de record qui m’avait pris 50 heures, je me suis dit que c’était un projet trop important. J’avais mis le grind de côté, j’avais arrêté de travailler le jeu, et je perdais beaucoup trop de temps par rapport aux autres, et donc j’avais mis ce projet de côté et je l’avais complètement abandonné. Et puis pendant le covid, j’ai reçu de très nombreux messages m’encourageant à en profiter pour faire ma masterclass. Je me suis mis à grind online, notamment sur le .fr, et je me suis dit pourquoi pas faire ma masterclass là-dessus, pour relever globalement le niveau de jeu et faire ce que j’appelle « la méthode cash game ». C’est vraiment une masterclass très différente de ce que je voulais faire dans mon premier modèle sur le MTT : à l’époque, je m’étais lancé avec une approche très philosophique et globale du jeu. Là, c’est vraiment très exploitant, comment faire pour gagner : ça, ça fonctionne, on le fait ensemble et on vous montre que ça marche. C’est plus dans cette optique-là.

Tu considères donc que c’est plus facile de donner des conseils pour le cash game ?

Oui, les gens considèrent que le cash game est plus difficile mais aujourd’hui on voit que le tournoi est infiniment plus complexe, parce qu’il y a plein de tailles de stack différentes, on est plus ou moins proche de la bulle, il y a plus ou moins d’ICM. Le tournoi est très dur à expliquer globalement, en tout cas pour moi. Il y a de très bonnes masterclass qui sont sorties sur le .com, je pense à Nick Petrangelo, à Patrick Leonard par exemple, mais moi je n’en suis pas capable.

Lors du test de ta méthode que tu as mené sur février-mars 2021, tu as joué 125000 mains pour un gain de 47000 euros (soit 8,7 BB pour 100 mains). Tu as dit que c’était un échantillon peu important mais que tu étais prêt à prendre des paris avec qui que ce soit sur sa rentabilité à long terme. Est-ce que tu vas quand même continuer le test de ton côté ?

En ce moment, je m’occupe des gens qui ont acheté la méthode, par exemple il y a des vidéos où les gens demandent plus d’explications, donc je refais les vidéos, je passe beaucoup de temps pour le moment à faire du « service après-vente », mais je parlerais plutôt d’accompagnement autour de la méthode. Ensuite je vais être en préparation intensive pour les WSOP, et puis je continue à côté de ça mes parties de super high stakes, des parties privées sur internet qui me prennent du temps, de l’énergie. Donc pour moi, ou pour le plaisir, ou pour gagner de l’argent, je ne le ferai pas, mais si quelqu’un veut bet contre moi, je le ferai sans problème. Je trouverai le temps et les moyens. Je garantis que je fais plus de 5 BB au 100 en appliquant strictement la méthode en NL200+, sur 300 ou 400000 mains, je n’ai pas de souci à prendre n’importe quel bet à n’importe quel tarif là-dessus.

Peux-tu nous décrire brièvement le contenu de ta masterclass, et le public à laquelle elle s’adresse ?

Le contenu est très simple, c’est 4 heures de théorie, c’est volontairement extrêmement court. Il faut savoir que pour chaque heure, j’ai passé entre 3 et 4 heures à enregistrer, parce qu’en fait c’est monté, coupé, on va aux explications essentielles, il y a 5 minutes de Piosolver seulement, c’est un peu différent de ce qui se fait aujourd’hui, où dans toutes les masterclass, les mecs ouvrent des tables au Pio, ils commentent ce qu’ils voient. Pour moi, c’est vraiment : voici ce qui fonctionne, et pourquoi ça fonctionne, voici dans quel cas de figure vous devez l’appliquer. Et ça, c’est le process à chaque fois, et pendant 4 heures et sur toutes les phases de jeu. On ne va pas en détail dans la compréhension du jeu. On va dans ce qu’il faut faire pour que ça fonctionne. En fait, je donne des armes aux gens qui sont déjà rodées, et ils les appliquent, dans tel ou tel cas de figure. Ensuite, il y a 31 heures de live play, où je suis en session, j’ai 4 tables, et je commente en temps réel. Ce n’est pas un commentaire après coup, parce que c’est trop facile, tu as déjà vu la main adverse ; je commente, j’applique la méthode et je décris les difficultés que je rencontre et les explications sur mes actions.  Le fait de commenter en live fait que tu vas rencontrer les mêmes problèmes que la personne et que tu ne connais pas le résultat et donc quand tu dis qu’un bluff ou un value fonctionne très souvent, et que ça marche, tu as la récompense directe. Dans tes explications, tu ne dois pas te tromper et je trouvais l’exercice super cool parce que j’ai été mis en difficulté, je me suis pris des bad beats, les gens ont fait des hero calls face à moi et globalement sur les 30 heures, on a crush, on a gagné plein de sous, et la méthode s’est appliquée de manière très satisfaisante.

Il me reste 5 heures à faire où je vais coacher des gens qui ont acheté la méthode et on va mettre ça dans le cadre de la masterclass. Donc je commenterai leurs erreurs éventuelles et les choses qu’ils peuvent faire pour les corriger. Au total, le contenu fera 40 heures.

Tu as adapté la méthode aux salles françaises, dont le field semble démontrer des faiblesses importantes. N’as-tu pas peur que les joueurs s’adaptent et rendent de ce fait ta méthode obsolète à terme ?

C’est sûr qu’au bout d’un certain temps la méthode sera obsolète. De toute façon, c’est comme tout, le poker est un jeu où on est en permanente adaptation. Il y a 4 ou 5 ans, on disait qu’on avait atteint le summum du niveau du poker, que plus personne ne pourrait battre les tables de cash game, et depuis il n’y a jamais eu autant de nouveaux joueurs qui sont apparus avec des nouvelles façons de jouer et qui ont tout défoncé. Je pars quand même du principe que sur le .fr, le field et les pros sont très en retard par rapport au .com : une table en 5-10 sur le .fr, ça vaut une table en 1-2 sur le .com. Clairement, il y a un gap de niveau absolument immense, et c’est lié au fait que les joueurs récréatifs sont toujours les mêmes, les pros aussi, ça fait maintenant 5 ou 10 ans qu’ils jouent ensemble dans le même écosystème et les pros n’ont jamais eu besoin de s’améliorer pour gagner plus ou battre le field. Ils ont des tendances qui fonctionnent bien, mais ce sont des joueurs qui sont trop passifs et trop tight. Je ne dis pas que tous les français sont nuls : il y a des joueurs exceptionnels et il y a des joueurs vraiment très bons, mais cela représente une poignée, et généralement ils ne jouent qu’en 5-10 ou en 10-20. Mais la masterclass est destinée à des gens qui vont jouer en NL50, NL100 et NL200 et ça va leur permettre de step up et de booster leur win rate. On appuie sur les défauts principaux, le jeu tight et passif, et on met l’accent sur comment gagner de l’argent contre ces joueurs-là.

Dans ta promo, tu sembles indiquer que la rentabilité de la méthode tient au fait d’aller le moins souvent possible au showdown, pour remporter des petits pots qui vont finir par s’accumuler pour former de gros gains.

Voilà, l’idée est d’aller le moins souvent possible au showdown, et pour ça, j’explique comment il faut faire. Mais du coup, quelle est la différence entre un joueur récréatif et nous ? Parce que lui aussi, il va essayer de bluffer toutes les mains. Justement, l’idée que j’explique dans ma méthode est qu’on est face à des joueurs passifs et qui vont systématiquement commettre les mêmes erreurs, sur lesquelles on va appuyer, pour gagner ces pots-là. En revanche, sur d’autres actions, sur d’autres run-outs par exemple, lorsque notre adversaire a touché, il faut juste garder le pot le plus petit possible, ou même se coucher. Donc l’idée est de voler tous les pots que les gens ne veulent pas, et les gros pots où les gens ont les nuts ou des gros jeux, de vraiment les identifier et d’essayer de mettre le moins d’argent possible lorsqu’ils arrivent. C’est une approche qui est très différente de ce qu’on voit aujourd’hui sur le .fr, très peu de joueurs jouent comme ça.

Tu es content des premiers retours sur ta masterclass ?

Pour le moment, 60 masterclass ont été vendues, ce qui est vraiment bien, même si je n’avais pas d’espérance en termes de résultat : je suis content du contenu, et maintenant je peux mourir demain, il y aura quelque chose de moi disponible. Et les gens sont heureux, on a un Discord privé sur lequel ils échangent beaucoup. Ils ont vraiment le sentiment de progresser et que ça se passe bien, même si pour le moment, ça ne fait que quinze jours et qu’on est sur du très court terme, donc je dis à tout le monde de se calmer et d’attendre d’avoir fait beaucoup plus de mains. Il y a deux choses importantes pour moi : déjà les gens qui me disent qu’ils s’étaient mis au PLO parce qu’ils n’avaient plus de plaisir à jouer et qu’ils l’ont retrouvé avec la méthode, qu’ils ont de nouveau hâte de commencer leurs sessions : je trouve ça génial, parce qu’en plus que les membres gagnent plus d’argent, ils prennent du plaisir et ça c’est très important, surtout quand les gens veulent en faire leur métier ou en tout cas si c’est leur passion ; et la deuxième chose, c’est que j’ai joué pendant ces deux mois des joueurs professionnels de hautes limites, et parmi eux, il y en a une partie qui a également acheté la masterclass et être reconnu par ses pairs, c’est quelque chose de génial. Ils me disent, « tu fais chier, tu as dévoilé plein de trucs », c’est marrant ; ou bien « ça je ne savais pas », ou « ça j’avais un doute et ça m’a réconforté dans mon idée », et ça c’est vraiment du bonheur pour moi.

Est-ce que les échanges sur Discord, le fait de conseiller les gens, de voir leurs propres idées, apportent à ton jeu ? Est-ce que tu crées des liens avec certains d’entre eux ?

C’est marrant que tu en parles, parce qu’on se donne rendez-vous tous les dimanches pendant une heure et demie pour des reviews de mains en vocal, on en parle tous ensemble. Il y a vraiment des mecs qui ont super bien assimilé la méthode et notamment un gars qui m’a bouleversé, il a fait un play, je n’y avais pas pensé mais c’était génial. Donc la réponse est oui. Pour le moment, je suis encore beaucoup derrière eux, je réponds à toutes les questions et ils me demandent toujours confirmation, mais je pense qu’au bout d’un moment, ça ne va plus être un rapport professeur-élève, ça va plutôt être un échange et ça va être encore plus présent pour moi.

Évidemment, on crée des liens, on partage nos succès, nos défaites, on essaye de tous s’entraider, ça crée une forme de communauté, et ça me donne envie de faire une sorte d’école ou de coacher des gens et de les aider sur le long terme. La réalité, c’est que je n’ai juste pas le temps, mais il faudrait que je le fasse un jour. C’est quelque chose qui me plairait clairement parce que c’est plaisant de voir des mecs qui jouent en NL25, qui montent et qui dans 6 mois seront en NL100, etc. Le fait de transmettre est une part du bonheur et c’est peut-être le seul secteur dans la vie que j’ai suffisamment travaillé pour réussir à transmettre quelque chose.

Est-ce que tu as envie de marquer l’histoire du poker ? Et penses-tu que cela passe par d’autres résultats dans des gros tournois comme les WSOP ?

Que je marque ou pas l’histoire, ce sont les gens qui décident. En revanche, ce que je vais essayer de faire, c’est de gagner le plus de bracelets possible, mais c’est un objectif personnel. C’est peut-être la chose qui me fait aujourd’hui le plus vibrer, je vais tout faire pour. Ce qui est important lorsque tu passes autant de temps dans un domaine, c’est de ne pas seulement le faire pour toi, mais c’est aussi de le faire pour ceux qui veulent apprendre. Il y a quelqu’un qui m’a montré le chemin et ça m’a permis d’y arriver. Si je peux permettre à d’autres gens d’y arriver, ou au contraire, de leur éviter les erreurs que j’ai pu faire, je le fais naturellement.

Quant à marquer l’histoire du poker, je pense vraiment que la différence entre un inconnu et un champion, c’est 3 jours de run good. Gagner un tournoi, c’est juste avoir de la chance pendant 4 jours et rien de plus. Alors après, mettre toutes ses chances de son côté avant le tournoi, en travaillant, en se préparant, c’est le prérequis. Je le fais, mais il y a des dizaines d’autres joueurs qui le font, et celui qui gagnera le tournoi, ça sera le plus chanceux sur son run.

Contrairement à de nombreux joueurs pros français, qui préfèrent grinder là où ils sont sûrs d’avoir un edge sur le reste du field, tu sembles aimer affronter les joueurs des très hautes limites.

Je comprends leur point de vue et ce sont peut-être eux qui ont raison, si tu es dans l’optique de jouer au poker pour gagner de l’argent, tu préfères qu’il y est 5 joueurs qui soient moins forts que toi, plutôt que 3 qui soient meilleurs que toi, un qui soit à peu près pareil, et un qui soit légèrement plus faible. Je joue en NLHE jusqu’à 100-200 online sur le .com, donc je joue vraiment les plus gros joueurs ; de manière régulière, je joue la 25-50. Ce sont des limites où il y a des joueurs qui sont largement plus forts que moi et je pense que si jamais ils ne faisaient pas du poker, ils construiraient des fusées, ce sont de vraies génies. C’est le challenge de toujours être up sur ces limites-là qui me passionne, ce n’est pas gagner de l’argent. C’est vraiment toujours d’être au top niveau en cash game et d’être gagnant, même si j’ai bien conscience que je ne suis pas le plus gros gagnant dans ces limites-là. Je fais entre 2,5 et 3 BB au 100 – par comparaison, sur le .fr, dans le cadre de la méthode j’ai bien runné, j’ai fait 8,5 sans rake back mais en dehors de la méthode, quand je joue A-game, je fais du 12 ou 13 BB, ça n’a rien à voir. Ces limites sont beaucoup plus dures, mais le challenge de jouer les meilleurs, c’est aussi ce qui me fait vibrer. Aujourd’hui, malheureusement, il y a toutes ces histoires de RTA, donc je joue des parties qui sont un petit peu plus sélects, je ne vais jouer que des gens que je connais en live et dont je sais qu’ils sont éthiquement corrects. C’est possible, GG notamment le fait très bien. En mix games, en ce moment je joue une game en 800-1600, c’est une très grosse game. Alors après, j’ai fait de très grosses games à Macao, aujourd’hui j’ai un peu plus de maturité et l’excès ne me va pas. Je n’ai plus envie de faire des swings à 500k en une journée. D’abord parce que je peux mettre en péril ma bankroll et ensuite, humainement, c’est indécent. Ma mère travaille 35 heures par semaine pour gagner 1300 euros, et tu te retrouves dans des parties où son salaire mensuel, c’est une big blind, c’est ridicule. Ce n’est pas censé exister. Je joue ces parties-là parce que je peux affronter les meilleurs, mais si je pouvais les jouer en 1-2, je le ferai.

Est-ce que tu peux citer quelques joueurs qui te donnent mal à la tête ?

En tournoi, je dirais Chidwick, que tout le monde connaît ; peut-être en moins connu, il y a Michael Addamo, un Australien, qui est redoutable, et son meilleur ami, Michael Zhang. Il y a une tripotée de joueurs qui sont mille fois meilleurs que moi et qui sont vraiment impressionnants. En cash game, c’est pareil, je suis toujours époustouflé par le niveau des autres et ce qu’ils arrivent à trouver, c’est une compétition permanente, mais on se respecte beaucoup les uns les autres, on a tous plus ou moins le niveau, tout le monde a ses qualités et ses défauts, mais il y a des joueurs qui sont parfaits, du type Linus Löliger, qui est absolument époustouflant.

Tu continues de beaucoup travailler ton jeu ?

Il faut renouveler son jeu en permanence, observer ce que les autres font et ne jamais être en retard. Dès qu’une main un peu bizarre a été jouée, la première chose qu’on va faire, c’est la checker, on a des groupes de travail qui permettent de mettre ça en commun, de regarder ce que le joueur a fait, on cherche à comprendre, on passe du temps dessus. L’idée est vraiment de ne jamais rater le train qui avance.

Est-ce qu’il y a des variantes de poker que tu n’aimes pas ? D’autres que tu apprécies particulièrement ?

Je joue à tous les mix games, sauf le PLO. Je joue à quelque chose comme 25 jeux, mais pas le PLO, parce qu’aujourd’hui c’est une discipline à part entière, et généralement les tournois et le cash game sont full PLO, et du coup, je ne veux pas passer des centaines d’heures juste pour devenir un joueur moyen dans un jeu. Je vais plutôt me concentrer pour maîtriser 5 ou 6 jeux et devenir un des meilleurs dans ces variantes qui sont peut-être moins jouées.

J’adore le Deuce to Seven single draw NL, j’ai fait 3ème sur le 10k Championship RAZZ aux WSOP, j’aime aussi le Deuce to Seven triple draw, l’Omaha Hi-Lo, le RAZZ 2-7, le Badugi. Je préfère les mix games au NLHE. Il y a quelques mix games que je n’aime pas : le Limit Hold’em, le Stud Hi-Lo, et le Stud d’une manière générale.

 

 

 

Continue Reading
Advertisement

Buzz

POKER52 Magazine - Copyright © 2018 Game Prod. Design by Gotham Nerds.